Claudie Hunzinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claudie Hunzinger
Description de cette image, également commentée ci-après
Claudie Hunzinger.
Naissance (83 ans)
Colmar (France)
Activité principale
artiste plasticienne
romancière
Distinctions
Conjoint
Francis Hunzinger
Descendants
Chloë Hunzinger, Robin Hunzinger
Auteur

Œuvres principales

Claudie Hunzinger, née le à Turckheim[1] , à côté de Colmar dans le Haut-Rhin, France, est une artiste plasticienne et romancière française. L’écriture est au centre de son travail. La nature est très présente dans son parcours. Elle publie des récits et des romans, et reçoit le prix Femina en 2022 pour Un chien à ma table.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Colmar (Alsace) en 1940, elle y poursuit des études classiques.

De 1960 à 1963, elle suit des études supérieures au lycée Claude-Bernard à Paris, pour le professorat de dessin.

Elle a deux enfants[2], Chloé Hunzinger née en 1966, auteure-réalisatrice[3] et Robin Hunzinger, né en 1969, cinéaste documentariste.

Les années de défricheurs et de pionniers du paysage[modifier | modifier le code]

En 1964, Claudie rejoint celui qui deviendra son mari, Francis Hunzinger, qui, après des études à la Bergerie nationale de Rambouillet, s’est installé dans une ferme des Vosges[4] pour élever des brebis[2]. Ils y vivent ensemble un rêve d’enfance. Claudie, qui enseigne au lycée Bartholdi à Colmar depuis 1964, donne sa démission à l’Éducation nationale en 1972. Ils mènent alors une vie de pionniers en montagne, près de tout[5]. Laines, couleurs, tapisseries, expositions. Leur ânesse s’appelle Utopie[6].

En 1973 Claudie Hunzinger publie un récit, Bambois, la vie verte, aux Éditions Stock dans la collection « Stock 2 », réédité en 1979 par André Bay, aux éditions Stock dans la collection « La vie de nature », puis en 2023 aux éditions Cambourakis dans la collection « Radeau »[7],[8].

Les années des Bibliothèques en cendre[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, en collaboration avec Francis Hunzinger, elle s’oriente vers un itinéraire d’artiste plasticienne. Elle explore le concept du livre et de la violence faite au livre[9].

En 1983, elle participe, avec le photographe Pierre Berdoy, à l’exposition « Images et création » dans laquelle elle présente des rouleaux d’écritures calcinés face à de grands tirages en noir et blanc[10].

En 1985, elle commence la série des Bibliothèques en cendre, qu’elle expose à l’Hôtel Salomon de Rothschild de Paris[11], à la Biennale de Lausanne[12], au musée Bellerive à Zurich et au Barbican Centre à Londres. Ces livres et bibliothèques « entretiennent la fiction de livres anciens qu’un feu aurait partiellement détruits. […] Pourtant ils illustrent en même temps que la violence faite aux livres, le souci de leur conservation, puisqu’ils témoignent autant de la destruction par le feu que du respect des fragments épargnés », écrit Anne Moeglin-Delcroix[13]. Claudie Hunzinger participe, la même année, à l’exposition Livres d’artistes à la BPI du Centre Pompidou à Paris[14].

François Mathey, venu visiter son atelier, l’invite à plusieurs expositions au Musée des arts décoratifs de Paris[15].

En 1989, Claudie Hunzinger publie Les enfants Grimm chez Bernard Barrault.

Les années de déchiffreuse des écritures de la nature[modifier | modifier le code]

Avec les années 2000, naît la série des « pages d’herbes » aux écritures géantes[16]. Ces pages sont une exploration d'une linguistique de la nature[17]. Plusieurs « pages d'herbes » sont acquises et présentées par le FRAC/Alsace en 2002 et 2003, notamment lors de l’exposition « Spinoza/spinosa »[18],[19], et dans le cadre des expositions « V'herbe-écrire », « V’herbe cueillir » et « La langue des herbes » organisées dans plusieurs galeries et musées en 2003-2004. Ces expositions donneront lieu à la coédition par l’artiste, le FRAC/Alsace et trois musées du catalogue d’artiste V’herbe avec des photographies de Françoise Saur[20]. En 2006, avec une installation de quatre pages d’herbes monumentales, Claudie Hunzinger fait entrer l’écriture des herbes dans une bibliothèque[21].

La romancière[modifier | modifier le code]

On pourrait distinguer dans ses livres deux courants distincts : le diptyque qui parle des amours de sa mère Emma, dont l’histoire personnelle rejoint la grande Histoire : Elles vivaient d’espoir et L'incandescente. Et ceux qui parlent de la traversée en solitaire[22] d’une existence dans la nature : Bambois, La Survivance, La Langue des oiseaux, L'Affût, Les Grands Cerfs. Elle reçoit pour ses écrits le prix Décembre en 2019 pour Les Grands Cerfs puis le prix Femina en 2022 pour Un chien à ma table[23].

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Bambois, la vie verte, Stock 2, coll. « Vivre », , 194 p. ; Bambois, la vie verte, J’ai lu,  ; Bambois, la vie verte, Stock, coll. « La vie de nature »,  ; Bambois, la vie verte, Cambourakis, coll. « Radeau », , 219 p. (ISBN 978-2-36624-756-5)[24]
  • De toutes les couleurs, Stock,
  • Petit paysage avec la tempête, Stock,
  • Les enfants Grimm, Bernard Barrault,
  • V'herbe, FRAC Alsace / Musée d'art et d'histoire de Belfort / Musée de la Vallée, Barcelonnette / Musée de Salagon, 2003, catalogue d’artiste avec des photographies de Françoise Saur
  • Elles vivaient d’espoir, Grasset, 2010 / J’ai lu, 2012 Liste Grand prix du roman de l’Académie française, liste Médicis, prix Thyde Monnier de la SGDL, prix Edmée de La Rochefoucauld (vie d'une résistante Thérèse Pierre)
  • La Survivance, Grasset, / J’ai lu, 2014 Liste Fémina, liste Médicis, prix des Écrivains du Sud
  • La Langue des oiseaux, Grasset, / J’ai lu 2019 Liste Fémina, finaliste Médicis, prix Pierre Mac Orlan
  • L’Incandescente, Grasset, , 303 p. (ISBN 978-2-246-86251-2) Liste Fémina, liste Médicis
  • L'Affût, éditions du Tourneciel, 2018, livre d’artiste, reliure en feutre, 14 photographies de Fernande Petitdemange
  • Les Grands Cerfs, Grasset, , 192 p. (ISBN 978-2-246-82-137-3) Prix Décembre 2019[23]
  • Un Chien à ma table, Grasset, , 288 p. (ISBN 978-2-246-83162-4) Prix Femina 2022[23]

Expositions[modifier | modifier le code]

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1994 : 128 couleurs de lieux-dits, FRAC/Lorraine, Vic-sur-Seille
  • 1994 : 49 couleurs trouvées, Musée des arts décoratifs, Lausanne
  • 2002 : Spinoza/spinosa, FRAC/Alsace, Sélestat
  • 2003 : V’herbe-écrire, Musée d'art et d’histoire, Belfort
  • 2003 : V’herbe cueillir, Galerie du Granit, Belfort
  • 2003 : La langue des herbes, Musée de la Vallée, Barcelonnette
  • 2004 : La langue des herbes, Musée-conservatoire de Haute-Provence, Salagon
  • 2007 : Herbes, Musée de Montauban Belgique
  • 2008 : Un héritage de couleurs, en collaboration avec Francis Hunzinger, Grünewald, Musée Unterlinden, Colmar
  • 2017 : V’herbe, Pôle Média-Culture Edmond Gerrer, Colmar
  • 2018 : Icônes, en duo avec Anne-Marie Klenes, Galerie Chantal Bamberger, Strasbourg.

Principales expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Papier Objeckte, Museum Bellerive, Zurich / Le papier, un nouveau langage artistique, musée des Arts décoratifs, Lausanne
  • 1984 : Sur invitation, musée des Arts décoratifs, Paris
  • 1985 : Livres mis en scène, CNAP, Paris / Livres d’artistes, Centre Pompidou, Paris
  • 1988 : Soft Art, Barbican center, Concourse gallery, Londres
  • 1991 : Feuilles, Atelier des enfants, Centre Pompidou, Paris
  • 1999 : Sculptures de parfums, Jardin des plantes, Paris / Noir Nero Schwarz Black, Musée des arts décoratifs, Lausanne
  • 2008 : Un héritage de couleurs, Grünewald, Musée Unterlinden, Colmar
  • 2018 : Couleurs, Centre d'art contemporain du Luxembourg belge, Montauban, Belgique.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Autrice[modifier | modifier le code]

En 2005, elle écrit le texte lu en voix-off d'un film documentaire dont son fils Robin Hunzinger est le réalisateur : Où sont nos amoureuses.

En 2021, elle coécrit le scénario et lit le texte en voix-off du film documentaire Ultraviolette et le Gang des cracheuses de sang avec son fils Robin Hunzinger, qui en est également le réalisateur. Le film est sélectionné la même année au festival international du film documentaire d'Amsterdam (IDFA).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Claudie Hunzinger, un monde en soi (A voix nue, France Culture) - site de Claudie HUNZINGER, artiste plasticienne et romancière. », sur www.claudie-hunzinger.com (consulté le )
  2. a et b Claude Lévy, « Bambois à Bambois », Le Monde,‎ 23/24 septembre 1973 (lire en ligne Accès payant)
  3. Film-documentaire.fr, « Chloé Hunzinger », sur www.film-documentaire.fr (consulté le )
  4. Claudie Hunzinger, « Une île en montagne : le projet "in progress" », sur bambois.com,
  5. Claudie Hunzinger, Photos Marc Garanger, in Réalités, no 336, janvier 1974
  6. Jean-Marie Drot, Bambois ou la vie autre, TF1, 21 h 40, 22 juin 1975
  7. « Bambois, la vie verte de Claudie Hunzinger (Récit) : la critique Télérama » Accès payant, sur www.telerama.fr, (consulté le )
  8. Claudie Hunzinger (préf. Pierre Schoentjes), Bambois, la vie verte, Cambourakis, coll. « Radeau », , 224 p. (ISBN 978-2-36624-756-5, présentation en ligne)
  9. « Les bibliothèques en cendres », CEAAC (version du sur Internet Archive)
  10. Christian Caujolle, in catalogue d’exposition, image/objet, mai 1983
  11. Bernard Anthonioz, in Catalogue d’exposition, Livres mis en scène, CNAP, Paris 1985
  12. Catalogue d’exposition, 13° biennale internationale de la tapisserie, Lausanne 1987
  13. Claudie Hunzinger, « Les bibliothèques en cendre - site de Claudie HUNZINGER, artiste plasticienne et romancière. », sur www.claudie-hunzinger.com, (consulté le )
  14. Anne Moeglin-Delcroix, in Livres d’artistes, Centre Georges Pompidou, Herscher, 1985
  15. Catalogues d’exposition, Sur invitation, Musée des arts décoratifs, 1984. Fibres/Art 85, 1985
  16. « Les herbes - site de Claudie HUNZINGER, artiste plasticienne et romancière. », sur www.claudie-hunzinger.com (consulté le )
  17. Claudie Hunzinger et Michel Menu, in c2rmf-Revue Technè no 15
  18. Philippe Piguet, in catalogue d’acquisitions, FRAC/Alsace, 2003
  19. « Claudie Hunzinger – Fonds régional d'art contemporain Alsace », sur frac-alsace.org (consulté le )
  20. « V'herbe : [exposition] "V'herbe-écrire", musée d'art et d'histoire de Belfort, du 7 mars au 11 mai 2003, "v'herbe cueillir", Galerie du Granit, Belfort, du 7 mars au 10 avril 2003, "La langue des herbes", musée de la Vallée à Barcelonnette et au Lauzet-Ubaye, juin-novembre 2003, "La langue des herbes", musée-conservatoire ethnologique de Salagon, Mane, printemps 2004 / Claudie Hunzinger ; [préface de Christophe Cousin, conservateur en chef du musée d'Art et d'Histoire de Belfort] - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le )
  21. « Pages d’Herbes », sur Centre européen d'actions artistiques contemporaines (CEAAC) (consulté le )
  22. Solitaires dans la nature, Les Temps Modernes, numéro 695 Pierre Schoentjes
  23. a b et c « Le prix Femina remporté par Claudie Hunzinger avec Un chien à ma table », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  24. À l’occasion de cette réédition, Claudie Hunzinger donne une série d’entretiens (5 x 28 min) à France Culture, diffusés du 19 au et mis à disposition en ligne : « À voix nue – Claudie Hunzinger, un monde en soi : un podcast à écouter en ligne », sur France Culture (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]