Classe Abukuma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire image illustrant la mer image illustrant le Japon
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire, la mer et le Japon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Classe Abukuma
Image illustrative de l'article Classe Abukuma
Tone (DE-234), Sendai (DE-232) et Sasebo (DE-231)
Caractéristiques techniques
Type Destroyer d'escorte
Longueur 109 m
Maître-bau 13 m
Tirant d'eau 3,7 m
Déplacement 2 000 tonnes (standard)
Propulsion CODOG
• 2 turbines à gaz Kawasaki Heavy Industries/Rolls-Royce Marine Spey
• 2 turbines Diesel Mitsubishi S12U MTK
Puissance 32 650 ch
Vitesse 27 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement • 1 canon Otobreda 76 mm
• 1 Phalanx CIWS de 20 mm
• 8 missiles anti-navires AGM-84 Harpoon
• 1 système RUR-5 ASROC
• 2 × 3 tubes lance-torpilles Mk.32[1] de 324 mm
Autres caractéristiques
Équipage 120
Histoire
A servi dans Pavillon de la force maritime d'auto-défense Force maritime d'autodéfense japonaise
Commanditaire Force maritime d'autodéfense japonaise
Période de
construction
1988 - 1991
Période de service 1989 -
Navires construits 6
Navires prévus 11
Navires annulés 5
Navires en activité 6
Précédent Classe Yūbari

La classe Abukuma est une classe de destroyers d'escorte ou frégates de la Force maritime d'autodéfense japonaise construite à la fin des années 1980 et début 1990.

Service[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

La classe Abukuma est la dernière génération de destroyer d'escorte. Elle remplace la classe Yūbari qui a été mise hors service.

  • Introduction de la technologie furtive :

Cette classe est la première à utiliser la technologie furtive. Leur superstructure est composée des surfaces verticales traditionnelles, mais leurs coques sont inclinées pour réduire la lecture radar

  • Électronique de pointe :

Elle est équipée d'un système de traitement automatisé de données, le NTDS avec un équipement de brouillage BTA-3.

  • Systèmes d'armement automatisé :

Son système de lutte antiaérienne est contrôlé par un radar de recherche air OPS-14 et de surface OPS-28 et par un radar d'acquisition de cible activant un canon à tir rapide Otobreda 76 mm et un canon anti-missile Phalanx CIWS. Il est aussi doté d'un lanceur Mk-141 [2] pour 8 missiles AGM-84 Harpoon.
Son système de lutte anti-sous-marine est composée du lanceur octuple RUR-5 ASROC et de deux triples tubes lance-torpilles Mark 32 de 324 mm.

Il était prévu de la doter du Missile surface-air RIM-116 Rolling Airframe Missile.

Les bâtiments[modifier | modifier le code]

N° coque Nom Lancement Service effectif Chantier Port d'attache Photo
DE-229 JDS Abukuma Mitsui Shipyard
Tamano
Maizuru JDS Abukuma (DE-229) and Sawagiri (DD-157).jpg
DE-230 JDS Jintsū Maizuru Shipyard
Maizuru
Ōminato JS Jintsu DE-230 and Haruyuki, DD-128.jpg
DE-231 JDS Oyodo Mitsui Shipyard
Tamano
Sasebo
DE-232 JDS Sendai Sumitomo Shipyard
Uraga
Sasebo JS Sendai at Yokosuka, -11 Dec 2011 a.jpg
DE-233 JDS Chikuma Maizuru Shipyard
Maizuru
Ōminato
DE-234
JDS Tone Sumitomo Shipyard
Uraga
Sasebo

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]