Classe L'Ajaccienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Classe L'Ajaccienne
Image illustrative de l'article Classe L'Ajaccienne
P651 La Sétoise
HMS Oriental Star
Caractéristiques techniques
Type Chalutier armé
Longueur 47,85 m/48,84 m
Maître-bau 8,1 m
Tirant d'eau 3,73 m
Déplacement 421/427 tonnes (standard)
Port en lourd 466 tonnes (pleine charge)
Propulsion 1 moteur alternatif
1 chaudière
Puissance 800 ch
Vitesse 10 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
  • 1 canon de 102 mm
  • 4 mitrailleuses de 13,7 mm
  • 1 grenadeur de sillage
Autres caractéristiques
Électronique
  • 1 ASDIC
  • 1 radar de navigation
Équipage 20
Histoire
Constructeurs Smith's Dock Co. Ltd Middlesbrough
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Ensign of France.svg Marine nationale
Pavillon des forces navales françaises libres Forces navales françaises libres
Commanditaire Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Période de
construction
1934 - 1935
Période de service 1935 -1960

La classe L'Ajaccienne [1] est le nom donné à un groupe de patrouilleurs auxiliaires français. Ce sont des anciens chalutiers britanniques construits dans les années 1934-35. Ils furent réquisitionnés par la Royal Navy, au début de la Seconde Guerre mondiale, et armés comme chalutiers militaires britanniques (type No specific class) [2] pour servir de dragueur de mines.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Toulonnaise.

En , la marine française rachète quatre unités de ces chalutiers armés. Ils sont affectés au sein de la 14e escadrille de patrouilleurs auxiliaires basée à Brest. Les quatre navires participent à différents convois maritimes. L'Ajaccienne participe à l'évacuation des troupes lors de la Bataille de Dunkerque.

En , ils rejoignent l'Afrique du Nord. Ils sont présents lors de la Bataille de Mers el-Kébir. Restés fidèles au Gouvernement de Vichy ils opèrent en Méditerranée.

Le les bâtiments sont sabordés dans le port d'Oran lors du débarquement allié en Afrique du Nord (Opération Torch).

Au début de l'année 1943 ils sont renfloués et trois rejoignent les Forces navales françaises libres (FNFL). En 1944 La Toulonnaise, La Sétoise participent à des convois vers Saint-Pierre et Miquelon. L'Ajaccienne est basée à Beyrouth et opère au Levant. Fin 1944 La Sétoise escorte des sous-marins entre l'Afrique du Nord et la métropole. En L'Ajaccienne participe à l'évacuation de Lattaquié.

À la fin du conflit La Toulonnaise et La Sétoise sont affectées au port de Toulon. Condamnées en 1960 elles sont vendues à la démolition L'Ajaccienne est mise en réserve à Diégo-Suarez en 1950. Condamnée à Toulon en 1956, elle est vendue à la démolition.


Les unités[modifier | modifier le code]

Nom Lancement Transfert Royal Navy transfert Marine française Fin de carrière
Hampshire HMS Hampsire (FY.173)
  • P-138 La Toulonnaise
  • P652 La Toulonnaise
détruit en 1960
Oriental Star HMS Oriental Star (FY.178)
  • P-139 La Sétoise
  • P651 LA Sétoise
détruit en 1960
Mildenhall HMS Mildenhall (FY.128)
  • P-136 L'Ajaccienne
  • P651 L'Ajacienne
détruit en 1956
Canadian Prince HMS Canadian Prince (FY.166)
  • P-137 La Bônoise
détruit en ?

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]