Aller au contenu

Claude de Moy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Claude de Moy est une comtesse de Chaligny, (1572-1627) épouse de Henri de Lorraine-Chaligny.

Claude de Moy naît au château de Thugny-Trugny[1]. Elle est la fille unique de Charles Marquis de Moÿ et de Catherine de Suzanne.

Mariages et enfants

[modifier | modifier le code]
Sa dalle funéraire.

Elle fut mariée à l'âge de onze ans à George de Joyeuse, baron de Saint Didier, le 5e fils de Guillaume de Joyeuse Mareschal de France, et de Marie de Batarnay comtesse du Bouchage.

Veuve, elle épousa en secondes noces, le Henri de Lorraine-Chaligny et eut :

Bienfaitrice d'un monastère

[modifier | modifier le code]

Le bâtiment administratif de la médiathèque Voyelles à Charleville-Mézières est le pavillon de la comtesse de Chaligny, il est édifié en 1623 pour compléter un monastère édifié en 1622 dans Charleville, ville nouvelle, sur l'actuelle place Jacques-Félix, alors place du Saint-Sépulcre. La vocation des sépulcrines était l'instruction des jeunes filles. Veuve, la comtesse de Chaligny, Claude de Moy, fut en effet, fondatrice, religieuse et bienfaitrice du monastère des Sépulcrines[2], elle est enterrée en 1627 dans la chapelle du Saint-Sépulcre. Sa pierre tombale, retrouvée en 1866, est conservée au Musée de l'Ardenne : "Cy gist très illustre et très puissante princesse madame claude de Moy, comtesse de Chaligny, veuve de Monseigneur le sérénissime Prince Henri de Lorraine, comte de Chaligny, fondatrice et religieuse de ce monastère, nommée en religion sœur Marie de Saint-François, dont la vie fut un exemple de piété d'une humilité profonde, une pauvreté exacte et une parfaite obéissance, laissant à cette maison dont elle fut l'honneur et la gloire des marques éclatantes de douceur et de charité et de mépris du monde. Elle décéda le troisième jour de novembre 1627 âgée de 55 ans et de sa profession religieuse un an et neuf mois."

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Voir une biographique panégyrique dans : Jean-Baptiste-Joseph Boulliot, Biographie Ardennaise ou histoire des Ardennais, Paris, 1830, vol.2, p. 220 [1].
  2. Revue de Champagne et de Brie