Claude Robin (football, 1960)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Claude Robin (1960))

Claude Robin
Image illustrative de l’article Claude Robin (football, 1960)
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France US Orléans (entraîneur)
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (60 ans)
Lieu Saint-Julien-en-Genevois (France)
Taille 1,76 m (5 9)
Période pro. 19791993
Poste Défenseur
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1977-1978Drapeau : Suisse Servette Genève
1978-1983Drapeau : France RCFC Besançon101 0(5)
1983-1986Drapeau : France Lille OSC112 0(3)
1986-1987Drapeau : France Olympique lyonnais043 0(0)
1987-1990Drapeau : France FC Grenoble068 0(0)
1990-1993Drapeau : France FC Gueugnon074 0(2)
1993-1996Drapeau : France USFC Vesoul
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1993-1996Drapeau : France USFC Vesoul (entr.-joueur)
1996-2005Drapeau : France Vesoul HSF
2005-2007Drapeau : France AS Saint-Étienne rés.
2007-2009Drapeau : France ES Troyes AC (jeunes)
2009Drapeau : France ES Troyes AC (intérim)
2009-2013Drapeau : France ES Troyes AC (jeunes)
2013-2015Drapeau : France ES Troyes AC rés.
2015-2016Drapeau : France ES Troyes AC
2017Drapeau : France Red Star FC
2018-2020Drapeau : France USL Dunkerque
2020-Drapeau : France US Orléans
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Claude Robin est un footballeur français reconverti entraîneur, né le à Saint-Julien-en-Genevois en Haute-Savoie. Il a commencé sa carrière de jeune footballeur à Ferney-Voltaire dans le Pays de Gex. Depuis le , il est entraîneur de l'US Orléans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Originaire de Haute-Savoie, son histoire avec le football commence à Ferney-Voltaire (Rhône-Alpes) mais sa carrière débute réellement au Servette FC où il ne reste qu’une saison, en 1977-78.

C'est en France que sa carrière prend forme. À Besançon, au Racing Club Franc-Comtois, où il arrive alors que le RCFC vient de manquer ses barrages d’accession à la Division 1. En 1983, il part pour le Nord et la Division 1, à Lille. Avec le Lille Olympique Sporting Club, il se hisse en 1983 et en 1986 en demi-finales de Coupe de France. Saison au terme de laquelle, il redescend plus au sud en ralliant Lyon, alors en D2. Il y voit notamment les débuts de dirigeant de Jean-Michel Aulas. Après une saison chez les Gones, sa carrière continue à un peu plus de 100 kilomètres de là, à Grenoble, fraichement promu en D2. Défenseur d’expérience, il accompagne l’éclosion de deux futurs champions : Youri Djorkaeff et Gustavo Poyet.

En 1990, sa dernière aventure professionnelle prend place, durant 3 saisons, à Gueugnon, solide club de Division 2 et demi-finaliste de la Coupe de France en 1992. En 13 saisons de professionnalisme, il totalise 264 matchs de D2 et 101 de D1[1].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Les débuts à Vesoul[modifier | modifier le code]

À 33 ans, il rejoint Vesoul comme entraîneur-joueur jusqu’à ses 37 ans. Désirant trouver un poste à plein temps dans un club, Vesoul réalise son souhait où on lui permet d'uniquement se consacrer au métier d’entraîneur. Il participe alors à la montée du club de la DH à la CFA, en 2001.

Après 12 ans passés au club, Luc Brader, directeur du centre de formation de l’ASSE, le place à la tête de l’équipe réserve stéphanoise, une opportunité intéressante pour lui de se confronter à un nouveau challenge et franchir un palier. Ayant fait le tour de la question à Vesoul, il trouve dans le Forez un environnement de travail plus confortable après avoir occupé les fonctions de médecin, kiné, entraîneur ou d’intendant en Franche-Comté. Son objectif y est de former les joueurs à devenir professionnels, tout en prônant un jeu tourné vers l’offensive[1].

Dans la génération qu’il prend en main, on retrouve Yohan Benalouane, Julien Cétout, Eric Bauthéac et Nabil El Zhar avec qui il termine quatrième de CFA. La saison suivante, avec le nouveau venu Siaka Tiéné, est plus difficile, la réserve évitant la descente au gré d’une meilleure différence de buts.

Arrivée à l'ESTAC[modifier | modifier le code]

, il devient directeur du centre de formation de l’ESTAC, dirigeant également les 18 ans du club. En Ligue 2, le , Troyes s’incline 2-1 face à Montpellier : Ludovic Batelli est alors remercié après une série de onze matchs sans victoire. L'ESTAC est dix-huitième et il reste 5 journées à Claude Robin pour sauver le club de la relégation. Avec une victoire, deux nuls et deux défaites, le pari sera perdu. Une équipe qui comptait dans ses rangs Claudio Beauvue, Cyrille Merville, Eric Marester, Julien Faussurier, Benoit Lesoimier, Diallo Guidileye, Mounir Obbadi ou encore Fabrice Fiorèse[1]. À l'intersaison, il est remplacé par Patrick Remy.

Retourné au centre de formation, il se voit confier l'équipe de CFA2 en 2011 avec un groupe issu des U19 finalistes de la Gambardella. Au dénouement de la saison 2013-14, la réserve est promue en CFA avec Paul Bernardoni dans les buts. Sous sa houlette, Fabrice Nsakala, Djibril Sidibé, Corentin Jean et Jimmy Cabot passent professionnels[1].

Titulaire du DEPF, il est une nouvelle fois nommé à la tête de l'équipe première le à la suite du départ de Jean-Marc Furlan. Le club est alors dernier du championnat, sans victoire et à 13 points du premier non-relégable. Il est accompagné dans ses fonctions par Michel Padovani, Mohamed Bradja et Olivier Tingry[2]. C'est ce trio qui lui succèdera un peu moins de deux mois après sa nomination lorsqu'il est limogé le au lendemain d'une défaite 4 à 0 à Guingamp[3]. Malgré une première victoire en championnat sous sa direction et une qualification en huitièmes de finale de la Coupe de France, il quitte le club en .

Red Star FC[modifier | modifier le code]

Le , il rejoint le Red Star FC pour épauler Manuel Pires, ce dernier n'ayant pas les diplômes nécessaires pour endosser le rôle d'entraîneur principal[4]. Le duo ne parvient pas à maintenir le Red Star en Ligue 2.

USL Dunkerque[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé entraîneur de l'USL Dunkerque[5]. Le 13 mai 2020, L'USLD annonce la non-prolongation du contrat de son entraîneur malgré la montée du club en Ligue 2.

US Orléans[modifier | modifier le code]

Le , seulement trois semaines après sa non-prolongation avec l'USL Dunkerque, il s'engage pour une durée de deux ans en faveur de l'US Orléans, qui vient d'être reléguée en National 1[6].

Clubs entraînés[modifier | modifier le code]

  • 1993-1997 : Entraîneur-joueur puis entraîneur du Vesoul HSF
  • 1997-2005 : Entraîneur du Vesoul HSF
  • 2005-2007 : Entraîneur de l'équipe réserve de l'ASSE
  • 2007- : Directeur du centre de formation de l'ESTAC
    • Avril- : Intérim à la tête de l'équipe première (Ligue 2)
    • 2011-2015 : Entraîneur de l'équipe réserve
    • Déc. 2015 : Nommé à la tête de l'équipe première
  • 2017 : Entraîneur du Red Star FC
  • -juin 2020 : Entraîneur de l'USL Dunkerque.
  • depuis juin 2020 : Entraîneur de l'US Orléans.

Palmarès entraîneur[modifier | modifier le code]

  • Montée de Vesoul HSF de la Division Honneur au CFA

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Mais qui es-tu Claude Robin, nouvel entraineur de l'ESTAC ? - Stats L1 - MPG », sur Stats L1 - MPG (consulté le 13 décembre 2015)
  2. « Claude Robin nommé nouvel entraîneur de Troyes », sur L'Equipe.fr (consulté le 8 décembre 2015)
  3. www.lunion.fr, « Un trio pour remplacer Claude Robin, l’entraîneur de Troyes », sur lunion (consulté le 9 février 2016)
  4. « National : « Le Red Star, c’est la grosse Bertha ! », assure le coach du leader Dunkerque », sur leparisien.fr,
  5. « Claude Robin nommé entraîneur de l'USLD - USL Dunkerque », sur USL Dunkerque, (consulté le 26 juin 2020).
  6. Centre France, « Football - Claude Robin sera bien l'entraîneur de l'US Orléans la saison prochaine », sur www.larep.fr, (consulté le 3 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]