Classe Le Fougueux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Classe Le Fougueux
Image illustrative de l’article Classe Le Fougueux
L'Opiniâtre
Caractéristiques techniques
Type Escorteur côtier
Longueur 53 m
Maître-bau 6,5 m
Tirant d'eau m
Déplacement 402 tonnes (standard)
Propulsion 4 moteurs 4 cylindres SEMT Pielstick
Puissance 3 240 ch
Vitesse 18,7 nœuds (34,6 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 2 canons AA de 40 mm Bofors
2 canons de 20 mm Oerlikon Mk 4
1 lance grenade Hedgehogue plage avant
2 lance-grenade Thornycroft
2 grenadeurs de sillage
Rayon d’action 3 000 milles marins (5 600 km) à 12 nœuds (22 km/h)
Autres caractéristiques
Électronique 1 radar, 1 sonar
Équipage 4 officiers
49 Off. Mariniers QM et matelots
Histoire
Constructeurs France
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Commanditaire US Navy
Période de
construction
1954 - 1956
Période de service 1955 - 1975
(Marine nationale française)
Navires construits 9 (3 pour la Marine nationale)
Navires démolis 8
Navires préservés 1

La classe Le Fougueux est un type de patrouilleur construit pour la Marine nationale française par des chantiers navals français après la Seconde Guerre mondiale et dénommée escorteur côtier.
9 unités de ce type ont été construites par des chantiers civils ou les arsenaux militaires français et financées par l'OTAN au titre du "Pacte d'assistance mutuel". Ces 9 escorteurs destinés à la lutte anti-sous-marine côtière sont dérivés des "Patrol Coaster" de l'US Navy classe PC-461. 3 ont été attribués à France (PC 1610 Le Fougueux, PC 1611 L'Opiniâtre, PC 1612 L'Agile), 3 au Portugal (PC 1613, 1614 et 1617), 1 aux Pays-Bas (PC 1615), 1 à l'Éthiopie (PC 1616) et 1 à la marine d'Allemagne fédérale (PC 1618).

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale la marine française est réduite à de vieilles unités ayant survécu au conflit, à l'apport d'unités légères provenant de l’US Navy et de la Royal Navy et aussi de bâtiments allemands et italiens récupérés au titre des dommages de guerre.
L'expérience de la dernière guerre a démontré l'utilité de navires d'escorte pour la protection des convois océaniques et des grands bâtiments.
Dès 1943, apparaît donc un nouveau type d'escorteur comme les frégates anglaises de classe River, les corvettes de classe Flower que les Forces navales françaises libres (FNFL) armeront, et les destroyers d'escorte américains de classe Cannon.
En 1949, la France et d'autres pays occidentaux entrant dans la Guerre froide pensent à la construction d'escorteurs rapides pour des groupes aéronavals qui serviront dans le cadre de l'OTAN. La marine française se voit confier la mission prioritaire de la lutte anti-sous-marine. Elle décline ses futures fabrications sur les escorteurs d'escadre, les escorteurs rapides de lutte anti-sous-marine et des escorteurs côtiers.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

L'escorteur côtier est un bâtiment léger de 400 tonnes de déplacement avec une vitesse maximum de 19 nœuds. Il est équipé de 4 moteurs diesel SEMT Pielstick développant une puissance totale de 3 240 ch sur 2 hélices.
Sa superstructure est en aluminium.

Armement[modifier | modifier le code]

Lutte anti-sous-marine :

  • 1 mortier Hedgehog de 120 mm (plage avant)
  • 2 lance-roquettes (pont milieu : 1 bâbord et 1 tribord)
  • 2 grenadeurs de sillage

Défense antiaérienne :

Électronique[modifier | modifier le code]

  • 1 radar DRBV 30
  • 1 sonar DUBA

Service[modifier | modifier le code]

Conçus pour la lutte anti-sous-marine en zone côtière, Le Fougueux, l'Agile et l'Opiniâtre sont utilisés pour la protection des côtes d'Afrique du Nord, pour la surveillance maritime et aussi comme navire-école. Après 1962, basés à Cherbourg où ils constituerons la 1re division d'escorteurs côtiers (1re DEC) ils seront surtout utilisés aux missions d'assistance aux pêches en mer d'Irlande et le contrôle international des pêches en mer du Nord. Le canon de 40mm sur la plage arrière sera débarqué et remplacé par un rouf infirmerie.

Les escorteurs côtiers de la classe Fougueux ont navigué en Manche, en Mer du Nord et en Atlantique mais ont aussi effectué de nombreuses missions sur les côtes africaines. A bord de ces petites unités sans grand confort et surtout sans climatisation, la vie tant à quai qu'à la mer, était particulièrement pénible pour leurs équipages.
Ils sont désarmés en 1975-76 et rendus à l'US Navy.

Confié à un mouvement de scouts marins, Le Fougueux est le seul qui ait été préservé. Il est toujours en activité aux Pays-Bas.

Une seconde série de 11 escorteurs côtiers légèrement différente sera construite sous le nom de classe L'Adroit.

Unités[modifier | modifier le code]

Nom Indicatif visuel Chantier Lancement Service effectif Fin de service Destination
Le Fougueux[1] P641
ex-PC1610
Chantiers Dubigeon rendu à l’US Navy. Sert une association aux Pays-Bas
L'Opiniâtre[2] P642
ex-PC1611
Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer rendu à l'US Navy puis vendu aux Pays-Bas en 1977 et ferraillé en 1983
L'Agile[3] P643
ex-PC1612
Ateliers et Chantiers de Provence à Port-de-Bouc rendu à l’US Navy puis ferraillé en 1979 au Royaume-Uni

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]