Classe Piloto Pardo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Piloto Pardo
Autres noms OPV 80
Type Patrouilleur
Histoire
A servi dans Naval Jack of Chile.svg Marine chilienne
Pavillon de la marine argentine Marine argentine
Pavillon de la marine colombienne Marine colombienne
Chantier naval ASMAR (Valparaíso)
Lancement (Piloto Pardo)
Armé (Piloto Pardo)
Statut En service
Équipage
Équipage 60 officiers, officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots
Caractéristiques techniques
Longueur 80,6 m
Maître-bau 16 m
Tirant d'eau 3,8 m
Déplacement 1 728 t (à pleine charge)
Propulsion 2 x moteurs diesel Wärtsilä SCV 62 de 4 MW ; 3 x moteurs diesel auxiliaires Caterpillar 3412 C de 0,4 MW ; 1 x propulseur d'étrave Caterpillar 3056 DIT de 0,1 MW ; 2 x lignes d'arbre
Vitesse 20 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 1 x canon de 40 mm
2 x mitrailleuses de 12,7 mm
Rayon d'action 8 000 milles à 12 nœuds
Aéronefs 1 x hélicoptère SA.365N Dauphin 2 stocké en hangar

La classe Piloto Pardo est une classe de patrouilleurs de la Marine chilienne conçue par Fassmer et construite sous transfert de technologie par ASMAR. La marine argentine[1] tout comme la marine colombienne[2] en construiront, respectivement, cinq et deux exemplaires dans leurs chantiers navals respectifs. La Marine nationale française est en négociations avec le Chili pour acquérir un nombre inconnu de bâtiments, en remplacement de ses avisos de classe d'Estienne d'Orves[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Navires[modifier | modifier le code]

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Argentinean Navy decided for FASSMER OPV 80 », sur fassmer.de, Fassmer,‎ (consulté le 4 décembre 2009)
  2. a et b (en) « First Fassmer OPV 80 Delivered », sur fassmer.de, Fassmer,‎ (consulté le 4 décembre 2009)
  3. (es) « Francia negocia con Chile acuerdo cooperación militar similar al de Brasil », sur adn.es, Agence EFE,‎ (consulté le 4 décembre 2009)