Claude Chauvet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude Chauvet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
Nom de naissance
Claude ChauvetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
RésistanteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Lieux de détention
Ravensbrück, camp de concentration de Zwodau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Claude Chauvet, née le à Tours et morte le à Draveil, est une bibliothécaire et résistante française. Arrêtée en avril 1944, elle est déportée en mai de la même année à Ravensbrück puis affectée au Kommando de Zwodau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Chauvet s'engage très tôt dans la Résistance intérieure française, entre 1941 et 1942. Elle est membre des Mouvements Unis de la Résistance (MUR), comme son père, Jacques Chauvet, alias Desgranges, secrétaire honoraire des facultés de Lettres et de Sciences de Montpellier, qui sera arrêté par la Gestapo le 21 avril 1944 et mourra en déportation dans le camp de Neuengamme. Son alias dans la Résistance est Richart[1].

Fiche universitaire de Claude Chauvet à la faculté de droits de Montpellier (Arch.dep. Hérault, 8 ETP 343)

Bachelière en philosophie en 1941, Claude Chauvet est étudiante en droit à la faculté de Montpellier. Entrée en résistance en 1941 ou 1942, elle devient agent de liaison et assistante sociale départementale du service social de la Résistance. Elle participe à la diffusion de tracts[2].

Arrêtée le 21 avril 1944, Claude Chauvet est déportée successivement au camp de Ravensbrück (sous le n°matricule 39037) le 13 mai 1944, puis au Kommando de Zwodau (sous le n°matricule 51.538)[3].

Libérée le 7 mai 1945, Claude Chauvet reprend ses études de droit à Montpellier et soutient une thèse en mai 1949, tout en travaillant à la Bibliothèque centrale de prêt de l'Hérault. Nommée à la bibliothèque du Conservatoire national des Arts et Métiers en 1954, elle en devient la directrice en 1964[2]. Elle épouse André Michel le 12 février 1955 (dont elle divorcera en 1967). Ils ont une fille, Hélène Michel[4]. Elle meurt à l'âge de 58 ans des suites d'une longue maladie[2].

André Michel publie ses mémoires en quatre tomes, à partir de notes dactylographiées qu'elle lui avait confiées, en 1995 : Mes Moires[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

  • « Lettre C (1945-1949) et Lettre D (1945-1949) [contient notamment les dossiers individuels de Raymond Chauliac (1945), Laurent Benjamin Antony Duviols ([1945]-1948)]. ». Fonds de l'association départementale de l'Hérault de la Fédération nationale des déportés, internés et résistants patriotes [FNDIRP-Hérault] (1944-1982); Série : J - Archives privées; Sous-série : 168 J; Cote : 168 J. Archives départementales de l'Hérault (présentation en ligne).
  • « Dossiers individuels de déportés politiques rapatriés ». Fonds : Direction départementale de l'Office national des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (1939-2008); Série : W - Archives publiques; Sous-série : 13; Cote : 13 W 182. Archives départementales de l'Hérault (présentation en ligne).
  • « Médaille de la reconnaissance française ». Fonds : Cabinet du préfet (1932-2019); Série : W; Sous-série : 30; Cote : 30 W 3. Archives départementales de l'Hérault (présentation en ligne).

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Aron, Dossiers de la Seconde Guerre mondiale, Plon, (ISBN 2-259-00003-7 et 978-2-259-00003-1, OCLC 2440820, lire en ligne), p. 48
  2. a b et c Anne-Marie Pavillard, « Des bibliothécaires, résistantes et déportées », dans Femmes en déportation : Les déportées de répression dans les camps nazis 1940-1945, Presses universitaires de Paris Nanterre, coll. « Sources et travaux de la BDIC (La Contemporaine) », (ISBN 978-2-84016-409-8, lire en ligne), p. 165–179
  3. André Michel, « In Memoriam Claudie Michel, », Voix et Visages, no 182,‎
  4. a b et c Claude Michel, Mes moires, A. Michel, [1995-2002] (ISBN 2-9505658-4-0, 978-2-9505658-4-6 et 2-9505658-2-4, OCLC 35599658, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]