Claudius Lavergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claudius Lavergne
Claudius Lavergne par lui-même - héliogravure Dujardin.jpg
Claudius Lavergne, Autoportrait, Paris, musée du Louvre.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfants
Noël Lavergne (d)
Georges Claudius Lavergne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Genre artistique

Claudius Lavergne né le à Lyon et mort le à Paris est un peintre et critique d'art français.

Il est également peintre verrier et inspecteur des monuments historiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils du peintre d'histoire Claude Lavergne et fils du peintre héraldiste et d'équipagee Marin Lavergne (1796-1881), Claudius Lavergne a vu son enfance bercée par la peinture, l'histoire et un point — lui venant de sa mère Marie Thérèse Benoîte Chauve (1798-1817), morte en couches —, la religion. Il commence son éducation à la maison de l'ancienne Intendance près de l'église Saint-Martin d'Ainay. Il y est un excellent élève mais dès cette enfance, son plus grand plaisir est de peindre des paysages et des portraits d'autant plus qu'il recevait tous les conseils pour son art par ses parents. Il poursuit comme élève de l'École des beaux-arts de Lyon sous la direction de Claude Bonnefond (1796-1860).

Son père, veuf depuis 1817, se remarie avec Marie Marthe Cognis (1792-1833) avec laquelle il aura quatre enfants entre 1823 et 1829.

En 1834, son père l'envoie étudier la peinture auprès de Dominique Ingres, lequel devenant directeur de la villa Médicis, il le rejoint à Rome avec Hippolyte Flandrin. Lavergne expose régulièrement au Salon de 1838 à 1878. En 1838, il y expose un tableau religieux Notre Seigneur entouré d'enfants, acquis par les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul d'Ainay, mais surtout il se fait connaître. Bon portraitiste, il fait la connaissance de l'abbé Charles-Éléonore Dufriche-Desgenettes (1778-1860), curé de la basilique Notre-Dame-des-Victoires de Paris, du révérend père Henri Lacordaire (1802-1861) et obtint une médaille de 3e classe au Salon de 1845. L'État lui achète divers tableaux. Le , il devient membre de la Société de Saint-Jean pour le développement de l'art chrétien, mais de retour en France pour cause de santé après le [1], il ne sera pas présent à Rome le pour l'intronisation de la Confrérie de Saint-Jean, dont il fut 2e prieur[2]. Il était membre des Fraternités laïques dominicaines.

Il épouse le à Paris la fille de Georges Ozaneaux, Julie, autrice de contes sous le nom de Julie Lavergne 1823-1886), avec laquelle il a neuf enfants. Le père Lacordaire célèbre le mariage religieux à l'église Saint-Louis-en-l'Île.

L'année 1853 le consacre en tant que peintre avec une fresque dans la tradition de Raphaël dans la chapelle Saint-Barthélémy dite Notre-Dame du Bon-Secours de Châtillon d'Azergues.

En 1856, Émilien de Nieuwerkerke (1811-1892) lui passe commande de 12 verrières représentant les douze apôtres pour la chapelle de l'hôpital Lariboisière, étant stipulé dans le contrat que l'auteur des cartons devra également être l'exécutant des verrières. Lavergne ouvre pour cela un atelier au 46, rue Madame[3]. L'ouvrage, qu'il signe Lavergne et Bion, est terminé en 1857.

Viollet-le-Duc l'appelle près de lui comme inspecteur archéologue, ce qui lui permet d'approfondir ses connaissances du vitrail. Il travaille, entre autres, avec les ateliers Lorrain de Chartres et entame une seconde carrière artistique.

Saint Pierre, Paris, chapelle de l'hôpital Lariboisière.

Il crée un atelier de peinture sur verre au 74, rue d'Assas à Paris[4] d'où sortirent de nombreux vitraux. Cet atelier continuera avec ses deux fils Georges Claudius et Noël, puis avec le fils du premier nommé André. Il est également jusqu'à sa mort, président du syndicat de la corporation des maîtres-verriers de France et critique d'art pour le journal L'Univers.

Il est également restaurateur de vitraux pour la chapelle royale du château de Versailles, de l'oratoire de Marie de Médicis au château de Blois, de l'église Saint-Léonard d'Alençon, ou encore des cathédrales de Senlis, de Noyon, de Rennes et de Verdun.

Il reçoit les insignes de commandeur de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand.

Claudius Lavergne meurt le à l'age de 72 ans en son domicile au 74, rue d'Assas à Paris[5] et est inhumé au cimetière Saint-Louis de Versailles.

Vitraux[modifier | modifier le code]

Saint Louis (1863, détail), cathédrale Notre-Dame de Senlis.
Argentine
Australie
  • Sydney, église Saint-Patrick .
Espagne
France
Italie
Suisse
Uruguay

Salons, expositions[modifier | modifier le code]

  • Salon de Paris :
    • 1839 : Adam et Eve, no 1254
    • 1841 : Martyre de saint Étienne , no 1219, cathédrale d'Agen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Correspondance du Père Lacordaire, lettre 40/21 du 22 janvier 1840, Lavergne, cosignataire[réf. nécessaire].
  2. Michel Caffort, « Un français nazaréens Émile Signol », Revue de l'Art, n°74, 1986, pp. 47-54, note n°59.
  3. « Ensemble de 12 verrières. Chapelle de l'hôpital Lariboisière » sur inventaire.iledefrance.fr.
  4. Revue d'Archéologie moderne et d'Archéologie générale No 7, Presses Paris Sorbonne, p. 86 (en ligne).
  5. Inventaire après décès de Claude dit Claudius Lavergne
  6. Notice historique sur la chapelle de Notre-Dame-de-Grâce de Honfleur sur bmlisieux.com.
  7. Description et plan des verrières de l'église saint-André de l'Europe sur saint-andre-europe.org.
  8. [PDF] « Les vitraux de l'église Notre-Dame de l'Assomption de Verrières-le-Buisson » sur estevol.com/.
  9. « Pour la restauration des vitraux de la chapelle de Vrigne-aux-Bois » sur latribunedelart.com/.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Hélène Lavallée et Georges Vigne, Les élèves d'Ingres, Musée Ingres, 1999, p. 132.
  • Georges-Claudius Lavergne, Claudius Lavergne, peintre d'histoire et peintre verrier, élève d'Ingres et d'Orsel, Lyon 1815-Paris 1887, Paris, Éd. Bloud [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]