Claudius Cantiuncula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claudius Cantiuncula
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
MetzVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité

Claudius Cantiuncula (c.1496-1560) est un humaniste lorrain du XVIe siècle. Jurisconsulte, il fut conseiller de Ferdinand Ier en 1533[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Didier Chansonneti[note 1], alias Chansonnette[2] ou Chansonet en français[3], un notaire public des autorités apostolique et impériale de Metz[4], Claudius Cantiuncula naît à Metz, ville libre du Saint-Empire romain germanique, vers 1496[note 2]. Claudius Cantiuncula étudie à Louvain, puis à Bâle.

A Bâle, Cantiuncula est nommé professeur de droit civil en 1518, puis recteur de l'université en 1519. Humaniste reconnu, il publie ses premiers travaux sous son nom latinisé Claudius Cantiuncula[1]. Dès cette époque, il correspond avec Heinrich Cornelius Agrippa[4], alors avocat à Metz, lui faisant notamment parvenir le Compendium d'Érasme et les thèses de Martin Luther[4]. Il restera en contact épistolaire avec Agrippa jusqu'en 1533[2].

En 1522, Cantiuncula est nommé syndic de la ville de Bâle, soit avocat du Conseil. En juillet 1523, il se rend à Paris. De 1525 à 1532[5], il fait fonction de chancelier de l'évêque de Metz, le cardinal de Lorraine Jean III de Lorraine[6]. Chargé de mission diplomatique, notamment aux diètes d'Empire, Cantiuncula garde des contacts étroits avec d'autres humanistes, notamment Johann Apel ou François Douaren[1].

Claudius Cantiuncula décéda à Bâle[note 3] vers 1560[7],

Publications[modifier | modifier le code]

Dans ses ouvrages, Claudius Cantiuncula préconise un enseignement du droit basé sur l’histoire antique, et plus généralement sur les principes humanistes.

  • Topica Legalia, c. 1520
  • De Officio Iudicis, 1543
  • Consilia sive Responsa, 1571

Sources[modifier | modifier le code]

  • Guido Kisch: Claudius Cantiuncula : Ein Basler Jurist u. Humanist d. 16. Jahrhunderts, Helbing u. Lichtenhahn, Bâle, 1970.
  • Hans-Peter Ferslev: Claudius Cantiuncula: Die didaktischen Schriften, Cologne, 1967.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son père signait ses actes "Chansonneti", avec une désinence en "i" fréquemment usitée chez les clercs, ou "Cantiuncula", sa forme latinisée (Prost, 1881).
  2. Selon certains auteurs, Claudius Cantiuncula naît vers 1490 (Herbert Jaumann : Handbuch Gelehrtenkultur der Frühen Neuzeit, vol. 1, 2004, p 163).
  3. Selon d'autres sources, Claudius Cantiuncula décéda à Ensisheim (Biographie universelle ancienne et moderne, Michaud, Paris, 1836, p.123) ou à Metz (Herbert Jaumann : Handbuch Gelehrtenkultur der Frühen Neuzeit, Band 1 : Bio-bibliographisches Repertorium, Gruyter, Berlin, 2004, p.163).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Notice d'autorité sur Katalog der Deutschen Nationalbibliothek
  2. a et b Auguste Prost: Corneille Agrippa; sa vie et ses œuvres, Librairie Champion, Paris, 1881 (pp.300-351).
  3. Herbert Jaumann : Handbuch Gelehrtenkultur der Frühen Neuzeit, Band 1 : Bio-bibliographisches Repertorium, Gruyter, Berlin, 2004 (p. 163).
  4. a, b et c Henri Naef:Les Origines de la Reforme a Genève, Volumes 1 à 2, société d'histoire et d'archéologie de Genève, Genève, 1968 (p.313).
  5. Guillaume Farel 1489-1565, Slatkine, 1930 (notes pp.124-125)
  6. Begin: Biographie de la Moselle I (pp.231-237).
  7. Jean-Nicolas De Surmont:Chanson: Son histoire et sa famille dans les dictionnaires de langue française, De Gruyter, Berlin, 2010.