Claude Carloman de Rulhière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant français
image illustrant un historien image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français et un historien français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Claude Carloman de Rulhière
Claude Carloman de Rulhière.jpg

Claude Carloman de Rulhière

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
BondyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Académie française (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Claude Carloman de Rulhière, probablement né le [1],[2],[6] à Bondy (Seine) et mort le dans le 1er arrondissement de Paris[7], est un poète et historien français.

Carrière[modifier | modifier le code]

En accompagnant le baron de Breteuil à Saint-Pétersbourg, comme secrétaire d’ambassade, en 1760, il observa, pour la retracer plus tard dans tous ses détails la révolution de 1762, la façon par laquelle Catherine II de Russie arriva au trône en passant sur le cadavre de son époux. À son retour, ses amis le pressèrent d’écrire ses récits, et c’est plus particulièrement, aux instances de la comtesse d’Egmont qu’il céda. Toutefois, la cour de Russie craignant des révélations compromettantes, lui fit demander d’adoucir certains faits. Il refusa, mais promit que l’ouvrage ne paraîtrait qu’après la mort de Catherine II. C’est grâce à la lecture de fragments de cet ouvrage, que Rulhière, historiographe aux Affaires étrangères et secrétaire des commandements de Monsieur, comte de Provence, entra à l’Académie française en 1787[8].

Ses curieuses ressources provenaient du gouvernement de la fontaine de la Samaritaine à Paris. Le rapport en était assez élevé, ce qui contribue à expliquer son attitude malveillante envers la Révolution qui lui supprima ses rentes. Il mourut dans la gêne en 1791.

Choix de publications[modifier | modifier le code]

  • Le Petit tableau de Paris, 1783
  • Éclaircissements historiques sur les causes de la révocation de l'édit de Nantes et sur l'état des protestants en France, depuis le commencement du règne de Louis XIV jusqu'à nos jours, tirés des différentes archives du gouvernement, 1788 Texte en ligne
  • Le Comte de Vergenne, première cause des Etats-généraux, 1789 Texte en ligne
  • Œuvres posthumes, 1792
Tableau esquissé de la fermentation qui agite actuellement l'Empire ottoman, la Russie et la Pologne. Commerce de Russie. Marée de la mer Germanique. Moscou. Palais impérial de Moscou. La cour de Russie. Lettre I. [-II. Pétersbourg, novembre 1776.] Examen d'un problème arrivé de la Haye, le 5 septembre 1735. Anecdotes sur M. de Richelieu.
  • Histoire, ou Anecdotes sur la révolution de Russie en 1762, 1797
  • Histoire de l'anarchie de Pologne et du démembrement de cette République, suivie des Anecdotes sur la révolution de Russie en 1762, 4 vol., 1807
  • Les Jeux de mains, poème inédit en trois chants, par C.-C. de Rulhière, suivi de son Discours sur les disputes et de plusieurs pièces du même auteur, également inédites, 1808
  • Voyage du duc de Richelieu de Bordeaux à Bayonne 1759, Bordeaux, G. Gounouilhou, , 186 p. (lire en ligne)
  • Œuvres, 2 vol., 1819
Éclaircissements sur les causes de la révocation de l'édit de Nantes. Discours à l'Académie française. Anecdotes sur M. de Richelieu. Le Comte de Vergennes. De l'action de l'opinion sur les gouvernements. Lettre au rédacteur du Mercure sur le supplément à la manière d'écrire l'histoire, par Gudin La Brenellerie. Poème et discours en vers. Publié par P.-R. Auguis.
  • Œuvres posthumes, 4 vol., 1819
Histoire de l'anarchie de Pologne, Anecdotes sur la révolution de Russie en l'année 1762, précédées d'une Notice historique sur la vie et les écrits de Rulhière, par l'éditeur P.-R. Auguis, et d'un Extrait de la discussion qui s'éleva dans le sein de l'Institut de France, au sujet de l'Histoire de l'anarchie de Pologne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Claude-Carloman de RULHIÈRE | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 3 janvier 2017)
  2. « Claude-Carloman de Rulhière (1735-1791) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 3 janvier 2017)
  3. Copie de l'acte de baptême publiée dans la Revue d'histoire littéraire de la France, tome 1, p. 174-175.
  4. « Claude-Carloman de Rulhiere | French historian », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne)
  5. « Rulhière, Claude Carloman de », Encyclopædia Britannica, vol. 23,‎ (lire en ligne)
  6. Les sources divergent sur sa date de naissance. Il est dit « baptisé » le par la Société d'histoire littéraire de la France en 1894[3], né à cette même date par l'Encyclopædia Britannica en 2003[4], et né le 12 juin 1735 dans le même ouvrage daté de 1911[5].
  7. Copie du procès-verbal constatant le décès de M. Claude-Carloman Rulhière, 30 janvier 1791 publié en 1887 dans le Bulletin du Comité des travaux historiques et scientifiques, section d'histoire et de philologie, nos 1-2, p. 4-7.
  8. Discours de réception : Esquisse de la révolution générale qui s’est faite en France, dans les lettres et dans les mœurs, vers le milieu du dix-huitième siècle, Académie française, (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]