Cleitos (compagnon d'Alexandre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cleithos.
Cleitos
La mort de Cleithos par André Castaigne, 1899
La mort de Cleithos par André Castaigne, 1899

Surnom Le Noir
Naissance v. -375
Décès -328
Origine Royaume de Macédoine
Allégeance Alexandre le Grand
Grade Hipparque de la cavalerie
Conflits Conquête de l'empire perse
Faits d'armes Bataille du Granique
Bataille d'Issos
bataille de Gaugamèles

Cleitos ou Cleithos (en grec ancien Κλεῖτος / Kleitos), né vers -375, mort en -328, est un officier de Philippe II et d'Alexandre le Grand. Surnommé « Le Noir », il est un proche compagnon d'Alexandre, mais périt de la propre main du souverain lors d'un banquet.

Carrière sous Alexandre[modifier | modifier le code]

Fils de Dropidès, un noble macédonien, Cleitos est, au début de la conquête, un des officiers les plus proches d'Alexandre le Grand qu'il connait depuis l'enfance car il est le frère de Lanicé, sa nourrice. Il semble avoir bénéficié d'une haute considération déjà sous le règne de Philippe II. Il appartient à la garde royale des Compagnons au moment où l'armée macédonienne débarque en Asie Mineure.

Durant de la bataille du Granique, il sauve la vie du roi, épisode dont le récit diffère fortement selon les sources antiques. Tandis que les troupes perses subissent la charge de la cavalerie des Compagnons, Spithridatès, satrape de Lydie, montre un grand courage dans la bataille et livre un combat singulier à Alexandre. Il manque de le tuer mais le roi est sauvé par Cleitos qui abat Spithridatès.

  • Arrien affirme que Cleitos lui aurait tranché le bras[1].
  • Plutarque affirme que Cleitos l’aurait transpercé de sa lance[2].
  • Diodore de Sicile le confond avec le satrape Mithidrate, gendre de Darius III qu’Alexandre a tué en combat singulier, et raconte l’épisode de la main tranchée au sujet de Rhosacès, frère de Spithridatès[3].
  • Selon Arrien et Plutarque c’est bien Alexandre qui tue Rhosacès, alors que Spithridatès le menace. Arrien élargit l’amputation de ce dernier au bras, ce qui constitue la version la plus citée de nos jours. Pour Plutarque, c’est le corps que Cleitos lui transperce.

À la bataille de Gaugamèles, il commande l’escadron royal (ou agèma). À partir de -330, il dirige avec Héphaistion la cavalerie après la mise à mort de Philotas. Quand le satrape Artabaze se retire, le roi confie à Cleitos la Bactriane.

La mort de Cleitos[modifier | modifier le code]

Malgré les honneurs conférés par Alexandre, une violente altercation oppose en -328 les deux amis lors d'un banquet organisé en Sogdiane en l'honneur des Dioscures, alors que les Macédoniens étaient censés ce jour-là vénérer Dionysos. Pendant la beuverie, des convives affirment qu'Alexandre surpasse Castor et Pollux, et vont même jusqu'à railler Héraclès et ses « travaux ». Cleitos, qui déjà n’approuve pas la politique d'union avec les « barbares », ne peut tolérer ces outrages faits à la divinité et aux héros. Il affirme que la gloire d’Alexandre est d'abord l’œuvre collective des Macédoniens. En réponse à la colère de Cleitos, des invités cherchent à flatter le roi en dénigrant la mémoire de son père, Philippe II.

Cleitos rétorque alors que les exploits de Philippe mérite célébration tout en reprochant à Alexandre la mort d'Attale et de Parménion. Cleitos, manifestement ivre, se montre injurieux et rappelle au roi qu’il lui a sauvé la vie à la bataille du Granique. Cleitos est alors évacué de la salle de banquet par Ptolémée mais revient brusquement sur ses pas et reçoit alors un coup de javeline (ou de sarisse) de la part d'un Alexandre fou d'ivresse et de rage ; tout en atteignant son ami, il lui suggère d’aller rejoindre Philippe, Attale et Parménion dans l'au-delà. Selon Aristobule, dont le récit est repris par Arrien, Cleitos est responsable de sa mort car il est retourné affronter Alexandre alors qu'il avait été évacué de la salle. Alexandre se rend immédiatement compte de l'horreur de son acte et tente de se tuer sur le corps de son ami, mais il en est empêché par ses gardes qui le transportent dans sa tente. Le roi se lamente en appelant de leurs noms Cleitos et Lanicé, la nourrice qui l’a élevé, et se prive de nourriture pendant trois jours.

La portée symbolique et politique de la mort de Cleitos[modifier | modifier le code]

L’ivresse n'est pas la seule explication à cette fin tragique. Car Cleitos, qui appartient à une génération plus ancienne qu'Alexandre et ses proches compagnons, se fait le porte-parole des vétérans qui n’apprécient pas la politique d’assimilation menée par Alexandre envers les Perses, dont la proskynèse (ou prosternation) devant le roi. Il témoigne également d'un sentiment de trahison du fait de l'exécution de Parménion (et de son fils Philotas), considéré comme le général le plus fidèle de Philippe II. Alexandre, tout en éprouvant une peine, semble-t-il, sincère, justifie le meurtre de Cleitos en l'imputant à la fureur de Dionysos, dont la colère, initiée par la destruction de Thèbes, a été entretenue par le fait qu'Alexandre a sacrifié ce jour-là aux Dioscures. Alexandre consent à lui offrir de grandioses funérailles dignes de son rang, malgré l'avis contraire de son entourage. D’après Arrien, au sujet de ce meurtre, le philosophe Anaxarque exprime à Alexandre le principe selon lequel les actes du roi sont forcément justes.

Pour autant la mort de Cleitos, écorne le loyalisme d'une partie des Macédoniens à l'égard d'Alexandre, comme en témoigne la conjuration des pages durement réprimée et l'exécution de Callisthène courant -328.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Battistini (dir.) et Pascal Charvet (dir.), Alexandre le Grand, Histoire et dictionnaire, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 222109784X)