Claude Auguste Berey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Claude Auguste Berey, né vers 1660, mort vers 1730, est un maître écrivain et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le second fils de Nicolas Berey, graveur en géographie, mort le 30 juin 1665, et de sa seconde épouse Marie Trémison. Il a eu une sœur Anne née en 1647, un frère Jean-Baptiste né en 1650 et un second frère Pierre.

Actif vers 1690-1730, Claude Auguste a gravé lui-même les recueils d’exemples qu’il a publiés. Il est également graveur en lettres, c'est-à-dire qu'il gravait la légende des gravures gravées par d'autres. Il avait vers 1697 une boutique d'estampes rue Saint-Jacques, à l'enseigne de la Princesse de Savoie. En matière de calligraphie, il est le créateur de l'écriture "coulée".

Il a eu un fils, graveur de l'Académie royale des Sciences, qui signe souvent "A. Berey le fils" et qui a également gravé des cartes géographiques.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Page de titre de L'escriture italienne de Berey.
  • Nouveau livre d'escriture financière composé de differens exemplaires. Gravé par Claude Auguste Berey..., Paris : l’auteur, [c. 1694-1695] (Chicago NL : Wing ZW 639.B 492). Cat. Destailleur n° 851/6°.
  • L'escriture italienne bâtarde en sa perfection, de la manière qu'elle s'écrit à présent, écrite et gravée pour apprendre de soy mesme et sans maistre à bien ecrire par Berey graveur., Paris : l’auteur, [1700] (Chicago NL : Wing fZW 639.B 49). Cat. Destailleur n° 851/7°, Cat. Jammes n° 44, Becker 1997 n° 98.
  • Les nouveaux exemplaires des écritures financières et italiennes bastarde comme on les exerce maintenant. Avec une brève instruction contenant une simple description de chaque lettre, Paris : Citoyen Jean, c. 1790, 4° obl., 8 f. La plupart des planches sont signées Berey et proviennent donc d'un ouvrage antérieur (Chicago NL : Wing fZW 739.B 474).
  • Quelques planches de Berey ont été reproduites dans : La Perfection de l'Ecriture composée de sentences tirées de l'Ecriture sainte pour servir à l'instruction de la jeunesse, présentée aux nobles demoiselles de la Maison royale de Saint-Cyr, établie sous les soins de Mme la Dsse de Maintenon par Jollain. Paris : Jollain, s.d. 4° obl. Cat. Destailleur n° 852, Becker 1997 n° 99.

Il est cité[1] dans les comptes des bâtiments du roi en 1722 comme "graveur d'écriture", pour avoir gravé le texte d'un recueil consacré au sacre de Louis XV.

Parmi ses autres œuvres, on trouve des scènes bibliques, de nombreuses cartes géographiques, des illustrations pour des livres, des portraits ou des gravures de mode. Il grave également la lettre de recueils de musique, entre 1710 et 1716 seulement.

Sa production est décrite dans IFF 1939 p. 355-364. On peut voir quelques gravures de sa main en cherchant dans Europeana sous son nom complet. Il y a également environ 130 œuvres, essentiellement des cartes, citées dans le catalogue de la BNF.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après Fau 1978 tome 2 p. 9-10.

Références[modifier | modifier le code]

  • Inventaire du fonds français : graveurs du XVIIe siècle, éd. Roger-Armand Weigert. 1 : Alix-Boudeau. Paris : 1939.
  • Catalogue de livres rares et précieux composant la bibliothèque de M. Hippolyte Destailleur... Paris : D. Morgand, 1891. 8°, 448 p.
  • Belles écritures, [Catalogue de vente à prix marqués]. Paris, Librairie Paul Jammes, 1992.
  • David P. Becker. The practice of letters : the Hofer collection of writings manuals 1514-1800. Cambridge (MA) : Harvard College Library, 1997.
  • Elisabeth Fau. La gravure de musique à Paris, des origines à la Révolution (1660-1789). Thèse de l'École des Chartes, 1978. 2 vol. et 2 vol. de planches (voir tome II, p. 9-10 et tableau généalogique p. 69).

Article connexe[modifier | modifier le code]