Classification à facettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une classification à facettes est un système de classification de bibliothèque analytico-synthétique et pragmatique, dont les critères de classification ne sont pas homogènes.

Elle a été élaborée en 1924 par un mathématicien et bibliothécaire indien Shiyali Ramamrita Ranganathan pour résoudre le problème posé par Jorge Luis Borges : « Comment ranger les livres dans une bibliothèque quand on sait qu'il y en a des grands et des petits, des livres d'histoire et des romans, des auteurs qui ont écrit les deux et des collections reliées qui traitent de tout et que l'on doit y ajouter les dossiers correspondant aux différents sujets ? ».


Ranganathan développe ce concept de facettes en l’introduisant dans la gestion de documents, plus particulièrement pour classer les livres de bibliothèques. Il propose un premier niveau de division entre les grands domaines de la connaissance, connu sous le nom de « facettes » principales[1].

Selon Ranganathan, un document peut être décrit selon cinq facettes (PMEST) :

  1. Personnalité : le concept principal du document
  2. Matière : une substance ou une propriété
  3. Énergie : l'opération ou action subie par l'objet
  4. Espace : localisation géographique
  5. Temps : localisation chronologique et temporelle.

On parle donc d’une classification des concepts plutôt que des sujets, une facette représentant un critère de division non hiérarchique. Cette approche de classification viendrait remplacer les systèmes de classification hiérarchique, dont la rigidité de sa structure rend difficiles les modifications du schéma primitif surtout aux niveaux supérieurs. Chaque classe est divisée par un seul critère et si l'on divise une classe selon plusieurs critères, on ne peut le faire que par divisions successives à des niveaux différents. De plus, le seul type de relation sémantique pris en considération dans ce modèle de classification est la relation hiérarchique. La classification par facettes est une alternative venant répondre aux faiblesses des méthodes de recherche traditionnelle (hiérarchique)[2].


« L’efficacité des classifications à facettes réside dans leur capacité à intégrer l’analyse des différentes dimensions d’un objet informationnel, facilitant la caractérisation et l’accès à cette information par le biais de multiplies perspectives. » [3] La recherche par facettes maximise la précision dans la recherche d’information, en se concentrant davantage sur l’établissement des liens fonctionnels et pragmatiques entre concepts et/ou sujets, plutôt que des relations strictement taxinomiques, ce qui permet ainsi de mieux gérer l’information institutionnelle à travers son cycle de vie et de répondre plus rapidement à un besoin[4].

Les concepts généraux, comme l'informatique ou la médecine, se déclinent en listes prédéterminées d'objets, d'actions, et de propriétés. L'espace et le temps sont communs à tous ces concepts. D'autres concepts peuvent être ajoutés, ce qui étend les possibilités de cette classification. L'obligation d'enchaîner les propriétés toujours dans le même ordre permet d'aboutir à une notation homogène afin de classer les livres. La notation utilise en outre des lettres, des chiffres, des caractères grecs et différents signes de ponctuation, qui lui donnent son nom de Classification Colon.

C'est une classification de ce genre qui a été adoptée par Yahoo! pour son annuaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Daniel Tunkelang, Faceted Search, Californie, Morgan & Claypool Publishers, , p. 8
  2. (en) Daniel Tunkelang, Faceted Search, Californie, Morgan & Claypool Publishers, , vii
  3. Sabine Mas, Dominique Maurel et Inge Alberts, Actualité du records management. Une expérience d'approche par la classification à facettes. Dans Les chantiers du numérique. Dématérialisation des archives et métiers de l'archiviste. Actes des 11e Journées des Archives., Louvain-la-Neuve, Academia, , p. 81
  4. Michèle Hudon, « Le passage au XXIe siècle des grandes classifications documentaires », Documentation et bibliothèques, vol. 52, no 2,‎ , p. 85–97 (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]