Claude-Anne de Rouvroy de Saint Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Rouvroy de Saint-Simon.

Claude-Anne de Rouvroy de Saint Simon
Image illustrative de l’article Claude-Anne de Rouvroy de Saint Simon
Claude-Anne, marquis de Saint Simon

Titre Marquis de Saint Simon, Marquis de Montblerú, Seigneur de La Faye, Duc de Saint-Simon (titre espagnol), Grand d'Espagne de première classe.
(1814-1819)
Grade militaire Lieutenant-général
Commandement Régiment de Poitou
Régiment de Turenne
Régiment de Bourbon
Gardes wallonnes
Conflits Guerre d'indépendance des États-Unis
Guerres révolutionnaires
(Guerre du Roussillon)
Guerre des Oranges
Distinctions Ordre de Saint-Louis
(Commandeur)
Ordre de Cincinnatus
Autres fonctions Gouverneur des ville et citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port
Capitaine général de la Vieille-Castille
Biographie
Dynastie Maison de Rouvroy de Saint Simon
Nom de naissance Claude-Anne de Saint-Simon-Montblerú
Naissance
Château de la Faye, Deviat,
drapeau de l'Angoumois Angoumois
Décès (à 75 ans)
Pampelune,
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Père Louis Gabriel de Rouvroy de Saint Simon (1717-1777)
Mère Catherine Pineau de Viennay († 1754)
Conjoint Françoise Louise Thomas de Pange (1757-1777)
Enfants Louis Jacques (1774-1794)
Françoise Marie (1777-1857)

Blason de Claude-Anne de Rouvroy de Saint Simon

Claude-Anne de Rouvroy (né le au Château de la Faye, Deviat[1], mort le à Pampelune ou Madrid[2]), marquis de Saint-Simon et de Montblerú, puis « duc de Saint-Simon » (titre espagnol) est un militaire et homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude-Anne de Rouvroy de Saint-Simon fit ses études à l'École militaire Ce lien renvoie vers une page d'homonymie de Strasbourg, passa dans le régiment d'Auvergne comme cadet, et y fit ses premières armes.

À dix-huit ans, il entra comme lieutenant chef de brigade dans les gardes du roi Stanislas. Ayant reçu le brevet de colonel, il commanda en 1771 le régiment de Poitou.

En 1773, Louis XV fut témoin à son mariage (contrat du 1er avril 1773) avec Françoise-Louise Thomas de Pange, âgée de 17 ans, sœur de François de Pange et fille d'un conseiller Lorrain au Parlement. Elle mourut après quatre ans de mariage ayant donné à son mari deux enfants : un fils Hippolyte, qui mourut sur la neige de la suite de ses blessures pendant la guerre d'Espagne (Empire), et une fille Balbine, qui ne se maria pas et mourut en 1857, âgée de 80 ans.

En 1775, il commanda le régiment de Turenne.

Promu maréchal de camp en 1780, passé au service de l'Espagne la même année, après un court séjour à la Martinique, il fut embarqué en sur l'escadre du comte de Grasse, comme commandant d'un corps expéditionnaire[3] de 2 000 hommes envoyé en Amérique au secours des « Insurgents ». Il se distingua dans la campagne, particulièrementau siège de Yorktown.

Blessé en action, il fut reçu membre d'origine de la société des Cincinnati de France.

À son retour en France, devint, en , gouverneur de Saint-Jean-Pied-de-Port. En 1788, il commandait en Franche-Comté et s'opposa avec fermeté à une assemblée illégale des gentilshommesde cette province.

Député aux États généraux[modifier | modifier le code]

Claude-Anne de Rouvroy de Saint Simon
Illustration.
Le château Giscours, à Labarde.
Fonctions
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Député de la noblesse du bailliage d'Angoulême aux États généraux
Élection 30 mars 1789
Monarque Louis XVI de France
Député de la noblesse du bailliage d'Angoulême à l'Assemblée constituante
Biographie
Diplômé de École militaire Ce lien renvoie vers une page d'homonymie de Strasbourg
Résidence Château de La Faye
Château Giscours
Liste des députés aux États généraux de 1789
Liste des membres de l'Assemblée constituante

Élu, le 30 mars 1789, député de la noblesse aux États généraux par le bailliage d'Angoulême, il protesta contre les réformes et l'abolition des titres nobiliaires, contre la violation du secret des lettres, particulièrement de celles qui lui étaient adressées, prêta, en 1790, le serment civique, sous le prétexte que la réaction pouvait changer la constitution qu'elle venait de donner, et signa les protestations de contre les actes de l'assemblée.

A la Révolution française, le marquis Claude-Anne de Saint-Simon-Montbléru (1743-1819) prend la fuite en Espagne et ses propriétés (château Giscours dans le Médoc[4] et château de la Faye à Villexavier) sont saisies comme bien national.

En Espagne[modifier | modifier le code]

Légion catholique et royale des Pyrénées[modifier | modifier le code]

Le marquis de Saint-Simon émigre, lève la légion catholique royale des Pyrénées et fait la campagne de 1792 dans l'armée des Princes.

Le , Charles IV le nomme maréchal de camp de ses armées[5]. Il le charge de rassembler à Pampelune des émigrés désirant se battre. Il engage 600 fantassins et forme un escadron de hussards et prend leur commandement[6]. Cette légion des Pyrénées (ou légion de Saint-Simon) est formée de nobles , gentilshommes et officiers, mais aussi de prisonniers de guerre, de déserteurs, de basques émigrés et également de quelques sous-officiers espagnols[7]. Ces émigrés et déserteurs quand ils sont faits prisonniers sont exécutés [8]

L'unité ne participe à aucune opération importante au cours de l'année 1793. En , le gouvernement espagnol songe à envoyer la légion Saint-Simon au siège de Toulon, où Anglais et Espagnols avaient débarqué durant l'été[9].

Claude-Anne de Saint-Simon est employé sous les ordres du général Pedro Caro y Sureda. À l'affaire d'Irun, Saint-Simon reçoit une balle qui lui traverse le cou. Le , il obtient le brevet de colonel de la légion royale des Pyrénées, et onze jours après le grade de lieutenant-général des armées d'Espagne [10]. Sa légion combat dans les Pyrénées-Atlantiques et notamment :

En défendant la position d'Argenson, Saint-Simon est encore atteint d'une balle qui lui traverse la poitrine. Sa légion opère désormais au sein de l’armée espagnole de Navarre et est envoyée à l’arrière en 1795, puis est appelée Légion de la Reine après sa fusion avec le Royal-Roussillon[12].

En 1796, Saint-Simon est nommé commandant en second de l'armée de Navarre, et, le , colonel-commandant du régiment d’infanterie de Bourbon qu'il a ordre de former. Au mois de mai suivant, le roi d'Espagne l'élève au grade de capitaine-général de la Vieille-Castille d'Espagne[13].

Régiment de Bourbon[modifier | modifier le code]

Créé en 1796 par le marquis de Saint-Simon, le régiment de Bourbon regroupe des survivants de la légion de la Reine (ex-légion de Panetier), du bataillon de la Frontière, et surtout de la légion royale des Pyrénées. Saint-Simon en est aussi le premier chef. Ce régiment opère au sein de l’armée espagnole, où il porte le nom exact de Regimiento de Infantería Borbón et a le nº 47 en 1796, puis en 1802 le nº 37[14]. Ce régiment va exister au sein de l’armée espagnole, jusqu’en 1931, où il est intégré au Regimiento de Cazadores de Alta Montaña Galicia nº 64. Mais dès 1814 il est formé de soldats étrangers et des gardes Wallonnes. Du temps des émigrés français ses effectifs sont de 1 600 hommes en 1808. Il est en garnison à Ciudad Rodrigo (1797), puis à Majorque et se bat au siège de Gérone, qui chute le , et où il perd 300 prisonniers et à la bataille de Rozas (1808).

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Clémence de Napoléon envers Mademoiselle de Saint-Simon (décembre 1808), Charles Lafont, 1810, Musée de l'Histoire de France (Versailles).

En 1801, le marquis de Saint-Simon commandait la division espagnole employée avec les troupes françaises contre le Portugal (guerre des Oranges) et fut rayé de la liste des émigrés. Il fut créé grand d'Espagne de la première classe[1] par Charles IV le [15],[16].

En 1808, il fut blessé à la tête des régiments de la garde à Madrid ; quand les Français se présentèrent devant la ville, il essaya de la défendre, fut fait prisonnier et condamné à mort par un conseil de guerre. Sa fille arracha sa grâce à l'Empereur: la peine fut commuée et Saint-Simon enfermé dans la citadelle de Besançon, où sa fille le rejoignit, compagne volontaire de sa prison. Il fut délivré par les Cosaques en 1814 et son jugement fut annulé par des lettres patentes de Louis XVIII, qui déclara en outre qu'il avait bien mérité par sa fidélité de la maison de Bourbon.

Il revint en Espagne lors de la restauration de Ferdinand VII d'Espagne qui l'éleva « à la double dignité[17] » de duc et de capitán general (l'équivalent de maréchal de France[15]) en [17]. Il le nomma ensuite[18] colonel des gardes wallonnes[15]. Saint Simon resta dès lors écarté des événements politiques[17],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bulletin de la Société des archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis
  2. Les émigrés charentais, 1791-1814
  3. Composé du Régiment Royal-Auvergne
  4. Sylvain Torchet, « [[Château Giscours]] », sur www.abcduvin.com, (consulté le 14 mai 2011)
  5. Biographie des hommes vivants: ou, Histoire par ordre alphabétique de la vie publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs actions ou leurs écrits, Louis Gabriel Michaud, L.G. Michaud, 1819, t. 5 (P-Z), p.288.
  6. Les sources espagnoles relatives à l'histoire de la Révolution dans l'ouest de la France: 1789-1799 : guide des sources d'archives et publications de textes, Louis Miard, Édition du Conseil général de Loire-Atlantique, 1989, p.346.
  7. Soldats ambassadeurs sous le Directoire, an IV-an VIII, William-Aimable-Émile-Adrien Fleury, Plon-Nourrit, 1906, v. 1, p.150.
  8. Le Révolution dans le département des Basses-Pyrénées: 1789-1799, Michel Péronnet, Jean-Paul Jourdan, Horvath, 1989, p.128.
  9. Cahiers Saint-Simon, Société Saint-Simon, Société Saint-Simon., 2003, no.31 2003, p.107.
  10. name="Louis Gabriel Michaud 1819, p.288"
  11. Revue d'histoire de Bayonne, du pays basque et du Bas-Adour, Société des sciences, lettres & arts de Bayonne, La Société, 2002, v.157 2002, p.201.
  12. Études religieuses, philosophiques, historiques et littéraires, Jesuits, V. Retaux, 1856, année 26:t.48 (1889), p.82 et Dugommier, 1738-1794, Arthur Maxime Chuquet, Arthur Chuquet, Fontemoing, 1904, p.380.
  13. Louis Gabriel Michaud 1819, p.288
  14. José de San Martín, le futur grand révolutionnaire sud-américain, combat dans ce régiment les bonapartistes.
    Source 
    « resumen de la biogrefia de don jose de san martin » (consulté le 14 mai 2011)
  15. a b et c Michaud junior, dans Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, Delagrave, sans date, t. XXXVII, col. 434.
  16. a et b « Claude, Anne de Montbléru de Saint-Simon », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 25 septembre 2016).
  17. a b et c Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer, Nouvelle Biographie générale, Copenhague, Rosenkilde et Bagger, 1969, col. 127.
  18. Dans Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer, op. cit., la date de 1825 est donnée pour cette nomination de colonel des gardes wallonnes. Mais le 2 paraît être une correction manuscrite d'imprimerie. Le site de l'Assemblée nationale reprend cette date de 1825. Saint Simon est mort en 1819.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]