Claude de Chastellux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Claude de Chastellux
Claude de Chastellux
Portrait Claude de Beauvoir, seigneur de Chastellux, maréchal de France peint en 1835 par Henry Scheffer (La Haye, 1798 ; Paris, 1862) : commande de Louis-Philippe Ier pour le musée historique de Versailles.

Décès 1453
Origine Flag of Cross of Burgundy.svg Duché de Bourgogne
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Grade Maréchal de France Maréchal de France
Famille Maison de Beauvoir-Chastellux

Emblème

Claude de Beauvoir, seigneur de Chastellux, né vers la fin du XIVe siècle en Bourgogne, mort en 1453.

Issu d'une ancienne famille de Bourgogne, les Beauvoir-Chastellux, sire de Chastellux, vicomte d'Avallon, il assista à la dernière période de la guerre de Cent Ans, qui se termina en 1453, l'année même de sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nommé en 1409, chambellan du duc de Bourgogne, il fut l'un de ses plus fidèles soutiens, tout au long de sa vie. Il servit avec le plus grand zèle Jean sans Peur, pendant les troubles du règne de Charles VI. Il prit part aux luttes entre les Bourguignons et les Armagnacs qui avaient fait assassiner Jean sans Peur, puissant seigneur qui tenait en échec le roi de France et reconnaissait la domination anglaise.

Chastellux assista au désastre d'Azincourt en 1415, et contribua à la prise de Paris effectuée par les Bourguignons en 1417 par la connivence de Perrinet Leclerc. Le roi Charles VI le Fol lui remit le bâton de maréchal de France le et l’établit son lieutenant et capitaine général dans le duché de Normandie. Chastellux enleva aux Anglais la place de Louviers, et le roi lui donna des témoignages de sa satisfaction en lui accordant de grands biens. Mais la mort de Charles VI changea la face des choses. Charles VII étant brouillé avec le duc de Bourgogne, le sire de Chastellux combattit dès lors le roi de France.

Il soutint en 1423 le siège de Cravant, place considérée comme une des clefs de la Bourgogne, contre l’armée de Charles VII et fit prisonnier Jean Stuart, connétable d’Écosse. Mémorable victoire qui assura le triomphe des Bourguignons et valut à Chastellux de grands honneurs. Ainsi, pour avoir remis Cravant au chapitre d'Auxerre, de qui elle dépendait, il fut fait de droit premier chanoine d'Auxerre, privilège transmissible à l'ainé des Chastellux.

Chastellux représenta le duc de Bourgogne à l’assemblée tenue à Auxerre en 1432 pour négocier la paix générale avec le cardinal de Sainte-Croix, légat pontifical et les ambassadeurs des rois de France et d’Angleterre. Chastellux apposa son sceau au traité qui fut conclu à la fin de 1432.

En 1441, à la bataille de Pontoise, il combattit Jacques d'Espailly dit Fort-Épice, le chef des écorcheurs qui tentait une incursion en Bourgogne. Le Charles, comte de Nevers, lui confia le gouvernement du Nivernais pour l’exercer en son absence et en celle d’Hugues de Digoine, seigneur de Thianges[1].

Le duc de Bourgogne le manda plusieurs fois auprès de lui à Dijon pour des expéditions militaires et pour des missions diplomatiques, entre 1446 et 1450.

Il fut gouverneur du Nivernais de 1445 jusqu'à sa mort.

Le maréchal de Chastellux mourut en 1453 et fut inhumé en la cathédrale d'Auxerre.

Union[modifier | modifier le code]

  • Alix de Toucy (ca 1360 - † ), mariage sans postérité en 1412, veuve d'Ogier IX d'Anglure (ca 1360 - 1412).

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Heraldique couronne vicomte français.svg
Blason fam fr de Beauvoir-Chastellux.svg

D'azur, à la bande d'or, acc. de sept billettes du même, trois de chaque côté de la bande et la septième au canton senestre du chef.[2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la ville de Nevers
  2. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com

Articles connexes[modifier | modifier le code]