Classe Som

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Som.
Classe Som
Image illustrative de l'article Classe Som
Le Losos

Histoire
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine impériale de Russie
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin
Longueur 20 m
Maître-bau 3,5 m
Tirant d'eau 2,9 m
Déplacement 105 t en surface, 122 t en plongée
Propulsion 1 moteur Diesel, 1 moteur électrique
Vitesse 6 nœuds en plongée, 8,5 nœuds en surface
Profondeur 30 m
Caractéristiques militaires
Armement 1 torpille
Autres caractéristiques
Équipage 22 hommes

La Classe Som (en russe : Сомъ[1]) était une classe de sous-marins de la marine impériale russe.

Sous-marins[modifier | modifier le code]

Sept exemplaires furent construits :

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le début de la guerre russo-japonaise l’amirauté russe cherche à renforcer rapidement sa flotte, y compris sous-marine, en se procurant des navires à l’étranger.

Le Som fut acheté à la firme américaine Holland, son nom d'origine était « Fulton », et servit de prototype pour une classe de sous-marins russes. Les sous-marins furent construits par l’« usine de constructions navales et mécaniques (ru) » à Saint-Pétersbourg selon le Holland design No. 7.

Seuls le Som et le Chtchouka furent expédiés par voie ferrée à Vladivostok pour participer au conflit à partir d’avril 1905.

En 1907 le Losos et le Soudak sont transférés à la flotte de la Mer Noire, les autres demeurent dans la flotte de la Baltique.

Durant la Première Guerre mondiale, les sous-marins (excepté le Losos et le Soudak) furent équipés d'un canon de 37 mm.

Le Som sombra en mer Baltique le , après être entré en collision avec un bateau le vapeur suédois Ångermanland[2]. Les Chtchouka, Peskar, Sterliad et Belouga furent capturés par les Allemands pendant l'occupation de Reval le . Le Losos et le Soudak furent capturés à Sébastopol d’abord par les Allemands, le , puis par les troupes d’intervention franco-britanniques et finalement sabordés par ces dernières en 1919.

En 2015 une équipe de plongeurs suédois annonce la découverte de l’épave d’un sous-marin portant une inscription cyrillique. Tout laisse penser qu’il s’agit du Som[2].

Photographies[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • I.D. Spassky, V.P. Semyonov & Norman Polmar, Submarines of the Tsarist Navy : A pictorial History, Naval institute Press, États-Unis, 1998 (ISBN 1-55750-771-6)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Orthographe de l’époque, cf. orthographe russe avant 1918.
  2. a et b (se) « Främmande ubåt hittad i svenskt vatten », sur expressen.se,‎ (consulté le 28 juillet 2015)