Classe Iroquois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Iroquois
Image illustrative de l'article Classe Iroquois
NCSM Algonquin (DDH 283)

Type Destroyer
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Canada.svg Marine royale canadienne
Chantier naval Davies Shipbuilding Ltd, Québec
Marine Industries Limited, Sorel-Tracy
Lancement 29 juillet 1972
Statut En service
Équipage
Équipage (1985) : 22 officiers et 258 marins[1]


(2000) 314 officiers et hommes du bord

Caractéristiques techniques
Longueur 129,80 mètres
Maître-bau 15,20 mètres
Tirant d'eau 4,7 mètres
Déplacement 5 100 tonnes
Propulsion COGOG - 2 arbres
2 turbines à gaz Pratt & Whitney FT4-A2 (37 MW sur l'arbre)
2 turbines à gaz Allison 570-KF (5,6 MW sur l'arbre)
Puissance 50 000 + 20 000 shp
Vitesse 29 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement (1985)[1] : 2x4 systèmes RIM-7 Sea Sparrow (32 missiles)
1 canon OTO-Melara de 127 mm
2 x tubes lance-torpilles triple Mark 46 de 324 mm (torpilles Mark 46 Mod 5)
Mortier anti-sous-marins Mk 10 Limbo

(années 2000) 32 x VLS Mk 41 Standard SM-2MR Block IIIA
1 x Otobreda 76 mm
6x mitrailleuses de 12.7 mm
1 x Phalanx CIWS (Block 1)
2 x tubes lance-torpilles triple Mark 46 de 324 mm (torpilles Mark 46 Mod 5)

Rayon d'action 8 300 km à 20 nœuds
Aéronefs 2 hélicoptères CH-124 Sea King
Carrière
Port d'attache BFC Halifax
BFC Esquimalt

La classe Iroquois est une classe de quatre destroyers porte-hélicoptères des Forces canadiennes.

Historique[modifier | modifier le code]

Mise sur cale au cours de l’année 1969 et entrés en service entre 1972 et 1973, ils ont été initialement aménagés pour la lutte anti-sous-marine, mais une mise à niveau majeure dans les années 1990 nommé TRUMP (Tribal Update and Modernisation Project) a eu pour effet de les remanier profondément afin d'ajouter le rôle de défense aérienne rapprochée[1].

Il reste, en 2016, un navire en service sur les quatre construits, car le NCSM Huron a été mis hors-service et coulé dans un exercice de tir réel et deux autres ont été retirés en 2015, le dernier étant prévu pour l'être en 2017.

Les bâtiments de la classe Iroquois ont été les premiers navires militaires conçus pour employer exclusivement des turbines à gaz, deux turbines comme moteur de croisière, et deux autres turbines pour les départs rapides de type « Boost » pour des vitesses allant jusqu'à 29 nœuds (un tel arrangement est connu sous le nom de Combined gas or gas (en)). La conception a été très influente, et a eu un impact majeur sur la conception de destroyers de la marine américaine, la classe Spruance.

Navires[modifier | modifier le code]

Maquette du NCSM Iroquois avec les cheminées en Y inclinées en abord pour éviter que les gaz ne détériorent les aériens avant son importante transformation
Nom État
NCSM Iroquois (DDG 280) Hors-service
NCSM Huron (DDG 281) Hors-service
NCSM Athabaskan (DDG 282) En service
NCSM Algonquin (DDG 283) Hors-service
  • Le NCSM Huron (DDG 281) ( A été coulé le 14 mai 2007 à l'ouest de Vancouver, lors d'un exercice du Rimpac.)

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean Labayle-Couhat, Flottes de combat 1986, Édition maritimes & d'outre-mer, , 890 p. (ISBN 2-7373-2887-X), p. 177

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr) [1] La flotte canadienne
  • (en) [2] Film sur YouTube Le NCSM Algonquin (DDG 283) arrive à Pearl Harbor pour le RIMPAC en 2010
  • (en) [3] Film sur YouTube Exercise et le naufrage du NCSM Huron