Classe M1939

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Classe M1939
Caractéristiques techniques
Type Dragueur de mines
Longueur 68,4 m
Maître-bau 8,7 m
Tirant d'eau 2,65 m
Déplacement 785 t (standard)
Port en lourd 878 t (pleine charge)
Propulsion 2 machines à vapeur
2 chaudières
Puissance 3700 ch
Vitesse 18.3 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d’action 5 000 miles nautiques à 10 nœuds (143 tonnes de fuel)
Autres caractéristiques
Équipage 95/119
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany (1938-1945).svg Kriegsmarine
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Naval Ensign of the Soviet Union (1950-1991).svg Marine soviétique
Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Période de
construction
1939 - 1942
Période de service 1941-1945
Navires construits 33
Navires prévus ?
Navires perdus 9
Navires démolis 24

La Classe M1939 est une troisième série de dragueurs de mines construite pour la Kriegsmarine en remplacement des vieux navires issus de la Première Guerre mondiale.

Service[modifier | modifier le code]

Cette troisième série de Type 35 est quasi identique aux classe M1935 et Classe M1938. Le navire a une puissance plus élevé et son armement est renforcé par rapport à la classe précédente.
Ils ont aussi entrepris des missions d'escorte de convois en plus de leur mission initiale de guerre anti-sous-marine. Ils ont effectué des tâches de mouilleur de mines.
Toutefois, les navires furent aussi très coûteux et compliqués à construire. Les chaudières au mazout ont été un handicap lors de la pénurie de carburant dans les dernières années de la guerre.

Sur les 33 navires construits entre 1939 et 1942, 9 ont été perdus pendant la guerre. Sur les 24 survivants, trois ont été détruits en 1944 et 1945 et les 21 autres ont été transférés aux différentes marines alliées ( 5 au Royaume-Uni, 8 à l'Union soviétique et 8 à la France).

Les unités[modifier | modifier le code]

Les 33 navires ont été réalisés sur sept chantiers navals différents :

M37 à M39,

  • Lübecker Maschinenbau Gesellschaft à Lübeck :

M81 à M85,

M101 à M104,

  • Lindenau Werft à Memel :

M131 à M133,

M151 à M156,

M201 à M206,

M251 à M256,

Marine française[modifier | modifier le code]

  • Oise (M602) : ancien dragueur allemand M38 lancé le 28 février 1941 . Transféré à la Marine française il a servi de 1947 à 1960.
  • Laffaux (M607) : ancien dragueur allemand M81 lancé le 20 décembre 1941 . Transféré à la Marine française il a servi de 1947 à 1957. Cédé à l'Allemagne de l'Ouest : Hummel (détruit en 1963).
  • Yser (M604) : ancien dragueur allemand M51 lancé le 6 décembre 1941 . Transféré à la Marine française il a servi de 1947 à 1957. Cédé à l'Allemagne de l'Ouest : Brummer (détruit en 1966).
  • Craonne : ancien dragueur allemand M202 lancé le 29 septembre 1940. Transféré à la Marine française il a servi de 1947 à 1951.
  • Belfort (M606) : ancien dragueur allemand M205 lancé le 3 mai 1941. Transféré à la Marine française il a servi de 1947 à 1957. Cédé à l'Allemagne de l'Ouest : Biene (détruit en 1968).
  • Péronne (M251) : ancien dragueur allemand M251 lancé le 12 juillet 1940. Transféré à la Marine française il a servi de 1947 à 1951.
  • Ancre (M611) : ancien dragueur allemand M251 lancé le 27 septembre 1940. Transféré à la Marine française il a servi de 1947 à 1951.
  • Vimy (M608) : ancien dragueur allemand M253 lancé le 23 novembre 1940. Transféré à la Marine française il a servi de 1947 à 1957. Cédé à l'Allemagne de l'Ouest : Bremse (détruit en 1963).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]