Claude Fisco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Claude Joseph Antoine Fisco
Présentation
Naissance
Louvain
Décès
Erps-Kwerps
Nationalité autrichienne, néerlandaise
Mouvement Architecture néo-classique
Œuvre
Réalisations place des Martyrs

Claude Joseph Antoine Fisco, né à Louvain le et mort le à Kwerps, est un ingénieur militaire, d'abord au service de la Maison d'Autriche puis des États belgiques unis[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

La place des Martyrs, réalisée par Claude Fisco

Fils d'Antoine Fisco (1700-1774), notaire apostolique et de Magdelaine Taverniers, Claude Fisco effectue ses humanités et sa philosophie à Louvain[2]. Destiné à l'état militaire, il suit des cours à l'école hydraulique et à l'Académie de peinture, sculpture, architecture et mathématiques à Bruxelles. En 1756, il est admis dans le corps du génie militaire en qualité de cadet-ingénieur. Il effectue les campagnes de la Guerre de Sept ans[2].

Il interrompt sa carrière au sein de l'Armée impériale pour entrer dans le génie civil ou corps hydraulique des Pays-Bas en qualité de conducteur-ingénieur avant d'obtenir le grade d'officier ingénieur. Il s'illustre dans la rénovation du canal de Louvain à la Dyle en construisant deux écluses ; il participe à l'amélioration de la circulation sur la Dendre, établit un nouveau plan pour la défense de la place d'Ostende et améliore son port en l'agrandissant. En 1770, il lève la carte topographique de la Basse-Semois, objet d'un arrangement territorial entre la France et les Pays-Bas. Il prend ensuite part aux travaux modifiant la citadelle d'Anvers. En 1771, il est nommé directeur des travaux publics de la ville de Bruxelles et enseigne l'architecture à l'Académie de peinture, sculpture, architecture et mathématiques.

Il fait les deux campagnes de 1784 et 1785 contre la Hollande. Il reprend ensuite du service comme ingénieur des fortifications dans les armées belgiques lors de la révolution brabançonne. Il devient général de brigade du génie et participe aux campagnes de France de 1794 et 1795. Il se retrouve sans emploi et se retire à Bruxelles en 1795 avant de rentrer à Louvain, sa ville natale en 1804 où il est nommé directeur des travaux et architecte de la ville, fonctions dont il se démet en 1807. Il se retire alors chez son neveu et filleul Joseph Antoine Emmanuel Fisco, desservant de la paroisse d'Erps-Kwerps.

Comme beaucoup de personnalités bruxelloises de l'époque autrichienne, il est un adepte de la franc-maçonnerie, membre de la loge l'Heureuse Rencontre, seconde loge de Bruxelles, n°8, où il est inscrit aux tableaux de 1777 et de 1786.

Il figure aussi parmi les fondateurs de la société secrète patriotique "Pro aris et focis".

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Construction d'une voûte sur la Senne (1772) au Quai des Poissonniers.
  • L'Amigo, reconstruit en 1791.
  • Projet refusé pour une nouvelle place Royale.
  • La place Saint-Michel, actuelle place des Martyrs, dont il fit les plans ainsi que ceux des bâtiments qui l'entourent ; les travaux furent terminés en 1775.
  • L'église Saint-Pierre d'Uccle, réalisée de 1778 à 1782.
  • Établissement d'un entrepôt rue de Laeken (1780).
  • Reconstruction de la Fontaine du Cracheur (1786).


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives Générales du Royaume, Commune d'Erps-Kwerps, Actes de décès 1825, n°1 rédigé le 5 janvier en néerlandais : Décès de "Claudius Josephus Antonius Fisco, 89 ans, particulier célibataire, décédé le 4 janvier à huit heures du soir chez son neveu J.A.E. Fisco, pasteur de la paroisse de Kwerps"
  2. a et b Le Bulletin du bibliophile belge, Bruxelles, 1871, pp 149-152

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Des Marez, mis à jour par A. Rousseau, Guide illustré de Bruxelles, Bruxelles, Touring club royal de Belgique, édition de 1979, pp. 153, 156, 250, 252, 253, 292, 293, 317, 365.
  • Michèle Galand, "L'ingénieur-architecte Fisco, contrôleur des travaux de la ville de Bruxelles", dans, La place des Martyrs, Bruxelles, CFC-Éditions, 1994, pp. 133-155.
  • Joan O'Donnell, "Claude Fisco, ingénieur et architecte. 1736-1825", dans, Cahiers Bruxellois, tome 18, 1973, pp. 115-127.
  • Éric Hennaut, "Originalité et tradition de la place", dans, La place des Martyrs, Bruxelles, CFC-Éditions, 1994, pp. 91-131, passim.
  • X. Heuschling, "Notice sur Claude-Joseph-Antoine Fisco, homme de guerre, ingénieur et architecte, 17361825", dans, Le Bibliophile belge, tome 6, 1871, pp. 141-173.

Liens internes[modifier | modifier le code]