Claude-Madeleine Grivaud de La Vincelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude-Madeleine Grivaud de La Vincelle
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Claude-Madeleine Grivaud de la Vincelle était historiographe, antiquaire, archéologue et littérateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Saint-Laurent-lès-Chalon et mort le à Paris, il quitta en 1793 un emploi dans l’administration des armes et poudres à Paris pour les études scientifiques.

En 1795, il épouse à Paris Camille Grimaldi de La Vincelle, fille naturelle reconnue du prince Honoré III de Monaco, et ajoute le nom de celle-ci au sien.

De ce mariage, sont issus trois enfants :

  • Camille Grivaud de La Vincelle (Paris, - Pontivy ) , mariée à Paris en 1821 avec Antoine Augustin Gervais, puis Gervais d'Aldin (1788-1877), dont postérité ;
  • Honorine Grivaud (Paris, - Paris, ), mariée à Paris en 1821 avec Étienne Lafont-Rapnouil (1797-1864), sans postérité ;
  • Angélique Grivaud (Paris, - morte en bas âge) [1].

Sous-chef de la comptabilité à la Chambre des pairs, archéologue, numismate, il est élu membre de la Société des Antiquaires de France, membre correspondant de plusieurs académies dont l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon en 1818.

Temple découvert au Châtelet de Gourzon.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Notice sur le palais de la Chambre des Pairs de France, anciennement appelé palais de Luxembourg ou d'Orléans[2], Paris, Nepveu, 1818.
  • Arts et métiers des anciens, représentés par les monuments, ou recherches archæologiques. Servant principalement à l'explication d'un grand nombre d'Antiquités recueilles dans les ruines d'une ville gauloise et romaine, découverte entre Saint-Dizier et Joinville, département de la Haute-Marne, et accompagnées de 130 planches gravées au trait ou ombrées ; Ouvrage qui peut servir de supplément aux recueils de Mautfaucon, du Comte de Caylus, de d'Agincourt, etc., ainsi qu'aux découvertes souterraines d'Herculanum., Paris, chez Nepveu, libraire-éditeur, 1819.
  • Recueil des monuments antiques, la plupart inédits et découverts dans l'Ancienne Gaule. Ouvrage enrichi de cartes et planches en taille-souce, qui peut faire suite aux recueils du Comte de Caylus et de Félix Le Royer de La Sauvagère ; dédié à son altesse royale, monseigneur le prince héréditaire de Bavière. Treuttel et Wurtz, 1817.
  • Antiquités gauloises et romaines, recueillies dans les jardins du Palais du Sénat, pendant les travaux d'embellissement qui y ont été exécutés depuis l'an IX jusqu’à ce jour, pour servir à l'histoire des antiquités de Paris, précédées de recherches sur cette grande capitale, sur le Palais du Sénat (ci-devant Luxembourg), ses dépendances et ses environs ; on a joint aux planches d'antiquités, le plan du jardin de ce palais, avec les changemens[réf. nécessaire] qui y ont été faits, et les vues des parties intérieures les plus curieuses de ce bel édifice, Paris : chez F. Buisson, 1807

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Grando, Camille de La vincelle, bâtarde d'Honoré III prince de Monaco, femme d'archéologue, de numismate et d'antiquaire, sa famille, sa descendance, Versailles, Cercle généalogique de Versailles et des Yvelines, , 190 p. (ISBN 2-9519004-0-6), p. 23-48
  2. Claude-Madeleine Grivaud de La Vincelle, Notice sur le palais de la Chambre des Pairs de France, anciennement appelé Palais de Luxembourg ou d'Orléans. Description de cet édifice... et d'une partie du quartier qui l'avoisine..., Nepveu, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]