Clef du vin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La clef du vin est présentée par ses concepteurs, Franck Thomas, meilleur sommelier d'Europe, et Laurent Zanon, se présentant comme chimiste et œnologue[1], comme un instrument de mesure permettant de déterminer l'aptitude à vieillir et donc le potentiel de conservation d'un vin dans des conditions optimales.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

La clé du vin est une clé en aluminium, contenant une pastille de cuivre insérée dans un orifice. Plongée dans un liquide comme le vin, elle détermine la formation d'une pile. Résultat, l'aluminium libère des électrons selon l'équation : Al + 3 H2O → Al(OH)3 + 3 H+ + 3 e-. Ces électrons vont réduire des produits oxydés comme les tanins. Al(OH)3 est une espèce d'argile qui capte aussi les tanins pour faire des laques insolubles qui tombent au fond du vin.

Résultats[modifier | modifier le code]

Ses effets sont cumulatifs et chaque seconde de mise en contact augmente l'oxydo-réduction. Une seconde, un an, deux secondes deux ans, etc[1]. Cette clef, qui modifie irréversiblement les qualités organoleptiques (goût et arôme), est dite efficace pour déterminer les aptitudes à vieillir de tous les vins blancs, rouges, rosés, moelleux, liquoreux et effervescents.

Toutefois, le site Afis Science, qui se fait l'écho d'une expérience réalisée par l'Observatoire zététique, conclut que «la clé du vin paraît bien être une escroquerie»[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]