Clavigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Clavigo est une pièce de théâtre écrite par Johann Wolfgang von Goethe en 1774.

Argument[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule en Espagne, Clavigo est archiviste du roi, il est très ambitieux et fort intelligent. Il est l'amant d'une jeune Française résidant en Espagne qui s'appelle Marie Beaumarchais. Après avoir obtenu le poste d'archiviste royal, sur les conseils de son meilleur ami, Carlos, Clavigo rompt avec la jeune fille car cette liaison peut déranger son avenir politique. Marie est alors prise d'une crise de tristesse sans fin.

Tandis que Clavigo et Carlos ne pensent qu'aux femmes et à leur avenir politique, Beaumarchais, le frère de Marie, vient en Espagne pour venger sa sœur de l'affront que lui a fait Clavigo.

Il arrive chez Clavigo et force celui-ci à signer un billet où il reconnaît avoir commis un acte atroce envers la douce Marie. Beaumarchais projette de distribuer la note à toute la cour d'Espagne pour discréditer Clavigo. En écrivant la note, Clavigo devient nostalgique et désire revoir Marie. Bien que la relation entre Beaumarchais et Clavigo soit pleine de haine, l'archiviste ressent un respect sans borne pour son ennemi.

Clavigo fait de nouveau la cour à Marie. Cette dernière ne peut lui résister et lui pardonne. Fou de joie que Marie lui pardonne, Clavigo se réconcilie avec tout le monde et Beaumarchais lui rend le papier qu'il lui avait fait signer.

De retour chez lui, Clavigo rencontre Carlos. Carlos lui peint ses deux avenirs possibles : soit il reste avec Marie, aura une existence joyeuse, mais ne pourra jamais atteindre les sommets du pouvoir et il restera archiviste du roi, soit il abandonne Marie de nouveau et avec ses amis, il atteint les plus hautes sphères politiques. Clavigo décide de renoncer une seconde fois à Marie.

Clavigo envoie une lettre à Marie pour lui annoncer ses intentions. En apprenant la nouvelle, Marie meurt.

Pris de remords, Clavigo va chez son ancienne amoureuse où il voit le cercueil de Marie, il fond en larme et se trouve abject. À cet instant, Beaumarchais arrive, affronte Clavigo et le blesse mortellement. Dans ses derniers soupirs, Clavigo reconnaît sa faute, demande pardon à Beaumarchais, avoue qu'il aime Marie plus que tout, et supplie Carlos d'aider Beaumarchais à fuir en France.

Beaumarchais pardonne à Clavigo juste avant qu'il n'expire.

Ballet[modifier | modifier le code]

Roland Petit crée un ballet éponyme directement inspiré de la pièce de théâtre pour le Ballet de l'Opéra national de Paris en 1999, sur une musique originale de Gabriel Yared[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]