Clemente Susini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Susini.
Clemente Susini
Specola, medaglione di clemente susini.JPG
École italienne du XIXe siècle, Clemente Susini,
Florence, musée de la Specola.
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Clemente Susini Michelangelo, né à Florence en 1754 et mort dans la même ville en 1814, est un sculpteur céroplaste et anatomiste italien, devenu célèbre pour ses créations de modèles anatomiques humains en cire d'abeille, dépeignant avec précision des cadavres disséqués.

Ses réalisations sont conservées principalement au Josephinum, musée de l'université de médecine de Vienne, au musée de la Specola à Florence, au Museo delle cere anatomiche Clemente Susini (it) à Cagliari et au musée du Palazzo Poggi à Bologne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Clemente Susini est né en 1754 à Florence où il a étudié la sculpture à la Galerie royale[1]. En 1771, Felice Fontana demande un soutien financier au grand-duc de Toscane Léopold IIe afin de créer un atelier pour la réalisation de modèles en cire d'abeille pour une utilisation dans l'enseignement de l'anatomie. L'atelier dénommé par la suite La Specola faisait partie du musée d'histoire naturelle. Le premier modeleur est Giuseppe Ferrini [2] . Clemente Susini rejoint l'atelier de cire de modélisation en 1773[3] et, en 1782, il en devient le modeleur en chef. Son travail consiste à la réalisation des modèle d'animaux, ainsi que de l'anatomie humaine[1].

En 1780, Joseph IIe, frère du grand-duc de Toscane, visite le musée et est impressionné par les modèles et par l'efficacité de perception qu'ils fournissent aux étudiants en médecine. Il commande la réalisation d'un ensemble de modèles [3]. Les travaux sont entrepris entre 1781 et 1786, et se composent d'environ 1 000 sculptures de cire. Les modèles sont basés en partie sur des dessins anatomiques, en partie sur des cadavres disséqués par les anatomistes Felice Fontana et Paolo Mascagni. Ceux-ci sont transportés par un convoi de centaines de mules à Vienne où ils sont exposés à la Josephinum, musée de l'université de médecine de Vienne où ils sont encore visibles[4].

La commande autrichienne dynamise le travail de Clemente Susini dont les modèles sont désormais commandés par les chirurgiens et anatomistes. Ainsi, Clemente Susini organise son atelier pour produire de grandes quantités de modèles qui sont expédiés dans toute l'Italie et au-delà. L'utilisation de maquettes en fer à la place de des squelettes naturels permettent une production plus économique et rapide. En 1799, il est nommé professeur à l'Académie des beaux-arts de Florence, où il enseigne le dessin de nu tout en continuant à diriger son atelier. L'anatomiste Paolo Mascagni lui fait appel afin de modéliser ses nombreuses découvertes concernant l'anatomie du système lymphatique[3].

Clemente Susini meurt à Florence en 1814[3]. Il avait mené ou supervisé la production de plus de 2 000 modèles[2]. Parmi ceux-ci, le Josephinum de Vienne en conserve 1 192 en cire dans six chambres[4]. Une autre importante collection, anciennement détenue par l'université de Cagliari, est actuellement conservée au Museo archeologico nazionale de Cagliari en Sardaigne, où ils sont exposés dans une pièce pentagonale[5].

Réalisations[modifier | modifier le code]

La Venerina, Bologne, Palazzo Poggi.

Les modèles de Susini représentent l'anatomie humaine, telle qu'elle est comprise à l'époque, sous une forme très réaliste. Certains de ses sujets ont parfois valeur d'œuvres art[3]. Dans sa nécrologie, il est loué pour « la beauté qu'il a donné aux choses les plus révoltantes »[1]. En 1780, ses modèles attirent les éloges d'Adolph Murray (it), professeur d'anatomie à l'université d'Uppsala pour leur précision, tandis que le sculpteur néo-classique Antonio Canova le félicite pour leur « mérite artistique »[3]. Georges Didi-Huberman considère que la Vénus anatomique de Susini est davantage un chef-d'œuvre artistique que médical[6].

Article détaillé : La Venerina.

La Venerina ( « Petite Vénus »), conservée au musée d'anatomie et obstétrique du Palazzo Poggi à Bologne[7], remarquée pour sa sensualité, est un modèle du corps d'une jeune femme enceinte dont le tronc comporte des pièces amovibles qui révèlent ses organes internes[8].

Un autre groupe de modèles conservés à Bologne montrent le système lymphatique[3].

Certaines œuvres importantes de Susini, créés à partir de dissections réalisées par l'anatomiste Francesco Antonio Boi (it) de l'université de Cagliari, sont conservées à Cagliari. Ces modèles mettent en évidence les nerfs et, contrairement à des modèles moins précis antérieurs, ne montrent pas les vaisseaux lymphatiques dans le cerveau. Susini et Boi ont travaillé en étroite collaboration pour assurer un niveau élevé de précision anatomique. Les modèles de Cagliari, avec leurs visages expressifs, sont aussi des chefs-d'œuvre artistiques[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Camedda 2012.
  2. a b et c Riva 2012, p. 161.
  3. a b c d e f et g Clemente Michelangelo Susini - Università di Bologna.
  4. a et b Pollier-Green 2009, p. 236.
  5. Riva et Baghino 2001, p. 5.
  6. Marquer 2008, p. 150.
  7. (it) Arte.it, « La Venerina - Scheda Opera Bologna - Arte.it », sur Arte.it (consulté le 15 septembre 2016).
  8. Clemente Susini.

Annexes[modifier | modifier le code]

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Clemente Susini, Gabinetto d'anatomia umana e comparata eseguita in cera, Carli, (lire en ligne)
  • (en) Gigi Camedda, « Clemente Susini (1754-1814) », Science Museum, (consulté le 10 janvier 2013)
  • (it) « Clemente Michelangelo Susini », Università di Bologna (consulté le 10 janvier 2013).
  • (it) « Clemente Susini’s Venerina anatomical wax model », Museo di Palazzo Poggi (consulté le 12 janvier 2013)
  • (en) Martin Kemp et Marina Wallae, Spectacular Bodies: The Art and Science of the Human Body from Leonardo to Now, University of California Press, [détail de l’édition] (ISBN 978-0-520-22792-7, lire en ligne), p. 61
  • (en) Bertrand Marquer, Les romans de la Salpêtrière: réception d'une scénographie clinique, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-01153-2, lire en ligne)
  • (en) « Museum of the Medical University », Welcome to Vienna!, WienTourismus (consulté le 13 janvier 2013)
  • (en) Pascale Pollier-Green, A. Van De Velde et Chantal Pollier, Confronting Mortality with Art and Science: Scientific and Artistic Impressions on What the Certainty of Death Says About Life, Asp / Vubpress / Upa (ISBN 978-90-5487-443-0, lire en ligne)
  • (en) A. Riva, Issues in Anatomy, Physiology, Metabolism, Morphology, and Human Biology: 2011 Edition, ScholarlyEditions (ISBN 978-1-4649-6477-0, lire en ligne), « University of Cagliari: The evolution of anatomical illustration and wax modelling in Italy from the 16th to early 19th centuries ».
  • (en) Alessandro Riva et Attilio Baghino, « Historia de las ceras anatómicas de Cagliari en Cerdeña », Elementos, vol. 8, no 42,‎ june–august 2001 (lire en ligne)
  • (en) Luigi Cattaneo et Alessandro Riva, Anatomical waxes by Clemente Susini of the University of Cagliari, Edizioni della Torre, (lire en ligne)
  • (en) Clemente Susini, Alessandro Riva et Luigi Cattaneo, Flesh & wax: the Clemente Susini's anatomical models in the University of Cagliari, Ilisso, (ISBN 978-88-89188-97-2, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :