Classe Iroquois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Iroquois
Image illustrative de l'article Classe Iroquois
NCSM Algonquin (DDH 283)
Type Destroyer
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Canada.svg Marine royale canadienne
Chantier naval Davies Shipbuilding Ltd, Québec
Marine Industries Limited, Sorel-Tracy
Lancement 29 juillet 1972
Statut Hors service
Équipage
Équipage (1985) : 22 officiers et 258 marins[1]


(2000) 314 officiers et hommes du bord

Caractéristiques techniques
Longueur 129,80 mètres
Maître-bau 15,20 mètres
Tirant d'eau 4,7 mètres
Déplacement 5 100 tonnes
Propulsion COGOG - 2 arbres
2 turbines à gaz Pratt & Whitney FT4-A2 (37 MW sur l'arbre)
2 turbines à gaz Allison 570-KF (5,6 MW sur l'arbre)
Puissance 50 000 + 20 000 shp
Vitesse 29 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement (1985)[1] : 2x4 systèmes RIM-7 Sea Sparrow (32 missiles)
1 canon OTO-Melara de 127 mm
2 x tubes lance-torpilles triple Mark 46 de 324 mm (torpilles Mark 46 Mod 5)
Mortier anti-sous-marins Mk 10 Limbo

(années 2000) 32 x VLS Mk 41 Standard SM-2MR Block IIIA
1 x Otobreda 76 mm
6x mitrailleuses de 12.7 mm
1 x Phalanx CIWS (Block 1)
2 x tubes lance-torpilles triple Mark 46 de 324 mm (torpilles Mark 46 Mod 5)

Rayon d'action 8 300 km à 20 nœuds
Aéronefs 2 hélicoptères CH-124 Sea King
Carrière
Port d'attache BFC Halifax
BFC Esquimalt

La classe Iroquois est une classe de quatre destroyers porte-hélicoptères des Forces canadiennes.

Historique[modifier | modifier le code]

Mise sur cale au cours de l’année 1969 et entrés en service entre 1972 et 1973, ils ont été initialement aménagés pour la lutte anti-sous-marine, mais une mise à niveau majeure dans les années 1990 nommé TRUMP (Tribal Update and Modernisation Project) a eu pour effet de les remanier profondément afin d'ajouter le rôle de défense aérienne rapprochée[1].

Il reste aucun navire en service sur les quatre construits. Le NCSM Huron a été mis hors-service et coulé dans un exercice de tir réel et deux autres ont été retirés en 2015. Le dernier, l'Athabaskan a été retiré du service le 10 mars 2017 à la base navale d'Halifax.

Les bâtiments de la classe Iroquois ont été les premiers navires militaires conçus pour employer exclusivement des turbines à gaz, deux turbines comme moteur de croisière, et deux autres turbines pour les départs rapides de type « Boost » pour des vitesses allant jusqu'à 29 nœuds (un tel arrangement est connu sous le nom de Combined gas or gas (en)). La conception a été très influente, et a eu un impact majeur sur la conception de destroyers de la marine américaine, la classe Spruance.

Navires[modifier | modifier le code]

Maquette du NCSM Iroquois avec les cheminées en Y inclinées en abord pour éviter que les gaz ne détériorent les aériens avant son importante transformation
Nom État
NCSM Iroquois (DDG 280) Hors-service
NCSM Huron (DDG 281) Hors-service
NCSM Athabaskan (DDG 282) Hors-service
NCSM Algonquin (DDG 283) Hors-service
  • Le NCSM Huron (DDG 281) ( A été coulé le 14 mai 2007 à l'ouest de Vancouver, lors d'un exercice du Rimpac.)

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean Labayle-Couhat, Flottes de combat 1986, Édition maritimes & d'outre-mer, , 890 p. (ISBN 2-7373-2887-X), p. 177

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr) [1] La flotte canadienne
  • (en) [2] Film sur YouTube Le NCSM Algonquin (DDG 283) arrive à Pearl Harbor pour le RIMPAC en 2010
  • (en) [3] Film sur YouTube Exercise et le naufrage du NCSM Huron