Claude-Emmanuel Luillier, dit Chapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle (homonymie) et Lhuillier.

Claude-Emmanuel Luillier, dit Chapelle, né en 1626 et mort en 1686, est un homme de lettres français.

Vie[modifier | modifier le code]

Il était le fils naturel de François Luillier[1] (15??-1652), trésorier de France à Paris, puis maître des comptes et conseiller au Parlement de Metz, et de Marie Chanut (1595?-1652), sœur du diplomate Pierre Chanut, qui vivait séparée de son mari Hector Musnier (15??-1648), receveur général des finances en la généralité d'Auvergne.

On ignore les dates de sa naissance et de son baptême. L'un de ses premiers éditeurs lui donne soixante ans au moment de sa mort, en 1686, ce qui le ferait naître en 1626. Le lieu de cette naissance est en revanche bien établi, puisque c'est de lui qu'il tient son surnom de Chapelle. Son père possédait en effet une maison dans le village de La Chapelle entre Paris et Saint-Denis, rattaché à la capitale en 1860. Il y hébergea notamment son ami le philosophe Pierre Gassendi, lors de son premier séjour parisien, en 1624.

Le prénom de l'enfant, Claude-Emmanuel, avait été celui de son oncle, frère cadet de son père, mort dans des conditions dramatiques au printemps 1627[2]; un fait qui pourrait suggérer que Chapelle est né après cette date plutôt que l'année précédente.

On ignore où et par qui il fut élevé. Rien n'interdit de penser que ce fut par sa mère, qui demeura à Paris jusqu'à sa mort en janvier 1652.

Le 4 janvier 1642, il est légitimé par lettres royales[3]. Les termes de cet acte[4] méritent d'être cités, au moins pour partie:

«Louis par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre à tous présents et à venir salut. Notre amé et féal conseiller et ministre ordinaire de notre chambre des comptes de Paris, Me François Luillier, nous a très humblement remontré que de lui vivant dans le célibat comme il fait encore à présent, et de Marie [blanc], femme mariée pour lors éloignée de son mari, est issu un fils nommé Claude Emmanuel, de l’éducation duquel il a pris soin en sorte qu’il espère le pouvoir rendre utile à notre France, si la tache et macule de sa naissance étant levée, il est admis et tenu au rang de nos autres sujets nés en loyal mariage. Et pour ce, nous a ledit Luillier très humblement supplié lui octroyer nos lettres sur ce nécessaires ; et d’autant qu’il n’est pas juste que le vice de nature soit imputé à ceux qui s’efforcent de le corriger et amender par l’étude des choses vertueuses, ainsi qu’il nous a été exposé que prend peine de faire ledit Claude Emmanuel ; savoir faisons que pour la bonne opinion que nous avons de sa personne, et désirant gratifier et favorablement traiter ledit sieur Luillier son père, en considération des services qu’il nous a rendus et nous rend encore à présent, avons audit Emmanuel ôté et ôtons la tache illégitime de sa naissance, et de notre grâce spéciale, pleine puissance et autorité royale, avons icelui légitimé et par ces présentes légitimons, voulons, ordonnons et nous plaît que dorénavant, tant en jugement que dehors et en tous actes, il soit censé, tenu et réputé légitime, et que nonobstant la vicieuse illicité et prohibée copulation dont il est procréé, il puisse jouir de tous les biens meubles et immeubles qui lui ont été donnés ou seront donnés ci-après, ou qu’il pourra acquérir par les voies ordinaires et permises en notre royaume, pays, terres et seigneuries de notre obéissance et conquête, et que d’iceux biens il puisse disposer par vente, cession, donation, testament ou autrement, en ordonner ainsi que bon lui semblera, accepter tous dons qui lui seront faits, tant par sesdits père et mère que par tous autres, soit en meubles ou immeubles, etc.»

Six mois après l'avoir fait légitimer, Luillier fait don à son fils de 4100 livres de rente viagère.

Le «gay trio»[modifier | modifier le code]

Dès avant ce temps, Chapelle a fait la rencontre de Savinien Cyrano de Bergerac et, par lui, de Charles Coypeau d'Assoucy, ses aînés de sept et vingt-et-un ans, avec lesquels il formera pendant quelques années ce que la cyraniste Madeleine Alcover a nommé «un gay trio[5]». C'est du moins ce qui se déduit du témoignage de D'Assoucy[6]:

«Il n’avait pas encore dix-sept ans, l’ami C[hapelle], que feu B[ergerac], qui mangeait déjà son pain et usait ses draps, me donna l’honneur de sa connaissance. C’est pourquoi il ne faut pas s’étonner si j’en ai si bien profité. Comme en ce temps-là il était fort généreux, quand il m’avait retenu à souper chez lui, et que pour me retirer chez moi l’heure était indue, il me cédait fort librement la moitié de son lit. C’est pourquoi, après avoir eu de si longues preuves de la qualité de mes désirs, et m’avoir bien daigné honorer plusieurs fois de sa couche, il me semble que c’était plutôt à lui à me justifier qu’à Messieurs du Présidial de Montpellier, avec lesquels je n’ai jamais couché[7]

S'adressant à son ancien ami dans un autre texte[8], D'Assoucy évoque «les premiers poils qui, ombrageant votre menton, causèrent un si notable divorce entre vous et le sieur C[yrano] B[ergerac], qui dès vos plus tendres années prit le soin de votre éducation…». Dans la seconde édition du même texte, il l'interpelle encore: «Est-ce ainsi que vous traitez vos amis, vous qui, du temps que vous recherchâtes ma connaissance, n'étiez encore qu'un écolier…»

Études et condisciples[modifier | modifier le code]

Où Chapelle a-t-il fait «l'étude des choses vertueuses» dont il est question dans les lettres de légitimation? Quel collège a-t-il fréquenté? Une lettre de son père datée de mai 1646 suggère qu'à cette date «l'institution» du jeune homme, âgé d'une vingtaine d'années, n'était pas encore achevée.

Dans sa Vie de M. de Molière, parue en 1705, Jean-Léonor Le Gallois, sieur de Grimarest accorde une grande place à Chapelle, qu'il n'avait sans doute pas connu personnellement, mais dont son principal informateur, le comédien Michel Baron, avait dû lui conter les aventures. Après avoir indiqué que le père de Molière s'était résolu à envoyer son fils au collège des Jésuites[9], il écrit:

«Le jeune Pocquelin était né avec de si heureuses dispositions pour les études qu'en cinq années de temps, il fit non seulement ses Humanités, mais encore sa Philosophie. Ce fut au collège qu'il fit connaissance avec deux hommes illustres de notre temps : Mr de Chapelle et Mr Bernier. Chapelle était fils de Mr Luillier, sans pouvoir être son héritier de droit […]. Mr Luillier n'épargna rien pour donner une belle éducation à Chapelle, jusqu'à lui choisir pour précepteur le célèbre Mr de Gassendi, qui, ayant remarqué dans Molière toute la docilité et toute la pénétration nécessaires pour prendre les connaissances de la philosophie, se fit un plaisir de la lui enseigner en même temps qu'à Messieurs de Chapelle et Bernier. Cyrano de Bergerac, que son père avait envoyé à Paris sur sa propre conduite, pour achever ses études, qu'il avait assez mal commencées en Gascogne, se glissa dans la société des disciples de Gassendi, ayant remarqué l'avantage considérable qu'il en tirerait. Il y fut admis cependant avec répugnance ; l'esprit turbulent de Cyrano ne convenait point avec de jeunes gens qui avaient déjà toute la justesse d'esprit que l'on peut souhaiter dans des personnes toutes formées.»

Le séjour à Saint-Lazare[modifier | modifier le code]

Au cours de l'année 1646, s’il faut en croire Charles-Hugues Le Febvre de Saint-Marc, éditeur en 1755 des Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, repris par la plupart des historiens[10], les tantes paternelles de Chapelle l'auraient fait enfermer à la Mission de Saint-Lazare.

Une lettre de François Luillier datée de mars 1647 témoigne du «déplaisir» qu'il a conçu «de ce que l'on [lui] a mandé de la débauche et du libertinage de Chapelle».

Premières publications[modifier | modifier le code]

Le nom de Chapelle apparaît imprimé pour la première fois en mars 1646, quand il signe «De La Chappelle» un sonnet liminaire pour La Science des Sages de François du Soucy de Gerzan. Son nom côtoie alors celui du jeune François de la Mothe Le Vayer, fils du philosophe. Ce sera le cas également au mois d'octobre suivant, quand tous deux signeront des pièces liminaires pour Le Triomphe des dames du même auteur[11]. Deux ans plus tard, en juillet 1648, il en donne deux autres pour Le Jugement de Pâris en vers burlesques, de D'Assoucy, lequel s'ouvre sur un avis «Au lecteur et non au sage» signé «Hercule de Bergerac». La signature du jeune Luillier, «C.E. de La Chappelle (sic)», côtoie alors celles de Paul Scarron, Tristan L'Hermite, La Mothe le Vayer le fils, Henry Le Bret et d'autres[12]. Il donnera encore de semblables pièces à D'Assoucy en avril 1653 pour son Ravissement de Proserpine, et en juillet de la même année, pour les Poésies et lettres de M. D'Assoucy contenant diverses pièces héroïques, satiriques et burlesques.

Les études de médecine[modifier | modifier le code]

Dans l'historiette qu'il consacre à François Luillier, Tallemant des Réaux, qui était son locataire et le connaissait donc bien, écrit: «Il fit son bâtard médecin, parce, disait-il, qu'en cette vacation-là on peut gagner sa vie partout.» La notice de Donneau de Visé reproduite ci-dessous en apporte confirmation. Une lettre latine que Chapelle adresse de Montpellier, le 1er janvier 1649, à son maître Gassendi, «prince des philosophes de ce siècle»[13], qui se trouve alors à Digne[14], donne à penser que c'est au cours de cette année que le jeune homme recevra son bonnet de docteur, à la même faculté de médecine où, le 26 août 1652, son ami François Bernier obtiendra le sien[15].

Il est toujours dans le midi au début de l'année suivante. Le 13 janvier 1650, en effet, il débarque à Toulon en provenance de Port-de-Bouc. Pendant plusieurs mois il est hébergé par Gassendi, qui, le 25 mars, demande à François Luillier 800 livres pour subvenir aux dépenses du jeune homme. Le 5 février, en compagnie de Bernier, qui revient d'un long voyage en Pologne, il assiste leur maître, monté sur le Mont Caume pour y renouveler l’expérience de Pascal sur la pression atmosphérique[16].

Voyage en Italie et mort du père[modifier | modifier le code]

Au début de l'été 1650, il part pour un voyage qui le conduit à Rome et dont il ne reviendra qu'en 1652. […]

Le voyage à Encausse[modifier | modifier le code]

Au plus chaud de l'été 1656[17], il part avec François Le Coigneux de Bachaumont prendre les eaux à Encausse. Les étapes de leur périple — amicales, gastronomiques, œnologiques et plus rarement «touristiques» —sont les suivantes: Bourg-la-Reine, Antony, Longjumeau; l'abbaye de Saint-Euverte d'Orléans, dont Bachaumont est bénéficiaire; Blois, Amboise; le château de Fontaulade à Chadenac, propriété du comte de Lussan; le château de Jonzac; Courpignac, Blaye; le palais de l'intendant Gédéon II Tallemant des Réaux, rue du Chapeau-Rouge à Bordeaux; la demeure du comte d'Orty à Agen, Encausse; le château de Castillon-Savès, propriété du marquis de Fontrailles, Toulouse; le château du comte d'Aubijoux à Graulhet, Castres; le château de Pennautier, propriété de Pierre Louis Reich de Pennautier, trésorier des États du Languedoc, Narbonne, Béziers, Saint-Thibéry, Loupian, Montpellier; le château de Marsillargues, propriété de Jean-Louis de Louet de Nogaret, marquis de Calvisson, Pont du Gard, Nîmes, Beaucaire, Arles, Salon, Marseille, Cassis, La Ciotat; la «Cassine» du Chevalier Paul au Pont du Las près de Toulon, Hyères, la Sainte-Baume, Saint-Maximin, Négreaux (propriété de la famille Riqueti à Mirabeau), Aix, Orgon, Avignon, où ils arrivent le 2 novembre, Pont-Saint-Esprit, et de là par le coche d'eau jusqu'à Lyon, où ils composent la relation de leur voyage en prose mêlée de vers, qu'ils adressent à leurs amis les frères Du Broussin.

Cette relation circule en manuscrit jusqu'à ce qu'en 1661 le libraire Estienne Loyson la publie, sous le titre «Voyage de Messieurs de la Chapelle & Balchaumont (sic)», en tête d'un recueil de Nouvelles poésies et prose (sic) galantes, contenant plusieurs élégies, stances, sonnets, rondeaux, épigrammes, bouts-rimez et madrigaux[18].

Elle sera rééditée d'innombrables fois au cours des années et des siècles suivants[19].

Les années Molière[modifier | modifier le code]

En 1669, Jean Donneau de Visé dédie à Chapelle L'Amour échapé ou les diverses manières d'aymer, et dans lequel il brosse son portrait sous le nom de Craton (tome III, p. 16-17):

«Craton est un des hommes du monde qui a le plus d'esprit. Il l'a naturel, aisé, il a le goût bon et délicat, il a beaucoup de lumières, il entend fort bien les poètes et en connaît toute la finesse. Il est bon philosophe, et médecin sans en faire profession. Il écrit bien prose, il fait des vers qui ont un tour particulier, et personne n'a jamais été en même temps si ami du sexe et de Bacchus.»

Outre les auteurs déjà nommés, Chapelle fut l'ami de La Fontaine, de Racine, de Furetière, Nicolas Boileau et de l'abbé de Chaulieu. Il fréquenta le salon de Marguerite de la Sablière, rue Neuve-des-Petits-Champs et le château d'Anet, propriété des Vendôme.

Apprécié par de grands seigneurs tels que le Grand Condé, le duc de Saint-Aignan, Louis-Joseph et Philippe de Vendôme, Philippe Mancini, duc de Nevers, et sa sœur Marie Anne, duchesse de Bouillon, Chapelle, joyeux compagnon, se signale dès sa première jeunesse par un libertinage tapageur et s'abandonne à une vie de débauche et de plaisirs faciles, qui finiront par avoir raison de son talent.

Il meurt en septembre 1686 dans des conditions dont on ignore tout.

Hommages posthumes[modifier | modifier le code]

Dans sa livraison du mois d'octobre suivant, le Mercure galant lui consacre un article très élogieux[20]:

«Ce ne sont pas toujours les grands biens, la grande naissance ni les grandes charges qui font estimer les hommes. Il s’en trouve d’un certain esprit et d’un certain caractère qui vivent plus heureux et qui sont plus connus et plus estimés que ceux qui possèdent tous ces divers avantages. Tel était M. Chapelle, qui est mort depuis un mois. Il savait beaucoup, sans faire profession de lettres, et quoiqu’il fût philosophe, ses manières n’avaient rien de ceux qui portent ce nom. Il savait le monde, avait le goût bon, et passait la vie parmi les personnes de qualité, qui se faisaient un fort grand plaisir de l’avoir dans tous leurs divertissement et de le loger chez eux. Il n’était pas moins agréable dans le cabinet que dans le repas. Il se connaissait en bons ouvrages comme en bonne chère, et l’on peut dire que c’était un homme universel. Surtout il avait une manière si aisée pour le commerce de la vie, qu’il n’y a personne qui ne demeure d’accord que c’est une perte difficile à réparer.»

Quelque temps plus tard, son ami François Bernier rédige son épitaphe, qu'il envoie pour étrennes à Madame de la Sablière:

«Ci-gît le célèbre Chapelle, cet aimable philosophe qui inspirait l'esprit et la joie à tout le monde. Jamais la nature ne fit une imagination plus vive, un esprit plus pénétrant, plus fin, plus délicat, plus enjoué, plus agréable. Les Muses et les Grâces ne l'abandonnèrent jamais. Elles le suivaient jusque chez les Crenets et les Boucingaults [cabaretiers], où elles savaient agréablement attirer tout l'esprit de Paris. Les faux plaisants n'avaient garde de s'y trouver. À l'ombre seule, il connaissait le fat, et le tournait en ridicule. L'illustre Molière ne pouvait vivre sans son Chapelle. Il avait reconnu de quel secours lui était un critique de si bon goût. Son Voyage est un excellent et inimitable petit chef-d'œuvre, qu'il dérobe en chemin faisant à ses plaisirs. Le reste, cher passant, tu n'as que faire de le savoir. Sache seulement qu'il était homme, qu'il fut extraordinaire en tout, et plains son sort[21]

Vers le même temps, le diplomate François de Callières écrit à propos de ce décès quelques lignes qu'il publiera plus tard dans son recueil Des bons mots et des bons contes:

«Nous avons depuis peu perdu un bel esprit dont le génie fécond et enrichi de quantité de belles connaissances dans les sciences les plus curieuses lui fournissait sur le champ des pensées vives et réjouissantes, qui l'ont rendu longtemps les délices des gens de bonne compagnie, et surtout de ceux qui sont touchés du plaisir des bons repas et des choses agréables qui s'y disent. Il avait une facilité à faire des vers d'un tour aisé et naturel. […] Il a fait quantité de vers enjoués sur divers sujets, et il excellait surtout à en faire sur des rimes redoublées, c'est-à-dire sur deux seules rimes à chaque stance. […] C'est à lui que nous devons encore une partie des grandes beautés que nous voyons briller dans les excellentes comédies de Molière, qui le consultait sur tout ce qu'il faisait, et qui avait une déférence entière pour la justesse et la délicatesse de son goût[22]

Dans le tome V d'un Recueil des plus belles pièces des poètes français tant anciens que modernes qu'il publie en 1692, Fontenelle lui consacre une brève notice:

«Claude Emmanuel Louillier (sic), surnommé Chapelle parce qu'il était né dans le village de la Chapelle entre Paris et Saint-Denis, fils naturel de François Louillier, maître des comptes, s'est attiré dans ce temps-ci l'estime de tous les beaux esprits et des personnes de la première qualité. Son père, qui avait beaucoup de tendresse pour lui, prit un fort grand soin de son éducation et lui donna les plus habiles maître pour élever sa jeunesse. Le célèbre Monsieur Gassendi lui a enseigné la philosophie, et Chapelle a joint à cette science la délicatesse de sa poésie. Il fit un voyage en Provence, qu'il a si bien écrit dans une lettre mêlée de prose et de vers. On voit dans cette lettre des traits pleins de vivacité, de feu et d'enjouement. […] Son père eût été bien aise de le faire entrer dans les charges publiques, mais Chapelle, plus sensible aux agréments de la vie que touché de l'honneur de ces sortes d'emplois, aima mieux goûter en liberté tout ce qu'une vie libre et facile peut donner de plaisir d'un homme comme lui, recherché par tous les seigneurs de la cour, du goût le plus exquis et le plus délicat[23]

Balthazar de Bonnecorse ayant publié, en 1686, un pamphlet en vers intitulé Lutrigot, poème héroï-comique, dans lequel Nicolas Boileau (le héros éponyme) est présenté (p. 14[24]) dans un cabaret, entouré des «fidèles compagnons de [ses] plus chers plaisirs»: Garrine (Racine) et Rigelle (Chapelle), le satiriste en écrira quinze ans plus tard à Claude Brossette:

«On ne saurait m'élever plus haut qu'il fait, puisqu'il me donne pour suivants et pour admirateurs passionnés les deux plus beaux esprits de notre siècle, je veux dire M. Racine et M. Chapelle[25]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Chapelle est l'auteur de courts poèmes (épigrammes, sonnets, odes, madrigaux, stances) dans le style satirique ou libertin.

Les œuvres de Chapelle ont été publiées en 1755, en 1854, et rééditées en 1977.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur François Luillier, voir Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, 1834-1835, tome III, p. 219 et suivantes« Les Historiettes », sur Gallica, René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Genève Slatkine, 1983, p. 191-195, et Silvio F. Baridon, Un libertino erudito del seicento, François Luillier, Istituto Editoriale Cisalpino, Milano-Varese, 1960.
  2. Voir, dans la Revue rétrospective, série 2, tome 4, 1835, p. 70, la lettre que Jacques-Auguste de Thou adresse de Rome à Pierre Dupuy, le 28 juillet 1627: «Le petit L'Huillier (sic), qui était parti avec M. Deshayes pour aller à Constantinople, après avoir fait heureusement son voyage et vu toute l'Égypte, s'est noyé en revenant; car leur vaisseau, qui les devait porter à Malte, s'étant échoué à la côte de Rhodes, il fut plus inconsidéré que les autres et se voulut jeter en terre; mais n'ayant pas bien pris son temps et la nuit étant obscure, le flot l'emporta. Il n'y eut que lui de perdu, non pas même une balle de marchandise.« Revue rétrospective », sur Gallica»
  3. Bibliothèque nationale de France, Manuscrits français, 4595, fol. 446« Recueil », sur Gallica. Acte transcrit par Silvio F. Baridon, François Luillier libertino erudito del seicento.
  4. Qui est signalé dans la seconde édition du Dictionnaire étymologique de Gilles Ménage (1694): «Chapelle: Poète satirique célèbre; fils naturel de Mr Luillier, maître des comptes de Paris et conseiller au parlement de Metz, ainsi appelé parce que sa mère accoucha de lui dans le village de la Chapelle entre Paris et Saint-Denis. Il est fait mention de la bâtardise de ce poète la Chapelle (sic) dans les Légitimations de la Chambre des comptes en ces termes: Claude Emmanuel Luillier, fils de maître François Luillier, maître des Comptes, et de Marie Chanut, femme mariée et éloignée de son mari. Janvier 1642.« Dictionnaire étymologique », sur Google Livres»
  5. Madeleine Alcover, «Un gay trio: Chapelle, Cyrano, Dassoucy», dans L'Autre au XVIIe siècle, actes du 4e colloque du Centre international de rencontres sur le XVIIe siècle, University of Miami, 23 au 25 avril 1998, édités par Ralph Heyndels et Barbara Woshinsky, Biblio 17, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1999, p. 265-275.
  6. Dans Les Avantures de Monsieur d'Assoucy, publiées en 1677.
  7. « Les Avantures de M. D'Assoucy », sur Gallica
  8. Lettre «De Rome, le vingt-cinquième juillet 1665. À Monsieur Chapelle, mon très-cher et très-parfait ami», dans Les Rimes redoublées de Monsieur Dassoucy, Paris, 1671, p. 108« Les Rimes redoublées », sur Gallica.
  9. Collège de Clermont, aujourd'hui lycée Louis-le-Grand, rue Saint-Jacques à Paris.
  10. Y compris Georges Mongrédien, «Le Meilleur ami de Molière. Chapelle», dans Le Mercure de France, janvier 1957, p. 95-97, et René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Slatkine, 1983, p. 327.
  11. « Le Triomphe des dames », sur Gallica
  12. « Le Jugement de Paris », sur Google Livres
  13. « Œuvres de Chapelle et Bachaumont », sur Gallica
  14. Parti de Paris en octobre 1648, il n'y reviendra qu'au printemps 1653.
  15. Voir les documents édités par Sylvia Murr, dans Corpus, no 20-21, «Bernier et les gassendistes», Paris, 1992, p. 219-220, note 12.
  16. René Pintard, Le Libertinage érudit, 1983, p. 384-385.
  17. Les auteurs évoquent la canicule à l'occasion de leur séjour orléanais. La date de 1656 se déduit de l'allusion faite à la publication des Œuvres de Jean-François Sarasin, achevées d'imprimer pour la première fois le 10 juin 1656.
  18. Aucun manuscrit ne subsistant aujourd'hui, on ne peut exclure que les auteurs aient modifié leur texte entre 1656 et 1661.
  19. On la trouve réimprimée notamment en 1680 dans un volume intitulé Voyage curieux historique et galants (sic), contenant plusieurs particularitez très considérables, ce qu’il y a de plus beau et de plus remarquable à voir au tour de la France, et autres traitez de galanterie, meslés de prose et de vers, par les plus beaux esprits de ce temps; mais ce titre n'a jamais été celui de la relation des deux compères.
  20. « Mercure galant », sur Gallica
  21. « Copie des étrenes », sur Gallica
  22. François de Callières, Des bons mots et des bons contes, Paris, 1692, p. 332« Des bons mots et des bons contes », sur Gallica.
  23. « Recueil des plus belles pièces », sur Gallica
  24. « Lutrigot », sur Google Livres
  25. « Correspondance entre Boileau Despréaux et Brossette », sur Gallica

Son épitaphe[1][modifier | modifier le code]

Ci-gît qu'on aima comme quatre,
Qui n'eut ni force ni vertu,
Et qui fut soldat sans se battre,
Et poète sans être battu.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • «Voyage de Messieurs de la Chapelle (sic) & Balchaumont (sic)», dans Nouvelles poésies et prose (sic) galantes. Contenant plusieurs élégies, sonnets, épigrammes, stances, rondeaux, bouts-rimez et madrigaux. Sur divers sujets les plus enjoüez de ce temps. Paris, Estienne Loyson, 1661.
  • Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, précédées de «Mémoires sur la vie de Chapelle» par Charles-Hugues Le Febvre de Saint-Marc, La Haye-Paris, 1755.
  • Voyage de Chapelle et de Bachaumont. Suivi de leurs poésies diverses, du voyage de Languedoc en Provence par Lefranc de Pompignan, de celui d'Eponne par Desmahis et de celui du chevalier de Parny, précédé de mémoires pour la vie de Chapelle, d'un éloge de Bachaumont, et d'une préface par de Saint Marc., éd. chez Constant Letellier, fils, libraire, 1826[2].
  • Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, nouvelle édition, précédée d'une notice par M. Tenant de Latour, Paris, 1854[3].
  • Voyage de Chapelle et de Bachaumont, Éd. Henriette Bellair, Paris, PUF, 1927.
  • Chapelle et Bachaumont, Voyage d'Encausse, établissement du texte, introduction et notes par Yves Giraud, Paris, Honoré Champion, 2007.
  • Chapelle et Bachaumont, Voyage à Encausse, éd. critique établie par Laurence Rauline et Bruno Roche, Saint-Étienne, Institut Claude Longeon, 2008 (ISBN 2-86724-042-5).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Georges Mongrédien, «Le meilleur ami de Molière: Chapelle», Mercure de France, janvier 1957, p. 86-109, et février 1957, p. 242-259.

René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Paris, Boivin & Cie, 1943. Le même, «Nouvelle édition augmentée d'un avant-propos et de notes et réflexions sur les problèmes de l'histoire du libertinage», Genève-Paris, Slatkine, 1983.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

  1. Cette épitaphe, composée, dit-on, par lui-même, se lit dans les Bons mots du Président Bouhier, lequel assure les avoir appris du chevalier de La Ferté (BNF, Manuscrits fonds français 25645, folio 60)« Recueil », sur Gallica.
  2. « Voyage de Chapelle », sur Google Livres
  3. « Œuvres Chapelle et de Bachaumont », sur Gallica