Claude Arpi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claude Arpi
Naissance
Angoulême, Charente, France
Activité principale
Journaliste, écrivain
Auteur
Langue d’écriture Français, Anglais
Genres

Œuvres principales

Claude Arpi, né en 1949 à Angoulême, est un journaliste et écrivain français installé en Inde[1],[2]. Diplômé en chirurgie dentaire en 1974, il s'est consacré, depuis, à l’étude approfondie de la culture et de l’histoire de l’Inde, du Pakistan et du Tibet et est considéré comme un spécialiste du Tibet[3],[4],[5], des relations sino-indiennes et indo-pakistanaises. Il est, depuis 2009, directeur du pavillon de la culture tibétaine à Auroville[6].

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages et articles sur le Tibet, la Chine, l’Inde et les établissements français de l'Inde dont le livre Tibet, le pays sacrifié.

Il a dirigé La Revue de l'Inde et collabore à La Nouvelle Revue de l'Inde et à l'Indian Defence Review[7], dont il est conseiller éditorial[8].

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de formation[modifier | modifier le code]

Le dalaï-lama arrivant à l’aéroport de Kloten à Zurich en octobre 1973.

Au début des années 1970, il visite l’Himalaya indien[9] et en 1972, à Dharamsala, rencontre pour la première fois le 14e dalaï-lama qui l'impressionne par sa force intérieure[10].

En 1973, il rencontre Jetsun Pema, la sœur cadette du dalaï-lama. Elle lui propose de rester à Dharamsala et de devenir le dentiste du village des enfants tibétains[11],[12].

En 1974, il est diplômé en chirurgie dentaire de l'université de Bordeaux[13],[11] et décide de s'installer en Inde. En décembre de cette même année, après avoir traversé l'Italie, la Yougoslavie, la Bulgarie, la Turquie, l'Iran et l'Afghanistan[14], il rejoint Auroville, une ville fondée près de Pondichéry par Mirra Alfassa proche de Sri Aurobindo, alors disparus. Il y vit depuis lors avec sa femme Abha, une Indienne, et leur fille, Smiti[15], dans la communauté de Dana, une des 75 qu'abrite la cité[11].

Direction du pavillon de la culture tibétaine à Auroville[modifier | modifier le code]

Pièce du Pavillon Tibétain de la cité internationale d'Auroville

En 1978, Claude Arpi se rend à Dharamsala pour faire part au dalaï-lama de son projet de « pavillon tibétain ». Il lui faut cependant attendre 1993 pour que le projet soit prêt, sous le nouveau nom de « pavillon de la culture tibétaine » exigé par le gouvernement indien, lequel est impliqué dans l'administration d'Auroville et ne reconnaît pas le Tibet comme pays indépendant. Cette même année, le dalaï-lama pose la première pierre, en fait une brique en terre rapportée par Claude Arpi de Gyantsé au Tibet[16],[12]. Le pavillon, construit sous sa supervision dans la zone internationale de la ville, est inauguré par le dalaï-lama le 20 janvier 2009[17]. Claude Arpi en est depuis le directeur[6].

Journalisme[modifier | modifier le code]

Claude Arpi a dirigé La Revue de l'Inde de 2005 à 2009, et collabore à sa nouvelle version publiée depuis 2009 chez L'Harmattan sous le nom de La Nouvelle Revue de l'Inde[18].

Il collabore depuis août 2010 à la revue militaire Indian Defence Review[7]. Il est membre de son comité de rédaction[8]. Il a eu l'occasion d’interviewer en 2010 le ministre français Hervé Morin[19].

En 2010, il donne une conférence sur le site de la pagode de Vincennes au Festival culturel du Tibet et des peuples de l'Himalaya sur l’environnement de l'Himalaya et des rivières ayant leurs sources sur le plateau tibétain[20].

Selon Véronique Jannot, Claude Arpi est un journaliste « très impliqué dans la cause tibétaine »[21]. Il est l'auteur de Tibet, le pays sacrifié et entretient avec le dalaï-lama une longue amitié[22][pertinence contestée].

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le journaliste et écrivain François Gautier considère Claude Arpi comme « un des meilleurs spécialistes du Tibet de notre époque »[3]. Claude Arpi est l'auteur du livre Tibet, le pays sacrifié, écrit en anglais et traduit en français par Claude Levenson. Le moine bouddhiste Matthieu Ricard y voit « Une étude historique majeure et fascinante des influences humaines et politiques qui ont permis l'invasion du Tibet par la Chine communiste »[24].

Au sujet de sa version anglaise, Thubten Samphel, porte-parole du gouvernement tibétain en exil, la considère comme une histoire du Tibet, depuis l'introduction du bouddhisme jusqu’au Plan de paix en cinq points pour le Tibet. Selon lui, une partie encore meilleure de l'ouvrage est consacrée à l'analyse de la réponse de l'Inde aux revendications de la Chine communiste sur le Tibet. Il qualifie le livre de contribution importante à l'histoire de la tragédie du Tibet[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) 40 years in Eternal India : « In my own case, how could a dentist (that was my profession!), become a writer and political analyst? ».
  2. Claude Arpi : « Journaliste et historien, Claude Arpi vit en Inde depuis plus de 30 ans dans la cité internationale d'Auroville où il est directeur du pavillon Tibétain. »
  3. a et b François Gautier Editorial de La Revue de l'Inde n°4 La Nouvelle revue de l'Inde
  4. (en) Sudha Ramachandran, China toys with India's border, 27 juin 2008, « Claude Arpi, a French Tibetologist living in India »
  5. Anne-Sophie Bentz, Les réfugiés tibétains en Inde: Nationalisme et exil, p. 227
  6. a et b Claude Arpi.
  7. a et b (en) « Articles By Claude Arpi », sur Indian Defence Review'.
  8. a et b Fiche de Claude Arpi sur Babelio.
  9. Claude Arpi.
  10. Claude Arpi, Tibet : le pays sacrifié, p. 27. "C'est en 1972, à Dharamsala, dans l'État indien de l'Himachal Pradesh, que j'ai rencontré pour la première fois le dalaï-lama. Ce jour-là, j'ai compris quelque chose que je n'avais pas, jusqu'alors, saisi : les Tibétains (les Asiatiques en général) avaient une autre échelle des valeurs que nous autres Occidentaux."... "En voyant ce « simple moine », comme il préfère se qualifier lui-même, j'ai perçu cette force intérieure et ce pouvoir d'amour..."
  11. a, b et c Hélène Bannier, Claude Arpi, L’aurore d’une vie, L'Actualité Poitou-Charentes, No 73, 3 juillet 2006.
  12. a et b Claude Arpi, Une influence unificatrice, in La revue d'Auroville, No 27, mars-juin 2009, p. 6-7.
  13. (en) Sushama Londhe, A Tribute to Hinduism: Thoughts and Wisdom Spanning Continents and Time about India and Her Culture, Pragun Publications, 2008, (ISBN 8189920669 et 9788189920661), 549 pages, p. 225 : « Claude Arpi (1949- ) is a French dentist turned Tibetologist, author of Fate of Tibet: When Big Insects East Small Insects (1999) ».
  14. (en) Claude Arpi, 40 years in Eternal India, rediff.com, 19 décembre 2014.
  15. (en) India International Centre, Water: Culture, Politics and Management, Éditeur Pearson Education India, 2010, (ISBN 8131726711), p. 152.
  16. (en) Claude Arpi, The Dalai Lama in Auroville. The visit December 23-24, 1993.
  17. (en) Dalai Lama Blesses Auroville Tibetan Pavilion, Phayul.com, 20 janvier 2009.
  18. Claude Arpi, Barrages sur les fleuves. Signaux alarmants venus de Chine, in Environnement-Inde : vers une deuxième révolution verte ? (sous la direction de Harish Hande, Sophie Lehideux, Yannick d'Escatha), La Nouvelle Revue de l'Inde, 2013, 172 p., p. 8-11, p. 8.
  19. (en) Claude Arpi, France pitches for India to join military operations overseas, Indian Defence Review, 20 octobre 2010.
  20. (en), Naresh Kumar Sharma, Tibet House would be organizing the 10th Tibet and Himalayan Festival, timesofindia.indiatimes.com, 4 septembre 2010,
  21. Véronique Jannot, Au Fil de l'autre, Michel Lafon, 2015 : « Jetsun Pema, mon ange gardien dans bien des cas, me donne les coordonnées d'un journaliste, Claude Arpi, vivant à Auroville, très impliqué dans la cause tibétaine ».
  22. 10e festival culturel du Tibet et des peuples de l'Himalaya.
  23. La politique française de Nehru
  24. Accueil critique de Matthieu Ricard, Émission Voix Bouddhistes du 1er octobre 2000.
  25. (en) Thubten Samphel, The Fate of Tibet: When Big Insects Eat Small Insects (Claude Arpi, Har-Anand Publications Pvt. Limited, New Delhi, 1999), Tibetan Bulletin, 1999 : « The Fate of Tibet is a history of Tibet, from the introduction of Buddhism to His Holiness the Dalai Lama's Five-Point Peace Plan which he presented to the members of the US Congress in 1987, which the author thinks is a reasonable solution to the Tibet problem. However, the best part of the book lies in its analysis of India's response to the increasingly strident claims Communist China made on Tibet, the raucous debate in the Indian parliament on the issue and the eventual stance India took. [...] Claude Arpi's book is an engrossing, ground-breaking contribution to the tragedy of Tibet and will enrich people's understanding of a story that is still unfolding. »

Liens externes[modifier | modifier le code]