Classe Königsberg (1927)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la troisième classe de croiseurs légers de ce nom. Pour les autres classes Königsberg, voir classe Königsberg.

Classe Königsberg
Image illustrative de l’article Classe Königsberg (1927)
Croiseur léger allemand de la classe Königsberg.
Caractéristiques techniques
Type Croiseur léger
Longueur 174 m
Maître-bau 15,30 m
Tirant d'eau 6,28 m
Déplacement 6 650 tonnes
À pleine charge 8 130 tonnes
Propulsion 4 turbines à engrenages
6 chaudières à mazout et 2 diesels MAN
Puissance 65 000 cv
Vitesse 32 nœuds (59 km / h)
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture = 50 mm
Pont = 40 mm
Kiosque = 100 mm
Tourelle = 30 mm
Armement 9 canons de 150 mm (3 x 3)
2 canons AA de 88 mm (remplacés par 4 de 88 mm SK C/32)
8 canons de 37 mm
8 canons 20 mm (en)
12 tubes lance-torpilles de 500 mm (4x3)
120 mines
Aéronefs 2 avions
Rayon d’action 5 700 miles (10 600 km) à 19 nœuds (35 km / h)
(600 tonnes de fioul)
Autres caractéristiques
Équipage 820 à 850 officiers et hommes d'équipage en temps de guerre
Histoire
A servi dans Flag of Weimar Republic (jack).svg Reichsmarine
War Ensign of Germany (1938–1945).svg Kriegsmarine
Période de
construction
1926-1928
Période de service 1929-1945
Navires construits 3
Navires prévus 3
Navires perdus 3

La classe Königsberg, ou classe K, était une classe de croiseurs légers de la Reichsmarine puis de la Kriegsmarine. Les trois navires (Königsberg, Karlsruhe et Köln), nommés d'après les villes allemandes, furent construits entre 1926 et 1930. Succédant à l'Emden de 1925, les trois croiseurs légers sont d'un design définitivement nouveau, leur armement principal étant réparti en trois tourelles triples dont les deux dernières étaient décalées par rapport à l'axe du pont. Ils étaient armés d'une batterie principale de neuf canons de 150 mm et de douze tubes lance-torpilles de 500 mm.

Conception[modifier | modifier le code]

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Leur déplacement standard était d'environ 6 650 tonnes et 8 130 tonnes à pleine charge. Ils avaient une longueur hors tout de 174 mètres, une largeur de 15,30 mètres et un tirant d’eau de 6,28 mètres. Les navires étaient propulsés par quatre turbines standard alimentées en vapeur par six chaudières à mazout et deux diesels MAN à quatre temps 10 cylindres développant 65 000 ch (48 000 kW) et entraînant deux hélices. Leur vitesse maximale était de 32 nœuds (59 km/h, 37 mi/h). Ces navires emportaient 600 tonnes de fioul lourd (stockage maximal de 1 350 tonnes), leur donnant une distance franchissable de 5 700 miles nautiques (10 600 km) à une vitesse de 19 nœuds (35 km/h). La direction était contrôlée par un seul gouvernail. Les navires avaient trois turbo-générateurs et deux générateurs diesel pour l'électricité ; ayant une puissance combinée de 540 kilowatts (720 ch) à 220 volts.

Dans les années 1930 les navires sont modifiés pour embarquer des hydravions à flotteurs de reconnaissance. Tous trois embarquaient une catapulte, placée entre la seconde cheminée et le poste de tir arrière. Les navires transportaient initialement deux hydravions Heinkel He 60, remplacés plus tard par deux avions flotteurs monoplan Arado Ar 196. La catapulte ne pouvait transporter qu'un seul avion à la fois ; le deuxième devait être démonté et stocké, les navires ne disposant pas de hangar. La catapulte est débarquée du Köln en 1942, de même que ses tubes lance-torpilles. En 1935-36 ils avaient tous les trois un mâts tripode, plus tard enlevé.

Initialement, son équipage comprenait 21 officiers et 493 marins, puis 23 officiers et 588 à 591 hommes, avant de passer à 820-850 officiers et hommes d'équipage pendant la Seconde Guerre mondiale.

Armement[modifier | modifier le code]

Plan d'une tourelle de 150 mm.

Les navires étaient armés de neuf canons de 150 mm SK C/25 montés en trois tourelles triples (une à l'avant et deux à l'arrière). Les deux tourelles superposées arrière étaient décalées par rapport à l'axe du pont. Ils reçurent 1 080 munitions, pour 120 obus par canon. À leur mise en service ils étaient équipés de deux canons antiaériens SK L / 45 de 88 mm sur une monture, d'une capacité de 400 coups. La classe portait également quatre supports de tubes lance-torpilles triples situés au milieu du navire, équipés de vingt-quatre torpilles de 500 mm, mais celles-ci furent remplacées par des modèles de 533 mm en 1940. Ils transportaient également 120 mines navales.

Les batteries antiaériennes des navires ont été révisées et améliorées tout au long de leur carrière. Les canons d'origines de 88 mm montés sont remplacés par des supports doubles pour les nouveaux canons de 88 mm SK C/32. Huit canons SK C / 30 de 37 mm sont installés au milieu des années 1930 et jusqu'à huit canons 20 mm (en) Flak seront également ajoutés.

Le Köln, unique navire de la classe à avoir survécu à la guerre, fut armé de huit canons de 37 mm et 18 de 20 mm, bien qu'il était prévu initialement de monter jusqu'à dix de 37 et vingt-quatre de 20 mm.

Blindage[modifier | modifier le code]

Les navires étaient protégés par un pont blindé d'une épaisseur de 40 mm au milieu du navire et de 20 mm de chaque côté. Ils avaient une ceinture blindée de 50 mm d'épaisseur, équipée de cloisons de 70 mm d'épaisseur à chaque extrémité. La protection sous-marine comprenait une cloison anti-torpilles de 15 mm et une cloison d'abordage de 20 mm. Le château avait des côtés de 100 mm et un toit de 30 mm. Les tourelles des canons avaient des faces de 30 mm, des toits de 20 mm et des barbettes d'une épaisseur de 30 mm.

Le Karlsruhe fut équipé d'une protection renforcée avec un placage extérieur de 10 à 14 mm composé du nouvel acier Wotan weich et d'un pont supérieur de 16 mm, également Wotan weich.

Navires de la classe[modifier | modifier le code]

Lancement du Köln le .
Nom Constructeur Pose de la quille Lancement Mise en service Fait
Königsberg Kriegsmarinewerft, Wilhelmshaven 12 avril 1926 26 mars 1927 17 avril 1929 Coulé par une attaque aérienne à Bergen le 10 avril 1940.
Karlsruhe Deutsche Werke, Kiel 27 juillet 1926 20 août 1927 6 novembre 1929 Sabordé après une attaque sous-marine le 9 avril 1940.
Köln Kriegsmarinewerft, Wilhelmshaven 7 août 1926 23 mai 1928 15 janvier 1930 Partiellement coulé par une attaque aérienne le 30 mars 1945.
Ferraillé à Wilhelmshaven en 1946.

Historique[modifier | modifier le code]

Les navires seront mis sur quille en 1926, lancés en 1927-28 et achevés pour essais en 1929-30. Ils participèrent à la croisière de la flotte Allemande en 1931, embarquant de nombreux cadets. Après de nombreuses croisières à l'étranger, ils participèrent aux patrouilles de non-intervention pendant la guerre civile espagnole en 1936-1939. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, les trois navires posèrent des champs de mines défensifs en mer du Nord. Ils participèrent à l'opération Weserübung (invasion de la Norvège) en avril 1940 ; le Königsberg fut gravement endommagé dans un fjord par des batteries côtières puis coulé le lendemain. Le Karlsruhe fut coulé par le sous-marin anglais HMS Truant ; seul le Köln survécut à l'opération.

Après son retour en Allemagne, le Köln participa à diverses opérations en Baltique jusqu'en 1942, reçut quelques modifications, puis resta à l'ancre en Norvège en attendant un éventuel raid vers les convois pour la Russie. En 1944 il devint navire d'entraînement pour les cadets en Baltique, servant d'escorteur pour les cargos de ravitaillement. En 1945 il subit une petite refonte à Wilhemshaven et fut bombardé à quai par la RAF, chavirant totalement, quille en l'air. En avril il fut rayé, mais retourné et utilisé comme batterie locale, avant d'être démoli en 1946.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gardiner, Robert et Chesneau, Roger, Conway's All the World's Fighting Ships, 1922–1946, Annapolis, MD, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-913-8)
  • Erich Gröner, German Warships: 1815–1945, Annapolis, MD, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-790-9)
  • Jürgen Rohwer, Chronology of the War at Sea 1939–1945: The Naval History of World War Two, Annapolis, Maryland, Third Revised, (ISBN 1-59114-119-2)
  • Gordon Williamson, German Light Cruisers 1939–1945, Oxford, UK, Osprey Publishing, (ISBN 1-84176-503-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]