Claude du Granrut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Claude du Granrut
Illustration.
Fonctions
Présidente du Comité des régions (par intérim)
Présidente du groupe PPE au Comité des régions
Vice-présidente du Conseil régional de Picardie
Biographie
Nom de naissance Claude de Renty
Date de naissance (91 ans)
Lieu de naissance Versailles
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique UDF
Conjoint Bernard du Granrut
Diplômé de Institut d'études politiques de Paris

Claude du Granrut, née de Renty à Versailles le , est une magistrate administrative et femme politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille des résistants déportés Germaine et Robert de Renty, elle fut l'épouse du bâtonnier Bernard du Granrut et la sœur de l'infortunée Ghislaine Marchal[1]. Elle sera fondatrice en 2006 et présidente de la Société des familles et amis des anciennes déportées et internées de la Résistance (SFAADIR)[2]. Elle est depuis 2010, secrétaire générale de l'association des déportés, internés et familles de disparus de l'Oise (ADIF de l'Oise). Depuis juin 2014, elle est membre du conseil d'administration de l'Union nationale des associations de déportés, internés et familles de disparus (UNADIF).

Elle suivit ses études au lycée Molière, à l'Institut d'études politiques de Paris, à Mount Holyoke College et à Wellesley College.

En 1950, sa mère accepte d'accueillir Jacqueline Lee Bouvier, qui deviendra trois ans plus tard Jacqueline Kennedy, alors âgée de vingt ans, pour l'année qu'elle passera à Paris pour ses études. Claude du Granrut et Jacqueline Kennedy resteront amies à vie.

Elle est chargée de mission au cabinet du ministre de l'Agriculture, Roland Boscary-Monsservin de 1957 à 1958, au cabinet du secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement et la Promotion sociale, Pierre Dumas de 1966 à 1968, au secrétariat général du Comité interministériel de la formation professionnelle et de la promotion sociale de 1968 à 1971, conseillère technique au cabinet du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Population, Joseph Fontanet, au cabinet du ministre d'État chargé des Affaires sociales, Edgar Faure, puis du ministre de l'Éducation nationale, Joseph Fontanet de 1973 à 1974.

Elle est journaliste à L'Information de 1956 à 1957 et conseillère de Cours administratives d'appel (Conseil d'État).

Nommée au Comité d'étude et de liaison des problèmes du travail féminin en 1967[3], elle est secrétaire générale du Comité de travail féminin de 1971 à 1977, puis chargée de la Mission pour l'insertion professionnelle des handicapés à la Délégation à l'emploi de 1977 à 1988.

Première adjointe du maire de Senlis Arthur Dehaine, elle devient vice-présidente du Conseil économique et social régional de Picardie de 1973 à 1981 et membre du Conseil régional de Picardie depuis 1986 (UDF), dont elle est vice-présidente de 1992 à 2004.

Elle est membre de la délégation française à la Conférence mondiale de la femme à Mexico de 1976.

En 1979, Granrut devient membre du Conseil économique et social.

Membre du Comité des régions au sein de l’Union européenne depuis 1994, elle est présidente du Groupe PPE 2001 à 2002, puis vice-présidente du Groupe PPE. En 2008, elle assure la présidence par intérim du Comité des régions[4].

Claude du Granrut prend part à la Convention sur la charte des droits fondamentaux de 2000 et est déléguée du Comité des régions à la Convention sur l'avenir de l'Union européenne en 2002.

Granrut est membre d'honneur du comité directeur de l'Association française du conseil des communes et régions d'Europe.

Elle est membre de la Commission spécialisée de terminologie et de néologie des sciences et de l'industrie pétrolières[5] et de la Commission nationale des monuments historiques[6].

Elle est commandeur de la Légion d'honneur et grand officier de l'ordre national du Mérite.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Place aux femmes - préface d'Edgar Faure (éditions Stock, 1973, 1976)
  • L'orientation et la formation professionnelles des travailleurs féminins (1976)
  • Le fonctionnement du marché du travail (1979)
  • Europe, le temps des régions (LGDJ, 1994, 1996)
  • La citoyenneté européenne: une application du principe de subsidiarité (LGDJ, 1997)
  • Allez les femmes!: La parité en politique (Descartes & Cie, 2002)
  • La restauration du portail de la cathédrale de Senlis (2003)
  • Une constitution pour l'Europe (LGDJ, 2004)
  • Dix ans en 1940 (2012)
  • Le piano et le violoncelle (éditions du Rocher, 2013)
  • Tous inachevés (2016)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.humanite.fr/le-proces-raddad-attend-sa-revision-589134.
  2. Témoignage de Claude du Granrut présidente de la SFAADIR (société des familles et amis des anciennes déportées et internées de la Résistance. Les enfants de déportés in Rapport d'information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre leshommes et les femmes sur l’engagement des femmes dans la Résistance, à l'occasion de la Journée nationale de la Résistance de 2020 et du 75e anniversaire de la libération des camps de concentration, Sénat, 24 septembre 2020 [lire en ligne]
  3. Legifrance
  4. Claude du Granrut présidente... par intérim
  5. Legifrance
  6. Legifrance

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]