Clarence White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.

Clarence White (né Clarence LeBlanc) () est un guitariste et chanteur de bluegrass et de country-rock des années 1960-1970, connu surtout pour ses qualités de guitariste flatpicking et pour sa participation au groupe The Byrds de 1968 à 1973.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Clarence White est né le à Lewiston dans l'État du Maine, de Parents d'origine franco-canadienne (des acadiens du New Brunswick de patronyme initial LeBlanc, americanisé en White) [1],[2]. Comme la plupart de ses nombreux frères et sœurs, son Père Eric LeBlanc, Sr., jouait de la musique (violon, la Guitare acoustique, le banjo et l'harmonica…). En 1954 ils déménagèrent à Burbabank en Californie.

Kentucky Colonels[modifier | modifier le code]

Clarence White commença a jouer en public avec ses frères Eric Jr et Roland White (en). Le groupe s'intitulait alors "The (3 Little) Country Boys". Ils se mirent à jouer du bluegrass à partir de 1956, Roland White (en) passant au banjo 5 cordes jusqu'à leur rencontre avec le banjoiste Billy Ray Latham. Fin 1961 Roger Bush remplace Eric White a la Basse et le groupe, rejoint par LeRoy Mac au Dobro et Bobby Sloane au violon, prend le nom de Kentucky Colonels. Il se produisent à partir de 1962 dans différents festivals et Clarence White commence à devenir un virtuose du Flat Picking, influencé en particulier par Doc Watson. Le groupe ne décolle vraiment qu'à partir de 1963, au retour de Roland White de l'armée. En 1964 ils enregistrent l'album Appalachian Swing[3] qui est devenu leur référence principale. Apres avoir enregistré un album en public au Newport Folk Festival, en Juillet 1964, (Long Journey Home), ils se séparent en octobre 1965.

The Byrds[modifier | modifier le code]

Apres la dissolution des Kentucky Colonels, Clarence White joua dans des sessions de studio et des clubs, en particulier en compagnie de Gene Parsons Debut 1968, ils rejoignirent tous deux le groupe Nashville West qui enregistra un disque pour Sierra Records. À l'automne 1968, Roger McGuinn l'invita a rejoindre les Byrds dans une orientation plutôt country-rock, suite au départ de Chris Hillman et Gram Parsons partis jouer du country-bluegrass avec The Flying Burrito Brothers.

Retour vers le bluegrass[modifier | modifier le code]

Après son départ des Byrds, Clarence White se joint au « supergroupe » de buegrass "progressif" : Muleskinner[4], avec Peter Rowan (en) (guitare, chant), David Grisman (Mandoline) Bill Keith[5] (Banjo) et Richard Greene (Violon). Le groupe enregistra un album et un Live enregistré lors d'une émission de télévision. Après une courte tournée, le groupe se sépara et Les Kentucky Colonels se reforment brièvement pour quelques concerts (The White Brothers Live in Sweeden, 1973) jusqu'à la mort de Clarence White, tué par un chauffeur Ivre en en Californie en juillet 1973.

Lutherie[modifier | modifier le code]

Avec son collègue Gene Parson, Clarence White a inventé un mécanisme le "B-Bender" qui permet de simuler le son d'une Pedal steel guitar sur une guitare électrique (qu'il adapta sur sa propre Telecaster).

Notoriété[modifier | modifier le code]

En 2003, Clarence White a été classé le 41eme des 100 plus grands guitarists de tous les temps par le magazine Rolling Stone. In 2010, le fabriquant de guitare Gibson le classa à la 42eme place des 50 meilleurs guitaristes de tous les temps[6]

Son style, original, a influencé de nombreux guitaristes de premier plan, que ce soit dans le domaine du bluegrass (Tony Rice,..) ou dans celui du Rock[7]

Discographie Bluegrass (hors Byrds et sessions)[modifier | modifier le code]

  • 1963 Kentucky Colonels New Sounds of Bluegrass America (1963, Briar International)
  • 1964 Kentucky Colonels Appalachian Swing! (World Pacific) reed. Kentucky Colonels (1973, Rounder R - Reissue 1997 Beat Goes On R-107281)
  • 1964 Kentucky ColonelsLong Journey Home (Recorded live at the Newport Folk Festival, Newport, Rhode Island, July 1964 ; Vanguard reissue CD 1991/95 (VCD-) 77004) Doc Watson joue en duo avec Clarence White sur les plages (10-14) et Bill Keith joue du banjo sur les plages (18-21).
  • 1973 Muleskinner, A Pot pourri of Bluegrass Jam, Warner Bros. records BS 2787 (feat. Peter Rowan (en), Bill Keith, David Grisman, Richard Greene)
  • 1973 Muleskinner Live: Original Television Soundtrack, released in 1998, Sierra MSI-11059[8]
  • 1973 The White Brothers Live in Sweden 1973(( (1973, Rounder )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Roland and Clarence White" et "Byrds" (p.71-72) in The Encyclopedia of Country Music, The Ultimate Guide to the Music, ed. by The Country Music Foundation and Paul Kinsbury, Oxford University Press, 1998.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Britannica Encyclopedia Online: Clarence White, American musician.
  2. [2] Clarence White Chronicles: The Online Newsletter of A Guitar Virtuoso. April 9, 1997 (Number 7). Edited by Etsuo Eito.
  3. réédité sous le titre Kentucky Colonels featuring Clearence White, apres sa mort en 1973
  4. « Muleskinner Band: article Wikipedia(en) » (consulté le 12 fevrier 2012)
  5. L'ouvrage de Eric Von Schmidt (en), Jim Rooney (1979) décrit la première rencontre entre Bill Keith et le futur guitariste des Byrds qui remonte à la fin de 1963, alors que Bill jouait encore avec Bill Monroe. Clarence White et Bill Keith journèrent alors ensemble quelque jours dans la maison de Tracy Swartz dans le New Jersey.
  6. http://www.gibson.com/en-us/Lifestyle/Features/Top-50-Guitarists-524/ | Gibson.com Top 50 Guitarists of All Time – 50 to 41
  7. Par exemple, il est cité par Jimmy Page, guitariste de Led Zeppelin, comme un des guitaristes qui ont fait la plus grande impression sur lui.
  8. « Muleskinner Live: Original TV Soundtrack, Wikipedia(en) » (consulté en 02/12/2012)