Clare (Nouvelle-Écosse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clare
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de la Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse
Subdivision régionale Digby
Statut municipal Municipalité de district
Maire Ronnie LeBlanc[1]
Démographie
Population 8 813 hab. (2006)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ nord, 66° 07′ ouest
Superficie 85 282 ha = 852,82 km2
Divers
Langue(s) Français, importante minorité anglaise
Fuseau horaire -4
Indicatif +1-902
Code géographique [1]
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Écosse
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Écosse
City locator 14.svg
Clare
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Écosse
Voir sur la carte topographique de Nouvelle-Écosse
City locator 14.svg
Clare
Liens
Site web http://www.clarenovascotia.com/

Clare, communément appelée la Baie-Sainte-Marie, est une municipalité de district du comté de Digby, au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, au Canada.

Géographie[modifier | modifier le code]

Clare est situé à 260 kilomètres de route à l'ouest d'Halifax, au bord de la baie Sainte-Marie. La municipalité a une superficie de 852,82 km2.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les principaux cours d'eau se déversant dans la baie Sainte-Marie sont, du nord au sud, la rivière Sissibou, la rivière Belliveau, la rivière Meteghan et la rivière au Saumon. D'autres cours d'eau dont l'embouchure se trouve plus au sud, dans l'océan Atlantique, coulent aussi dans l'est du territoire. Les principaux sont, d'ouest en est, la rivière Carleton, la rivière Caribou et la rivière Tousquet.

Le territoire compte de nombreux lacs importants.

Climat[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

La municipalité de Clare est composée de plusieurs villages. Du nord-est au sud-ouest, en longeant la côte : St-Bernard, L'Anse-des-Belliveau, Grosses Coques, Pointe-de-l'Église, Petit-Ruisseau, Comeauville, Saulnierville, Meteghan River, Meteghan, L'Anse-à-l'ours, Saint-Alphonse et Mavillette.

Histoire[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Il y avait 8 813 habitants en 2006, comparativement à 9 067 en 1996, soit une baisse de 2,8 % en dix ans. L'âge médian est de 46,0 ans, comparativement à 41,8 pour la province. 88,6 % de la population est âgée de plus de 15 ans, comparativement à 84,0 % pour la province[2].

Le français est la langue maternelle de 65,8 % des habitants, 31,7 % sont anglophones, 1,5 % sont bilingues et 1,0 % sont allophones. 74,9 % de la population sait communiquer dans les deux langues officielles, 2,8 % sont unilingues francophones et 22,3 % sont unilingues anglophones. Le français est parlé à la maison par 62,8 % des gens, l'anglais par 35,7 %, les deux langues par 1,2 %, le français et une langue non officielle par 0,1 % et une langue non officielle par 0,3 % de la population[3]. Le français est la langue de travail de 46,3 % des employés, l'anglais de 47,5 %, les deux langues de 10,0 % et 0,2 % utilisent une langue non officielle[4].

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
9 6549 2989 0678 8138 3198 018
Sources : Statistiques Canada 2006[5]
Statistiques Canada 2016[6]

Administration[modifier | modifier le code]

Ronnie Leblanc est préfet de Clare depuis [7].

Liste des préfets successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Jean Melanson    
         
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Le port de Methegan.

Chez les habitants âgés de plus de 15 ans, le taux d'activité est de 59,5 %, le taux d'emploi est de 51,7 % et le taux de chômage est de 12,9 %. À titre de comparaison, ceux de la province sont respectivement de 62,9 %, 57,2 % et 9,1 %[8].

Parmi ces emplois, on en dénombre 17,6 % dans l'agriculture (5,8 % au provincial), 7,7 % dans la construction (6,4 % au provincial), 15,4 % dans la fabrication (8,9 % au provincial), 2,9 % dans le commerce de gros (3,5 % au provincial), 12,6 % dans le commerce au détail (12,5 % au provincial), 2,8 % dans les finances et l'immobilier (4,6 % au provincial), 10,9 % dans la santé et les services sociaux (11,7 % au provincial), 10,5 % dans l'enseignement (7,4 % au provincial), 7,5 % dans les services de commerce (12,3 % au provincial) et 11,9 % dans les autres services (21,9 % au provincial)[8].

Vivre à Clare[modifier | modifier le code]

Le pavillon principal de l'université Sainte-Anne.
L'église Saint-Bernard.

Éducation[modifier | modifier le code]

Le campus principal de l'Université Sainte-Anne se trouve à la Pointe-de-l'Église.

Médias[modifier | modifier le code]

Le Courrier de la Nouvelle-Écosse, le principal journal acadien de la province, est publié de façon hebdomadaire à La Butte. D'autres journaux ont été publiés à Clare au cours de l'histoire, tels que L'Écho en 1884, L'Acadie libérale entre 1890 et 1893 puis L'Acadie entre 1900 et 1904. L'Évangéline fut fondé en 1887 à Digby mais ses locaux déplacés à Weymouth en 1899, avant d'être déplacé à nouveau à Moncton, au Nouveau-Brunswick, en 1905. Du côté anglophone, il y a eu le Sissiboo Echo et le Weymouth Free Press.

CIFA FM, la radio communautaire de l'endroit, est la seule station locale de langue française dans la région du sud-ouest.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Warden Ronnie LeBlanc bio », Municipality of the District of Clare (consulté le 21 juillet 2020)
  2. Recensement Statistique Canada 2006: Population
  3. Recensement Statistique Canada 2006: Langue
  4. Recensement Statistique Canada 2006 : Langue de travail
  5. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Clare » (consulté le 22 mars 2020)
  6. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Clare » (consulté le 23 février 2020)
  7. Radio-Canada : Ronnie Leblanc, nouveau préfet de Clare
  8. a et b Recensement Statistique Canada 2006: Travail

Liens externes[modifier | modifier le code]