Classe nominale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

En linguistique, le terme de classe nominale (ou classe du nom ; en anglais noun class) se réfère à un système de catégorisation des noms. Un nom peut appartenir à une classe donnée en raison de traits caractéristiques de son référent, tels que le sexe, la distinction animé / non animé ou la forme, mais le fait de ranger un nom dans telle ou telle classe est souvent purement conventionnel.

Certains auteurs utilisent le terme de genre comme un synonyme de classe nominale, tandis que d’autres associent une définition différente à chacun de ces termes (voir plus bas).

Les classes nominales ne doivent pas être confondues avec les classificateurs.

La notion de classe nominale[modifier | modifier le code]

En général, les langages naturels catégorisent les noms en classes nominales de trois manières principales :

  • en fonction de similitudes de sens (sémantiques) ;
  • en fonction de similitudes de forme (morphologiques) ;
  • selon une convention arbitraire.

Habituellement, c’est une combinaison des trois critères qui s’applique, bien que l’un d’entre eux prédomine.

Les classes nominales constituent un système d’accords. L’appartenance d’un nom à une classe donnée peut impliquer la présence :

  • d’affixes d’accord sur les adjectifs, les pronoms, les numéraux etc. qui sont les constituants du syntagme nominal ;
  • d’affixes d’accord sur le verbe ;
  • d’une forme spécifique du pronom remplaçant le nom ;
  • d’un terme de classe spécifique dans le syntagme nominal (ou dans certains types de syntagmes nominaux).

Le français moderne exprime les classes nominales au travers des pronoms personnels singuliers à la troisième personne il et elle et de leurs autres formes fléchies. En anglais, le choix entre le pronom relatif who (personnes) et which (non-personnes) peut également être considéré comme une façon de catégoriser les noms en classes. Quelques noms présentent aussi des vestiges de classes nominales, tels que actrice, où la terminaison en -trice dénote une personne de sexe féminin. Ce type d’affixation du nom est tout à fait commun dans des langues qui possèdent un véritable genre grammatical, comme c’est le cas de la plupart des langues indo-européennes, dont le français fait partie ; il est moins fréquent en anglais (actor / actress).

Lorsque la classe nominale est exprimée au niveau d’une autre partie du discours, en dehors des noms et des pronoms, on dit que la langue concernée possède un genre grammatical.

Certaines langues dépourvues de classes nominales inflexionnelles permettent malgré tout de catégoriser les noms de manière extensive au moyen de particules indépendantes appelées classificateurs.

Types habituels de critères de définition des classes nominales[modifier | modifier le code]

Parmi ces critères, on peut citer les oppositions contrastives suivantes :

  • animé / inanimé (comme en ojibwe) ;
  • être pensant / non pensant (comme en tamoul) ;
  • mâle / autre ;
  • être humain masculin / autre ;
  • masculin / féminin ;
  • masculin / féminin / neutre ;
  • fort / faible ;
  • augmentatif / diminutif.

On trouve dans certaines langues, y compris au sein de la famille indo-européenne, une corrélation plus ou moins nette entre les classes nominales et la forme de leurs objets respectifs.

Certains linguistes pensent que le nostratique, ancêtre commun hypothétique des langues indo-européennes et d’autres familles de langues, possédait les classes « humain », « animal », et « objet ».

Genres grammaticaux et classes nominales[modifier | modifier le code]

Article principal : Genre grammatical.

Le terme de « genre », tel qu’il est utilisé par certains linguistes, se réfère à un système de classes nominales comportant 2, 3 ou 4 classes. Pour ces linguistes, les genres sont des instances de classes nominales. Toutefois, tous les linguistes ne sont pas d’accord avec cette distinction entre classes nominales et genres, et utilisent le terme de « genre » dans les deux cas.

Dans les langues qui possèdent des genres, le genre est une catégorie sélective s’appliquant au nom. Cela signifie qu’à chaque nom doit être assigné un genre, et donc que l’ensemble des noms peut être divisé en groupes en fonction de leur genre. Le mot « genre » vient du latin genus, qui est aussi la racine de « genre », et qui signifiait à l’origine « espèce, sorte, catégorie » : il n’a donc pas nécessairement lié à la notion de sexe. Par exemple, le mot polonais ręcznik (serviette) est de genre masculin, encyklopedia (encyclopédie) est féminin, et krzesło (chaise) est neutre.

Une langue possède un genre grammatical lorsqu’un changement de genre du nom induit nécessairement un changement morphologique de l’adjectif et des autres parties du discours (dont le verbe) qui sont liés au nom. Pour l’adjectif et quelques autres mots fléchis, le genre est une catégorie flexionnelle. En d’autres termes encore, lorsqu’un nom appartient à un genre donné, les autres parties du discours qui se réfèrent à ce nom doivent être fléchies de manière à se trouver dans la même classe. Ces changements obligatoires sont appelées l’accord de genre. En polonais, l’adjectif qui signifie « grand » possède trois formes (au nominatif singulier), l’une pour le masculin, l’autre pour le féminin, et la troisième pour le neutre : duży ręcznik (« une grande serviette »), duża encyklopedia (« une grande encyclopédie »), duże krzesło (« une grande chaise »).

Classes nominales dans certaines familles de langues[modifier | modifier le code]

Les familles ci-après sont classées par ordre alphabétique.

Langues algonquiennes[modifier | modifier le code]

L’ojibwe et d’autres membres de la famille des langues algonquiennes marquent une distinction entre la classe des animés et celle des non animés. Certaines sources avancent que la distinction s’appuierait sur la notion de « puissance ». Tous les êtres vivants, ainsi que les choses sacrées et celles qui sont liées à la Terre sont considérés comme « puissantes » et appartiennent à la classe des animés. La répartition est toutefois quelque peu arbitraire, puisque « framboise » est inanimé, alors que « fraise » est animé.

Langues athapascanes[modifier | modifier le code]

En navajo (langue apache), les noms sont classés en fonction de la distinction animé / inanimé, de la forme et de la consistance. Toutefois d’un point de vue morphologique, les distinctions ne sont pas exprimées sur les noms eux-mêmes, mais sur les verbes dont ces noms sont sujets ou objets directs. Par exemple, dans la phrase Shi’éé’ tsásk’eh bikáa’gi dah siłtsooz (ma chemise est posée sur le lit), on utilise le verbe siłtsooz (est posée) parce que le sujet shi’éé’ (ma chemise) se réfère à un objet plat et flexible. Dans la phrase Siziiz tsásk’eh bikáa’gi dah silá, « Ma ceinture est posée sur le lit », on utilise le verbe silá (est posée) parce que le sujet siziiz (ma ceinture) se réfère à un objet mince et flexible.

Le koyukon (langue athapascane du nord) possède un système de classification plus complexe. Comme le navajo, il a des radicaux verbaux classificateurs en fonction de la distinction animé / inanimé, de la forme et de la consistance. Toutefois, les verbes koyukon ont de plus ce qu’on appelle des « préfixes de genre » qui opèrent une classification supplémentaire. Le koyukon a donc en fait deux systèmes différents de classification des noms : (a) un système de classification verbale et (b) un système de genres. Par exemple, le radical verbal -tonh est utilisé pour les objets contenus. Lorsque -tonh est combiné avec tel ou tel préfixe de genre, il peut en résulter la forme daaltonh, qui se réfère à des objets contenus dans des boîtes, ou etltonh s’ils sont contenus dans des sacs.

Langues australiennes aborigènes[modifier | modifier le code]

Le dyirbal est bien connu pour son système à quatre classes nominales, qui tendent à se répartir sémantiquement comme suit :

  1. êtres animés, hommes ;
  2. femmes, eau, feu, violence ;
  3. fruits et légumes comestibles ;
  4. divers (choses n’entrant pas dans les trois premières catégories).

Par exemple, la classe habituellement étiquetée « féminin » comprend les mots concernant le « feu », ainsi que les créatures et phénomènes dangereux. Ceci a inspiré le titre de l’ouvrage de George Lakoff, Women, Fire and Dangerous Things (ISBN 0-226-46804-6).

Le ngangikurrunggurr a une classe nominale réservée aux canines et aux armes de chasse, et l’anindilyakwa a une classe pour les objets qui reflètent la lumière. Le diyari distingue seulement entre les choses femelles et les autres. C’est peut-être dans la langue yanyuwa que figure le plus grand nombre de classes nominales (on en compte seize).

Langues caucasiennes[modifier | modifier le code]

Certaines langues du nord-ouest du Caucase, et presque toutes celles de la famille du nord-est du Caucase, présentent des classes nominales. Dans cette dernière, seuls le lezguien, l’oudi et l’agul n’en possèdent pas. Certaines de ces langues ont deux classes seulement, tandis que le bats en connaît huit. Toutefois le système le plus répandu est basé sur quatre classes : masculin, féminin, êtres animés et certains objets, et une dernière classe pour les autres noms. L’andi a une classe réservée pour les insectes.

Parmi les langues du nord-ouest du Caucase, l’abkhaze présente une distinction entre mâle et humain d’une part, femelle et non humain d’autre part. L’oubykh présente certaines flexions basées sur un schéma similaire, mais seulement dans certains cas, et parmi ces cas la flexion liée à la classe nominale n’est pas même obligatoire.

Dans toutes les langues caucasiennes qui connaissent les classes, celles-ci ne sont pas marquées sur le nom lui-même mais sur les éléments dépendants, verbes, adjectifs, pronoms et prépositions.

Langues Niger-Congo[modifier | modifier le code]

Les langues Niger-Congo peuvent avoir dix classes ou davantage, définies selon des critères non liées au sexe. Le peul possède environ 26 classes nominales (le nombre exact varie légèrement selon le dialecte). Selon Steven Pinker, le kivunjo utilise 16 classes nominales, parmi lesquelles des classes pour les positions précises et pour les localisations générales, des classes pour les groupes ou paires d’objets et des classes pour les objets réunis en groupes ou en paires, des classes pour les qualités abstraites[1].

Langues bantoues[modifier | modifier le code]

Selon Carl Meinhof, les langues bantoues possèdent au total 22 classes nominales (cette notion a été introduite par W.H.J.Bleek). Si on ne connaît aucune langue qui les exprime toutes, la plupart d’entre elles en possèdent au moins 10. Par exemple, selon le dénombrement de Meinhof, le swahili en aurait 15, le sesotho 18, et le luganda, 19.

Les spécialistes des langues bantoues soulignent qu’il existe une différence nette entre les genres (tels que les connaissent les langues afro-asiatiques et indo-européennes) et les classes nominales (telles que dans les langues Niger-Congo). Les langues possédant des classes nominales distinguent les noms formellement sur la base de significations hyperonymiques. La catégorie des classes nominales y remplace non seulement la catégorie du genre, mais aussi celles du nombre et du cas.

Les critiques de l’approche de Meinhof remarquent que son système de dénombrement des classes nominales répartit le singulier et le pluriel d’un même nom dans des classes séparées. Ceci leur semble en contradiction avec la manière dont d’autres langues sont traditionnellement considérées, avec le nombre orthogonal au genre : selon ces critiques, une analyse à la manière de Meinhof aboutirait à 9 genres pour le grec ancien. Si on s’en tient à la tradition linguistique plus générale, et que l’on considère les singuliers et les pluriels comme appartenant à une même classe, alors le swahili aurait 8 ou 9 classes, le sesotho 11 et le luganda 10.

La méthode de dénombrement de Meinhof a tendance à être utilisée dans des travaux scientifiques portant sur la comparaison entre différentes langues bantoues. Par exemple en swahili, le mot rafiki (ami) appartient à la classe 9, et sa « forme plurielle », marafiki est en classe 6, même si la plupart des noms de la classe 9 ont le pluriel de la classe 10. Pour cette raison, on évoque souvent les classes nominales en combinant leur singulier et leur pluriel : par exemple rafiki sera classé "6/9", pour indiquer qu’il est de la classe 6 au singulier et de la classe 9 au pluriel.

Cependant ces exceptions ne concernent pas toutes les langues bantoues. En luganda chaque classe au singulier a une classe correspondante au pluriel (sauf une qui ne présente pas de distinction singulier-pluriel), et en swahili il n’y a pas d’exceptions de ce type. C’est pourquoi les linguistes spécialistes du luganda utilisent le système de numérotation orthogonale lorsqu’ils discutent la grammaire luganda (dans un autre contexte que dans celui de la linguistique comparative des langues bantoues), et indiquent les 10 classes nominales traditionnelles de cette langue.

On trouvera ci-après une liste complète des classes nominales en swahili :

No  de classe Préfixe Sens habituel
1 m-, mw-, mu- singulier: personnes
2 wa-, w- pluriel: personnes (contrepartie de la classe 1)
3 m-, mw-, mu- singulier: plantes
4 mi-, my- pluriel: plantes (contrepartie de la classe 3)
5 ji-, j-, 0- singulier: fruits
6 ma-, m- pluriel: fruits (contrepartie des classes 5, 9, 11, rarement 1)
7 ki-, ch- singulier: choses
8 vi-, vy- pluriel: choses (contrepartie de la classe 7)
9 n-, ny-, m-, 0- singulier: animaux, choses
10 n-, ny-, m-, 0- pluriel: animaux, choses (contrepartie des classes 9 and 11)
11 u-, w-, uw- singulier: pas de sémantique nette
15 ku-, kw- noms déverbaux
16 pa- localisations: proche de
17 ku- localisation indéfinie ou direction
18 mu-, m- localisations: à l’intérieur de

0- signifie absence de préfixe. Remarquez aussi que certaines classes sont homonymiques (notamment. 9 et 10). En swahili la classe proto-bantoue 12 a disparu, les classes 7 et 13 ont fusionné, ainsi que les classes 11 et 14.

Les préfixes de classes apparaissent aussi sur les adjectifs et les verbes, par exemple :

Kitabu kikubwa kinaanguka. (cl.7-livre cl.7-grand, gros cl.7-PRÉSENT-tomber)
‘Le gros livre tombe.’

Les marques apparaissant sur les adjectifs peuvent différer des préfixes du nom :

Mtoto wangu alikinunua kitabu. (cl.1-enfant cl.1-mon cl.1-PASSÉ-cl.7-acheter cl.7-livre)
‘Mon enfant a acheté un livre.’

Dans cet exemple, le préfixe verbal a- et le préfixe pronominal wa- sont en concordance avec le préfixe nominal m- : ils expriment tous la classe 1 en dépit de leur forme divergente.

Zandé[modifier | modifier le code]

Le zandé (langue des Zandés, en Afrique centrale) distingue quatre classes nominales :

Critère Exemple Traduction
humain (masculin) kumba mari
humain (féminin) dia épouse
animé nya bête (animal)
autres bambu maison

Il existe environ 80 noms inanimés qui se trouvent dans la classe des animés, parmi lesquels des noms dénotant des objets célestes (lune, arc-en-ciel), des objets métalliques (marteau, anneau), des plantes comestibles (patate douce, pois) et des objets non métalliques (sifflet, balle). Beaucoup de ces exceptions sont associées à une forme arrondie, et certaines peuvent s’expliquer par leur rôle dans la mythologie zandé.

Liste de langues selon leur type de classification des noms[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Craig, Colette G. (1986). Noun classes and categorization: Proceedings of a symposium on categorization and noun classification, Eugene, Oregon, October 1983. Amsterdam: J. Benjamins.
  • Corbett, Greville G. (1991) Gender, Cambridge University Press —A comprehensive study; looks at 200 languages.
  • Corbett, Geville (1994) "Gender and gender systems". En R. Asher (ed.) The Encyclopedia of Language and Linguistics, Oxford: Pergamon Press, pp. 1347--1353.
  • Greenberg, J. H. (1978) "How does a language acquire gender markers?". En J. H. Greenberg et al. (eds.) Universals of Human Language, Vol. 4, pp. 47--82.
  • Hockett, Charles F. (1958) A Course in Modern Linguistics, Macmillan.
  • Ibrahim, M. (1973) Grammatical gender. Its origin and development. La Haya: Mouton.
  • Iturrioz, J. L. (1986) "Structure, meaning and function: a functional analysis of gender and other classificatory techniques". Función 1. 1-3.
  • Meissner, Antje & Anne Storch (eds.) (2000) Nominal classification in African languages, Institut für Afrikanische Sprachwissenschaften, Johann-Wolfgang-Goethe-Universität, Frankfurt am Main. Köln: Rüdiger Köppe Verlag. (ISBN 3-89645-014-X).
  • Ohly, R., Kraska-Szlenk, i., Podobińska, Z. (1998) Język suahili. Wydawnictwo Akademickie "Dialog". Warszawa. (ISBN 83-86483-87-3)
  • Pinker, Steven (1994) The Language Instinct, William Morrow and Company.
  • Мячина, Е.Н. (1987) Краткий грамматический очерк языка суахили. In: Суахили-русский словарь. Kamusi ya Kiswahili-Kirusi. Москва. "Русский Язык".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pinker, Steven (1994) The Language Instinct, William Morrow and Company.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]