Claude Vinci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Claude Vinci, né le à Frédille (Indre) et décédé le , est un chanteur et parolier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études secondaires à Châteauroux, il s'installe à Paris en 1951. Il joue au sein de l'International Juniors Football pour le tournoi de Vienne en Autriche. Ami de René Vignal, ce dernier lui présente Yves Montand en 1953 lors des Six-Jours de l'ex Vel-dHiv.

Il choisit alors la chanson, délaissant le football et bien qu'il soit ingénieur diplômé de l'École des Arts et Métiers. Il se produit dans les cabarets de la Rive Gauche de l'époque : L'Écluse, L'Échelle de Jacob, le College Inn, La Colombe, Le Cheval d'or, La Chanson Galande, Le Port du Salut...

En 1956, il est rappelé en Algérie : il déserte[1] après avoir été témoin d'un massacre[2]. En 1963, il enregistre son premier album chez Philips avec Claude Dejacques : Claude Vinci chante Paul Éluard, préfacé par Yves Montand et orchestré par François Rauber. En 1964 et 1965, il signe deux nouveaux albums chez Philips : Vingt ans déjà se vend à plus de 80 000 exemplaires. Il abandonne le cabaret pour le récital en 1966.

De 1967 à 1972, il enregistre quatre albums : Chansons pour vivre, Chansons de la Grande Patience, Je revendique, Faire le point.

Entre 1975 et 1978, il travaille avec Jean-Claude Petit et Jean-François Gaël pour les musiques, et l'arrangeurmusical Jean Musy à une cantate intitulée Mon pays. Refusée par sa maison de disques (Le Chant du Monde), cette œuvre ne sera publiée qu’en 1999.

En 1984, il abandonne momentanément la chanson. Il travaille alors pour le cinéma en Italie, après avoir rencontré Monica Vitti, pour qui il écrit un film (jamais réalisé).

Il revient à la chanson en 1993 avec l'album Racines, avec lequel il remonte sur scène. Il publie ensuite deux livres, l’un consacré au maquis (La Trop Courte Vie d’Adrien), l’autre à la guerre d’Algérie (Les Portes de fer).

En 2003, il sélectionne une petite cinquantaine de ses chansons pour figurer dans un double album compilatoire intitulé Quarante ans de chansons.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1963 : Claude Vinci chante Paul Éluard (Philips)
  • 1964 : Vingt ans déjà...
  • 1966 : Chansons pour vivre
  • 1967 : Octobre
  • 1969 : Chansons de la grande patience (volume 1)
  • 1969 : Chansons de la grande patience (volume 2)
  • 1971 : Je revendique
  • 1972 : Faire le point
  • 1993 : Racines
  • 1999 : Mon pays

Compilation[modifier | modifier le code]

  • 2003 : Quarante ans de chansons

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Trop Courte Vie d'Adrien, Le Temps des cerises, 1995
  • Les Portes de fer. « Ma guerre d’Algérie » et « ma » désertion, Le Temps des cerises, 2003

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Joëlle Rupp, Vinci soit-il, préface de Gilles Perrault, Le Temps des cerises, 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il a participé à ce titre au documentaire réalisé en 1998 par Ute Bönern et Gerald Endres, La guerre d’Algérie. Un combat sur plusieurs fronts (production Südwestrundfrunk-Arte, 52 min)
  2. Tramor Quemeneur, Ils ont dit “non” à la guerre sans nom

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]