Classification des verres optiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La classification des verres optiques est un moyen d'identifier les verres optiques afin de les différencier entre eux.

Convention internationale[modifier | modifier le code]

Il existe une convention internationale de codification des verres optiques basée sur la norme militaire américaine MIL-G-174B[1]. À chaque verre est assigné un nombre à 6 chiffres : les trois premiers chiffres de la décimale de l'indice de réfraction puis les trois premiers chiffres du nombre d'Abbe du verre, les deux groupes de chiffres étant séparés par un tiret. L'indice et la constringence sont prises à la raie d de l'hélium (589,3 nm)[2]. La norme a été créée en 1986 pour répondre au besoin croissant de normalisation de la dénomination des verres optiques, qui sont d'habitude nommés selon des conventions propres au fabricant[1].

Codifications propres aux fabricants[modifier | modifier le code]

Chaque fabricant a de son côté adopté une dénomination particulière pour ses verres. Le plus souvent un verre est nommé à partir de l’abréviation de son composant principal (par exemple « La » pour le lanthane) et l’abréviation de son type (crown ou flint). Un verre dit léger ou dense, nommé ainsi pour la proportion relative de métaux lourds par rapport au reste des matériaux, est noté respectivement L ou S et les verres dit courts ou à dispersion anormale, sont notés Kz (pour Kurz) pour Schott. Lorsque le spectre a été étendu vers un domaine particulier, l'usage est d'ajouter « UV » ou « IR » au nom du verre (exemple du UV-SiO2) et des notations spécifiques sont apposées aussi pour les verres spéciaux réservés à un usage particulier comme les verres pour lasers, les verres acousto-optiques, rotateurs de Faraday, filtres, verres anti-radiations, etc.[2]. Ces notations varient d'un fabricant à l'autre.

Quelques exemples de dénominations de verres optiques selon les fabricants
Famille du verre nd νd Codification internationale
MIL-G-174-B
Codifications des principaux producteurs
Schott Pilkington Hoya Ohara Sumita Corning CDGM Nikon-Hikari Potapenko
Crown borosilicate 1.5168 64.17 517-642 BK7 BSC517642 BSC7 S-BSL7 K-BK7 B16-64 D/H-K9L J-BK7 K8 (516-610)
Baryum crown 1.5688 56.05 569-561 BaK4 MBC569561 BAC4 S-BAL14 - B69-56 H-BaK7 J-BAK4 BF6 (569-494)
Crown dense 1.6204 60.32 620-603 SK16 DBC620603 BACD16 S-BSM16 K-SK16 C20-60 H-ZK9 A J-SK16 TK20 (622-567)
Lanthane flint 1.7439 44.85 744-448 LaF2 LAF744447 LaF2 S-LAM2 K-LaF2 D44-45 H-LaF3 J-LAF2 CTK19 (744-504)
Flint dense 1.7847 25.76 785-258 SF11 DEDF785258 FD11 S-TIH11 K-SFLD11 D85-26 ZF51 J-SF11 TF12 (785-256)

Plusieurs fabricants (par exemple Sumita et Nikon) reprennent les notations de Schott pour les verres dont les propriétés sont identiques à ceux du catalogue Schott. Il est à noter que les catalogues Pilkington et Corning ne sont plus disponibles mais continuent encore en 2012 d'être recensés dans des logiciels de conception optique ou de tracé de rayon[note 1],[note 2]. Les verres de Schott sont codés selon l'élément ou la caractéristique principale du verre (Court : Kz, Lanthane : La, Dense : S, etc.), son genre (Crown : K, Flint : F) puis un nombre. À l'instar de Schott, Hoya, Ohara, Potapenko et CDGM utilisent aussi des abréviations spécifiques pour chaque groupe de verre, et y ajoutent un nombre. Pour Pilkington ce nombre est le code international du verre.

Corning possède une notation plus complexe d'une lettre suivie de deux paires de chiffres. La lettre permet de déterminer quel est le chiffre des dixièmes de l'indice de réfraction, la première paire de chiffre est le centième et le millième de l'indice. Après le trait d'union, la deuxième paire de chiffre est la constringence arrondie à l'entier le plus proche[note 3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir catalogues de verres par défaut disponibles dans les logiciels Zemax (en), FRED (en), Code V, etc.
  2. Code V est un logiciel de conception optique pour diverses applications telles que matériel photographique et communication optique. Développé et commercialisé par Optical Research Associates à partir de 1975, il est depuis 2010 commercialisé par Synopsys sous le nom de « Code V Optical Design Software ».
  3. Il est possible de retrouver les explications de ces différentes notations dans les catalogues distribués par les fabricants, comprenant en général un paragraphe expliquant le système de notation et parfois un comparatif avec d'autres fabricants

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Norme MIL-G-174 B 1986
  2. a et b M. J. Weber et al. 2002, p. 221-222

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]