Classe Ula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

classe Ula
Image illustrative de l'article Classe Ula
KNM Ula (S 300), tête de la classe Ula
Caractéristiques techniques
Type sous-marin
Longueur 59 m
Maître-bau 5,40 m
Tirant d'eau 4.60 m
Propulsion diesel-électrique
Vitesse 11 nœuds en surface
23 nœuds en plongée
Caractéristiques militaires
Rayon d’action 5 000 milles marins à 8 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 21
Histoire
Constructeurs Kongsberg / Nordseewerke
A servi dans Pavillon de la marine royale norvégienne Marine royale norvégienne
Période de
construction
1987-1992
Période de service Depuis 1989
Navires construits 6
Navires en activité 6

La classe Ula, ou Type 210, est le nom d'un type de sous-marins de la marine royale norvégienne assemblés en Allemagne entre la fin des années 1980 et le début des années 1990. La classe, qui comprend six navires, est, en 2016, le seul type de sous-marin en service dans la marine militaire norvégienne. Une nouvelle classe de sous-marins doit la remplacer au milieu des années 2020.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

La décision de se doter de la classe Ula naît en 1972 du désir de moderniser la flottille sous-marine de la marine royale norvégienne, alors constituée des sous-marins vieillissants de la classe Kobben, construite au début des années 1960. Un contrat pour six navires est signé le avec les chantiers navals allemands de Nordseewerke, alors filiale de Thyssen, à Emden. Une option est également posée pour la fourniture de deux sous-marins supplémentaires ; celle-ci ne sera jamais levée[1].

La construction des navires est internationale ; le système de combat est mis au point en Norvège par Kongsberg, le sonar d'attaque est allemand, les sonars latéraux sont français. Les sections de coque sont produites en Norvège puis assemblées en Allemagne par Thyssen Nordseewerke. En Allemagne, la classe Ula est dénommée Type 210.

À leur mise en service, ces navires sont les premiers sous-marins norvégiens à comporter suffisamment de couchettes pour tout l'équipage et à être dotés d'une douche. À leur lancement, ces navires sont présentés comme les plus silencieux et les plus manœuvrables du monde. Combinées à leur relative petite taille, ces caractéristiques les rendent difficiles à détecter par les navires de lutte anti-sous-marine et parfaitement adaptés aux opérations en eaux côtières. La classe Ula est considérée par la marine norvégienne comme l'un de leurs atouts les plus efficaces et les moins coûteux.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

En 1989, lors d'essais à la mer, le Ula est endommagé par une torpille d'entraînement. En , l’Uredd est impliqué dans un accident alors qu'il rentre à sa base. En , l'Uredd est victime d'un départ de feu sur sa passerelle.

Au cours de ses années de service actif, plusieurs sous-marins de la classe Ula sont déployés en Méditerranée, en soutien à l'opération de l'OTAN baptisée Active Endeavour, où leurs capacités de renseignement dépassent toutes les attentes. Leur disponibilité opérationnelle s'avère être la plus élevée de tous les navires engagés. Cette mission met toutefois en lumière le besoin d'un meilleur système de régulation de la température pour un confort accru de l'équipage lors de croisières en eaux chaudes. En conséquence, le Ula est « tropicalisé » avec l'installation de nouveaux systèmes de climatisation, deux autres navires devant subir les mêmes mises à niveau.

Unités[modifier | modifier le code]

Six sous-marins sont livrés entre 1989 et 1992 à la marine norvégienne. Tous sont basés à Haakonsvern à Bergen. Les navires sont tous nommés d'après des toponymes de Norvège, à l'exception de l’Uredd (« Sans peur » en français), ainsi baptisé en l'honneur d'un sous-marin norvégien de la Seconde Guerre mondiale, le KNM Uredd P-41. Le préfixe des navires est KNM (Kongelig Norsk Marine, marine royale norvégienne).

Liste des navires[modifier | modifier le code]

Classe Ula[2]
Numéro de coque Nom Quille posée le Mise à flot Mise en service Statut
S 300 KNM Ula Actif
S 301 KNM Utsira Actif
S 302 KNM Utstein Actif
S 303 KNM Utvær Actif
S 304 KNM Uthaug Actif
S 305 KNM Uredd Actif

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ula-class submarine » (voir la liste des auteurs).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Gardiner (dir), Stephen Chumbley (dir) et Przemysław Budzbon (dir), Conway's All the World's Fighting Ships 1947-1995, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, , 675 p. (ISBN 978-1-557-50132-5)
  • (en) Commodore Stephen Saunders RN. (édt.), Jane's Fighting Ships, 2004-2005, Coulsdon, Jane's Information Group, , 107e éd., 947 p. (ISBN 978-0-710-62623-3)