Claude Givaudan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Claude Givaudan est un galeriste, éditeur et producteur franco-suisse des années 1960-1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une illustre famille de chimistes spécialisés dans les arômes de synthèse (Léon et Xavier Givaudan), Claude Givaudan et son épouse Béatrice inaugurent le 18 janvier 1966 à Paris, 201 boulevard Saint-Germain, la Galerie Givaudan[1]. Parmi les administrateurs se trouve être le Suisse Harald Szeemann. Cette galerie ne vise pas simplement à exposer des artistes contemporains, elle présente aussi des livres d'artistes, des objets, qu'elle édite elle-même et qu'elle appelle des « multiples ». Ils inaugurent aussi une autre galerie d'exposition, cette fois à Genève située 16 place Longemalle.

À l'instar d'éditeurs comme François Di Dio ou Robert Morel, mais beaucoup plus centré sur l'art contemporain et les artistes eux-mêmes, Claude Givaudan commence à éditer des objets conçus avec des artistes et signés par eux, des multiples qui se voulaient des « créations […] plus radicales encore, [et qui] ont exploité des techniques et des matériaux modernes comme supports de l'édition, assimilant le livre-objet à une installation[2]. »

Givaudan s'inscrit ainsi dans la tradition des éditeurs d'art spécialisés dans l'estampe (qu'il perpétue) ou la gravure, mais selon un angle économique radicalement différent, du moins en son temps. Comme le soulignait en 1968 le critique Otto Hahn, Givaudan veut « casser le système des galeries, aujourd'hui dépassé, et tenter de le remplacer par une distribution genre librairie [et] moraliser le marché de l'art[3]. »

Pendant près de vingt ans, Claude Givaudan édite des centaines de multiples d'artistes, parfois avec la complicité de poètes, d'écrivains ou d'acteurs, objets prenant différentes formes souvent très originales — livres-objets, boîtes, disques, parfums, films, etc. — aujourd'hui fort recherchés par les collectionneurs mais dont les prix étaient, à l'époque de leur tirage (limité), considérés comme raisonnables (du moins, si on les comparait aux prix des estampes classiques). Le catalogue de cette maison d'édition-galerie[4] atypique, inédit à ce jour, révèle une impressionnante liste d'artistes internationaux et un imaginaire comme « débridé » ou « hors-limite ».

En France, à cette même époque, et à titre d'exemple, la galerie Artcurial (Paris), perpétua longtemps l'édition de multiples à l'instar d'un Givaudan.

Expositions mémorables[modifier | modifier le code]

  • 1967 : "À travers voir. Piotr Kowalski", Galerie Givaudan, Paris (6-31 janv.)
  • 1967 : "Ready-mades et éditions de et sur Marcel Duchamp", Galerie Givaudan, Paris (du 8 juin au 30 sept.)
  • 1969 : "Louis Cane", Galerie Givaudan, Paris
  • 1969 : "Carl Fredrik Reuterswärd. Laser à la main", Galerie Givaudan, Paris (juin)
  • 1979 : "World Art Exposition", Boston

Édition[modifier | modifier le code]

Livres / Multiples (catalogue sélectif)[modifier | modifier le code]

  • Piotr Kowalski & Ghérasim Luca, Sisyphe Géomètre, Genève, Impr. Union (Paris), 1966 - livre sculpture comprenant des formes en verre remplies de gaz (néon, mercure, hélium) et un générateur électrique[5]
  • Catalogue-sculpteurs, Genève, 1966 : 70 reproductions photographiques d’œuvres de Etienne-Martin, Miguel Berrocal, Michel Charpentier, Jacques Brown, Jacques Delahaye, Elisabeth Frink, Wilhelm Loth, Bernard Meadows, Isabelle Waldberg et Carlo Ramous[6].
  • Arthur Rimbaud, Phrases, Genève, 1966 - Boîte cylindrique en verre. Le texte est imprimé sur une feuille au fond de la boîte et recouvert de mercure et de billes en verre ; placé verticalement, le livre s'ouvre.
  • Pablo Neruda & Hundertwasser, Hauteurs de Macchu-Picchu, Genève, 1966 - Emboîtage de 32 formes lithographiées sur montage en bois noir
  • Octavio Paz, Vrindaban, Genève, 1966 - boîte triangulaire contenant un cahier relié spirales formant un volume
  • Etienne-Martin, Abécédaire et autres lieux, Genève, 1967 - Parallélépipède constitué de 60 feuilles avec montures en laiton, photographies et cartes sérigraphiées.
  • Ghérasim Luca, Passionnément, Genève, 1967 - poème sonore sur disque 33 tours
  • Octavio Paz & Marcel Duchamp, Marcel Duchamp ou le château de la pureté, Genève, 1967 - 101 pages comprenant 16 sérigraphies d'ombres portées de ready-mades signées
  • Alain Jouffroy & Roberto Matta, L'abolition de l'art[7], Genève, 1968 - Emboîtage contenant une longue bande dessinée
  • Erró : Erró - Tics, Genève, 1969
  • Martial Raysse, Démocratie, Genève, 1970 - bouteille de parfum en deux éditions : homme (bleu) et femme (jaune) ; le jus, original, contient des billes de verre[8]
  • Alan Odle, Gargantua, contes drolatiques de Balzac, Genève, 1977
  • William S. Burroughs, Letters to Allen Ginsberg. 1953/1957, éd. bilingue, Geneva: Claude Givaudan/Am Here Books, 1978
  • Kowalski, espaces, épreuves : contient Serre des temps de Henri-Alexis Baatsch ; Cimento : Kowalski de Jean-Christophe Bailly ; Idées récurrentes sur l'épreuve du sens de Jacques Dyck, Genève, 1978 - Reliure en basane verte, plats en verre en hologramme et bague en or, gravée
  • Daniel Pommereulle, Café sanglant, Genève, 1978 - Reliure en maroquin brun signée Dominique Rutschmann avec incrustations de lames de couteaux à lancer en acier
  • Alain Jacquet, Helen's boomerang, Genève, 1978 - Étui comprenant un signet pentagramme en or
  • William S. Burroughs, Scrapebook 3, Genève, 1979 - Fac-similé de 146 pages en xérocopies couleurs entoilées.

Films d'artistes[modifier | modifier le code]

Dans ses galeries, dès avril 1968[9], Givaudan produit, édite et vend[10] un certain nombre de courts et moyens métrages conçus par des artistes, en 16 mm couleurs ou noir et blanc, dont :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cf. carton d'inauguration.
  2. Marie-Françoise Quignard in Dictionnaire encyclopédique du livre, Ed. du Cercle de la Librairie, Tome II, p. 796.
  3. « Les Multiples à Paris », in Art International, XII/1, janvier 1968.
  4. Mises en sommeil au milieu des années 1980, les Éditions Claude Givaudan SA ont été liquidées le 1er février 1995.
  5. Cf. Réserve des livres précieux, BNF, cote RES G-VARIA-24.
  6. Contenant l'avertissement suivant : "Catalogue destinés aux stressés, hyperactifs, suroccupés, flemmards & impatients qui, plutôt que de se déplacer, préféraient consulter ces fiches au coin du feu, une bonne pipe et un verre de whisky à portée de main".
  7. Une édition "courante" existe sans Matta mais avec 5 reproductions de la série Urgences de Daniel Pommereulle.
  8. Sauf erreur, c'est la première fois qu'un artiste contemporain conçoit une bouteille de parfum.
  9. Il aurait été le premier à le faire, d'après Jean-Pierre Bertin-Maghit, « Les Années 70 : De l'expérimentation à l'institutionnalisation », in Les Cahiers Artes, Bordeaux, 2006, p. 47.
  10. Les prix variaient entre 150 et 3000 Fr. suisse.
  11. Cf. casting complet sur le site Imdb.
  12. Il existe un 33 tours pressé par Givaudan qui reproduit les entretiens de Prévost avec des manifestants.

Articles connexes[modifier | modifier le code]