Clara Lemlich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les femmes ou le féminisme
Cet article est une ébauche concernant les femmes ou le féminisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Clara Lemlich
Clara Lemlich 1910.jpg

Clara Lemlich, 1910

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
Nationalité
Activité
Enfant
Irving Charles Velson (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Clara Lemlich Shavelson (28 mars 1886 à Horodok dans l'Empire russe – 25 juillet 1982) était une syndicaliste américaine. Elle mena le soulèvement des 20 000 (en) une grève des ouvrières du secteur de la confection à New York en 1909. Indésirable dans l'industrie du fait de son engagement syndical, elle s'engagea en faveur du droit de vote des femmes, au sein d'associations de consommatrices conçues comme des syndicats de femmes au foyer et devint membre du Parti Communiste américain.

Origines[modifier | modifier le code]

Clara est née dans un Shtetl d'une famille juive très pratiquante. Dans le village, on parle yiddish, langue juive locale ; Clara apprend à lire le russe, malgré l'opposition de son père, ce qui la rend utile à ses voisins et à sa famille et lui permet de gagner de l'argent comme scribe pour lire et écrire le courrier[1]. Elle constitue une bibliothèque en russe en cachette, mais son père la découvre et brûle les livres[1]. Ses parents émigrent à New-York en 1903. Clara a 16 ans.

Emigration à New-York[modifier | modifier le code]

Ne parlant pas anglais, ils travaillent dans l'industrie textile tenue par les juifs immigrés de New-York. Clara vit chez ses parents. Elle crée un groupe d'études avec les autres femmes de son atelier, qui devient un syndicat. A New-York, les syndicats sont déjà développés et puissants. Mais, ils représentent les métiers qualifiés de l'industrie, pas les petites mains, et ils sont masculins. La main-d'œuvre non qualifiée dans l'industrie textile est féminine, et dans les années 90 l'immigration juive russe est importante. Clara fait ainsi la rencontre du socialisme pour la première fois.

Syndicalisme[modifier | modifier le code]

Le monde du travail était très peu réglementé : les filles travaillaient 70 heures par semaine pour une misère (3$ par semaine)[2] et subissaient brimades et vexations de chefs et vigiles tous masculins. Les filles se relaient souvent dans la rue en-dehors des ateliers arborant des pancartes en anglais et en yiddish stipulant qu'elles sont en grève. Cela leur vaut des bastonnades. Clara est ainsi renvoyée de deux ateliers. En 1909, elle est tabassée et a deux côtes cassées ; dans un état pitoyable, elle se rend à l'assemblée générale du syndicat Cooper Union, où seuls des hommes s'expriment. Clara avec l'aide de la foule réussit à prendre la parole. Elle ne parle pas encore anglais, elle s'exprime en yiddish, comme 85% sont juifs dans l'assemblée cela ne pose pas problème, puis elle propose la grève générale, selon la formule juive consacrée : "si je trahis la cause que je défends ici, que ma main se détache du bras que je lève"[3],[2]. Elle est soutenue par les autres syndicalistes femmes de New-York, l'irlandaise "Mother Joyce", la juive Emma Goldman. Pour financer la grève, les femmes se rendent dans les unions de femmes, réunissant les femmes de la haute-société new-yorkaise, collectant des fonds ; elles vendent aussi le New-York Call, journal syndicaliste (édité en anglais, italien et yiddish). Cette grève massive aboutit à la reconnaissance légale de toutes les cellules syndicales qui étaient jusque-là clandestines. D'autres femmes juives se sont illustrées pendant la grève : Pauline Newman, Rose Schneiderman, Fannia Cohen[3]. Mais son implication a un coût : Clara est blacklisté et ne trouve plus de travail dans l'industrie textile de New-York[4]. En mars 1911, un incendie tua 146 ouvrières textiles, parmi lesquelles une cousine de Clara.

Vie post-syndicale[modifier | modifier le code]

Clara se rapproche alors des suffragettes américaines, et du Parti socialiste américain. En 1913 elle se marie à un imprimeur syndicaliste juif Joe Shavelson, et entre dans un nouveau combat pour le droit des consommateurs. En 1926, elle rejoint le Parti Communiste américain[4]. Pendant la Deuxième guerre mondiale, elle soutient l'engagement des USA contre le fascisme, et lutte aussi contre l'armée nucléaire[4]. Après la guerre elle fait un voyage à Moscou avec d'autres militants. À l'époque du Maccarthysme, la famille est blacklistée et doit fuir sur la côte ouest, à Los Angeles pour trouver du travail. C'est là qu'elle finit sa vie, dans une maison de retraite juive le 12 juillet 1982[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Clara Lemlich Shavelson | Jewish Women's Archive », sur jwa.org (consulté le 25 février 2016)
  2. a, b et c « WGBH American Experience . Triangle Fire | PBS », sur American Experience (consulté le 25 février 2016)
  3. a et b The Encyclopedia of Strikes in American History, p.344
  4. a, b et c « Clara Lemlich Shavelson | Jewish Women's Archive », sur jwa.org (consulté le 25 février 2016)