Classe Colbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colbert.
Classe Colbert
Image illustrative de l'article Classe Colbert
Le cuirassé Colbert
Caractéristiques techniques
Type cuirassé
Longueur 96,85 m
Maître-bau 17,45 m
Tirant d'eau 8,68 m
Déplacement environ 8 600 tonnes (standard)
Port en lourd 8 750 tonnes
Propulsion 2 machines à vapeur (8 chaudières)
Puissance 4.600 ch
Vitesse 14 nœuds maxi
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 203 mm
cloison = 105 mm
kiosque = 160 mm
Armement (8x1) x 275 mm
1 x 240 mm
8 x 140 mm
Aéronefs non
Rayon d’action miles à 10 nœuds (620 tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 774 hommes
Histoire
Constructeurs Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Période de service 1876-1910
Navires construits 2
Navires prévus 2
Navires démolis 2
Précédent Classe Océan Classe Dévastation Suivant

La classe Colbert est la deuxième classe de cuirassés à coque en fer de la marine française à être développée avec une batterie d'artillerie lourde installée au centre du navire, protégée par une succession de barbettes sur chaque flanc recevant une artillerie secondaire.

Conception[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La frégate cuirassée Colbert[1]a été mise en construction à Brest le 7 mai 1869. Lancée le 15 septembre 1875, elle y fut basée de 1876 à 1882.

Elle a participé à l'expédition de Tunisie en 1881 pour l'établissement du protectorat français de Tunisie. À partir de 1883, elle est basée à Toulon pour servir dans l'Escadre d'Évolution. En 1884-1885, elle fut commandée par Édouard Barrera. En 1895, elle est reconvertie en caserne-ponton. Sa coque est vendue en 1910 pour démolition.

  • La frégate cuirassée Trident [2] fut lancée à Toulon en 1876.

Retirée du service actif le 11 septembre 1900, elle est convertie en caserne dans un port du Levant. Elle y fut démolie en 1910.

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Lancement Armement Chantier naval Fin de carrière Photo
Colbert Arsenal
Brest
vendu en 1911 pour démolition Colbert-Bougault.jpg
Trident en 1876 Arsenal
Toulon
vendu en 1910 pour démolition

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. site netmarine : bâtiments ayant porté le nom de Colbert
  2. site netmarine : bâtiments ayant porté le nom de Trident

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France,‎ , 427 p. (ISBN 2-7373-1129-2)
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Colbert class ironclad » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]