Claudius Lavergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lavergne.
Claudius Lavergne
Claudius Lavergne par lui-même - héliogravure Dujardin.jpg
Héliogravure de Dujardin d'après un autoportrait dessiné à 20 ans.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieux de travail
Enfant
Noël Lavergne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Claudius Lavergne, né le à Lyon et mort le à Paris, est un peintre et critique d'art français, qui fut également peintre-verrier et inspecteur des monuments historiques pour Prosper Mérimée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils de Claude Lavergne, chevalier du lys et peintre d'histoire, fils de Marin Lavergne, peintre héraldiste et peintre d'équipage, il a vu son enfance bercée par la peinture, l'histoire et un point, lui venant de sa mère Maie Benoîte Chauve, la religion. Il devait commencer son éducation à la "Maison de l'ancienne Intendance" près de l'église saint Martin d'Ainay, il y fut un excellent élève mais dès cette enfance, son plus grand plaisir était de faire des paysages d'une rare beauté, des portraits absolument remarquables d'autant plus qu'il recevait tous les conseils pour son art par ses parents. Il poursuit comme Élève de l'École des Beaux Arts de Lyon. En 1834, son père l'envoie auprès d'Ingres pour y étudier la peinture, Ingres devenant directeur de la Villa Médicis, il le rejoignit à Rome avec Flandrin. Lavergne exposa régulièrement au Salon de 1838 à 1878 et en 1838, il expose un tableau religieux "Notre Seigneur entouré d'enfants", qui est acquis par les sœurs de saint Vincent de Paul d'Ainay mais surtout il se fait connaître et comme il est aussi un très bon portraitiste, il fit connaissance de l'abbé Desgenettes, curé à Notre-Dame des Victoires, du Révérend Père Lacordaire; y obtint dans un salon une médaille de 3e classe en 1845 et l'État se décide à lui acheter divers tableaux comme il est d'usage à l'époque. L'année 1853 fut son apothéose en tant que peintre avec la fresque de l'église de Châtillon d'Azergues, une fresque dans la plus pure tradition de Raphaël.

Viollet-le-Duc l'appelle près de lui comme Inspecteur archéologue ce qui va lui permettre d'approfondir ses connaissances du vitrail, il travaillera avec les ateliers Lorrain de Chartres entre autres, sa seconde vie artistique pouvait commencer.

Chapelle de l'Hôpital Lariboisière à Paris : Saint Pierre.

Il crée un atelier de peinture sur verre au 74 rue d'Assas à Paris d'où sortirent de nombreux vitraux. Cet atelier continuera avec ses deux fils Georges Claudius et Noël puis avec le fils du premier nommé André. Il fut également jusqu'à sa mort, président du syndicat de la corporation des maîtres-verriers de France et critique d'art pour le journal l'Univers. Outre quelques verrières pour l'église saint-Merri et l'église saint-Augustin, il devait en outre faire des verrières pour la chapelle Notre-Dame-de-Grâce d'Équemauville (Honfleur).

Pour la France, d'autres le furent pour l'étranger : les vitraux de la chapelle des écoles française à Rome, ceux du couvent des Dames de la Mère de Dieu à San Remo, de l'église Notre-Dame de Genève, la cathédrale de Lausanne, le monastère des Bénédictines dans la province de Burgos (Espagne, les vitraux de l'église saint-Patrick à Sydney, la chapelle des sœurs de saint Vincent de Paul à Buenos Aires, ou la cathédrale de Montévidéo et la liste n'est pas exhaustive.

Il fut également restaurateur de vitraux pour la chapelle du château de Versailles, de l'oratoire de Marie de Médicis au château de Blois ou encore les cathédrales de Senlis, de Noyon, de Rennes, de Verdun, de saint Léonard d'Alençon.

Il épousa la fille de Georges Ozaneaux, Julie, auteur de contes sous le nom de Julie Lavergne avec laquelle il eut neuf enfants.

Sa tombe se trouve au cimetière Saint-Louis de Versailles.

Cathédrale Notre-Dame de Senlis : Détail du vitrail de Saint-Louis réalisé en 1863

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Hélène Lavallée et Georges Vigne : Les élèves d'Ingres (Musée Ingres, 1999) p. 132.
  • Georges-Claudius Lavergne, Claudius Lavergne , peintre d'histoire et peintre verrier, élève d'Ingres et d'Orsel,... Lyon 1815-Paris 1887, éd.Bloud, Paris, s.d. [lire en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :