Clercs de Saint-Viateur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clercs de Saint-Viateur
Image illustrative de l’article Clercs de Saint-Viateur
Devise : Sinite parvulos venire ad me
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine 27 février 1834
par Mgr de Pins
Approbation pontificale 21 septembre 1838
par Grégoire XVI
Institut congrégation cléricale
Type apostolique
Spiritualité école française de spiritualité
But enseignement, catéchèse
Structure et histoire
Fondation 3 novembre 1831
Vourles
Fondateur Louis Querbes
Abréviation C.S.V
Autres noms Viatoriens
Patron Viateur de Lyon
Site web site officiel
Liste des ordres religieux

Les Clercs[a] de Saint-Viateur (CSV) ou Viatoriens[a] (en latin Congregatio Clericorum Parochialium seu Catechistarum S. Viatoris) constituent une congrégation cléricale de droit pontifical.

Fondation[modifier | modifier le code]

Cette congrégation a été fondée le en France à Vourles près de Lyon, par le père Louis Querbes[1] (1793-1859), curé de cette paroisse.

Ordonné prêtre en 1816, Louis Querbes est nommé vicaire à Saint-Nizier avant de rejoindre la paroisse de Vourles (Rhône) où il va rester jusqu'à sa mort. C'est de là, qu'entre 1826 et 1831, il pose les bases d'une association de catéchistes qui assureront l'éducation chrétienne des enfants et les tâches affectées aux clercs paroissiaux : préparation des offices, des chants.

L'approbation pontificale donnée le légitime la congrégation des Clercs de Saint-Viateur. L'intuition du P. Querbes, qui voulait mettre à l'honneur la collaboration avec les laïcs a été redécouverte depuis le concile Vatican II. Les Viatoriens sont des enseignants, et ils sont donc impliqués dans des ministères paroissiaux et à tous les niveaux de l'éducation, de l'école primaire à l'université. Leur patron, saint Viateur de Lyon, mort vers 390 fut un catéchiste du IVe siècle à Lyon.

Fusion[modifier | modifier le code]

Plusieurs instituts ont fusionné avec les clercs de Saint-Viateur :

Rayonnement et déclin[modifier | modifier le code]

L'institut a été expulsé de France par les lois anti-congrégationnistes de la Troisième République ; ses églises, couvents, écoles, maisons de retraite, juniorats et les provincialats ont été nationalisés. La province de Rodez s'est repliée en Espagne. Une trentaine de frères sont partis pour le Canada. L'institut s'est donc étendu depuis ses origines françaises vers les États-Unis et le Canada, où il était encore très présent jusque dans les années 1970 ; maintenant il a des provinces et des missions à travers le monde, mais surtout sur le continent américain (Canada, États-Unis, Bolivie, Bélize, Chili, Haïti, Honduras, Pérou). En 1960, les Viatoriens étaient mille sept-cent soixante, dont mille cent-quarante-six Canadiens. En 1980, les Viatoriens étaient au nombre de mille deux cents, répartis dans cent vingt maisons. L'institut n'est plus majoritairement francophone et n'est plus présent en Europe qu'en Espagne, et de retour en France avec une petite communauté dans le Rouergue, en plus de la maison généralice qui est située à Rome, 41, Via Padre Angelo Paoli. L'institut doit faire face à la crise des vocations depuis les années 1970, avec une déchristianisation très profonde au Canada francophone. En 2005, les Viatoriens ne sont plus que six cent-vingt-six, dont deux cent-soixante prêtres[3]. Son supérieur général est un prêtre de nationalité américaine, le R.P. Mark Francis[4].

Évêque issu des Clercs de Saint-Viateur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Clercs » ou « Viatoriens » prend une majuscule initiale pour désigner l’ensemble de l'ordre dans la locution « les Clercs de… » ou « les Viatoriens » ; pour désigner un clerc individuellement ou un groupe restreint de clercs ou viatoriens, on écrit « un clerc », « un viatorien », « un clerc de… », « des clercs de… », « des viatoriens », etc. Source : Conventions typographiques.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le journal La Croix du 27 février 2006 annonce que la cause en béatification du P. Louis Querbes vient d'être ouverte par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon.
  2. « Biographie – BROUSSEAU, JOSEPH-ONÉSIME – Volume XIV (1911-1920) – Dictionnaire biographique du Canada », sur biographi.ca (consulté le 25 août 2020).
  3. Annuaire pontifical, 2007.
  4. Où nous sommes ?
  5. http://www.champagneur.qc.ca/
  6. « Collège Bourget / L'excellence à votre portée depuis 1850 », sur Collège Bourget (consulté le 25 août 2020).
  7. http://amanseau.qc.ca

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léo-Paul Hébert, Les Clercs de Saint-Viateur au Canada, 1947-1997, Québec, Septentrion, , 989 p. (ISBN 9782894486153).
  • Antoine Bernard, Les Clercs de Saint-Viateur au Canada : [1]. Le Premier demi-siècle, 1847 à 1897. [2]. Le Second demi-siècle, 1897 à 1947., Montréal, Clercs de Saint-Viateur, 1947-1951.
  • David Santerre, « Trois Clercs de Saint-Viateur accusés d'agressions sexuelles », sur lapresse.ca, Montréal, La Presse, (consulté le 26 août 2013).
  • Paul-André Turcotte, « Les frontières culturelles et institutionnelles du migrant. Les insertions des viateurs français, missionnaires en Bas-Canada (1847-1874) », Incursions, no 5, septembre 2011,[1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]