Claude Arnulphy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Aix-en-Provence image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant Aix-en-Provence et un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Claude Arnulphy
Arnulphy.jpg

Claude Arnulphy, Portrait de l'artiste (1756).

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître
Élève

Claude Arnulphy, né en 1697 à Lyon, mort le 22 juin 1786 à Aix-en-Provence, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Lyon[1], de Charles Arnulphy, peintre formé chez Florent Richard Delamare (1630-1718), à Paris en 1688, originaire du comté de Nice, et de Madeleine Prongey, Claude Arnulphy passe son enfance à Lyon[3]. Il suit sa formation de peintre chez son père, puis part pour Rome dans l'atelier de Benedetto Luti, un peintre italien chez qui a étudié Jean-Baptiste van Loo[3].

Vers 1722, il quitte Rome et vient s'installer à Aix-en-Provence où il fera toute sa carrière[3]. Il y retrouve son oncle, Claude Arnulphy, secrétaire du roi, qui lui ouvre de nombreuses portes[3]. Il reçoit ainsi en 1726 une commande de six portraits des comtes de Provence pour la salle du conseil de l'hôtel de ville, œuvres aujourd'hui détruites[3].

Claude Arnulphy épouse Marguerite Aubaye en février 1732. Ils auront dix enfants, dont sept garçons. Seul un garçon, prénommé Joseph, atteint l'âge adulte[3].

Portraitiste de la société aixoise[3], il exerce dans le même temps des fonctions officielles dans la capitale de la Provence, comme celles d'auditeur des comptes, de syndic et de trésorier[3]. Il restaure en 1763 les tableaux de l'hôtel de ville de Marseille. En plusieurs occasions, il ira à Marseille y réaliser des œuvres de toute nature[3].

L'école de dessin d'Aix[modifier | modifier le code]

En 1765, le duc de Villars crée par testament une école de dessin à Aix, dont le peintre d'histoire Charles Marcel Aune sera le directeur[3]. Arnulphy devient son adjoint[3]. C’est dans cette école, où Pierre Peyron trouva sa vocation, qu’Arnulphy lui donnera ses premières leçons[4]. Lorsqu’en 1785, Aune part en Amérique[3]. Arnulphy prend la tête de l'école, mais, fort âgé[5], il se choisit un successeur en la personne d'un autre peintre aixois : Jean-Antoine Constantin[3]. À sa mort, il est enterré au couvent des Récollets d’Aix[6].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
Au Royaume-Uni

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gazette des beaux-arts, Paris, J. Claye, 1971, p. 39.
  2. Relevé de sa sépulture au couvent des Récollets d'Aix.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m André Alauzen di Genova, La Peinture en Provence, éd. Jeanne Laffitte, Marseille, 1987, 409 p., (ISBN 978-2-86276-086-5), p. 101-2.
  4. Marie-Paule Vial, Parcours : catalogue guide du Musée des beaux-arts de Marseille, Musée des beaux-arts de Marseille, Le Musée, 1990, 238 p., (ISBN 978-2-90586-002-6), p. 98.
  5. 88 ans en 1785.
  6. Charles-Philippe de Chennevières-Pointel, Recherches sur la vie et les ouvrages de quelques peintres provinciaux de l'ancienne France, vol. 2, Paris, Dumoulin, 1850, 344 p., p. 44.
  7. « Sir William Rowley », notice sur le site de la National Portrait Gallery.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :