Clan des Casalesi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Clan des Casalesi est une structure particulière au sein de la Camorra (mafia napolitaine). Le clan est constitué par le regroupement de 7 familles dont l'organisation est similaire à celle de la Cosa Nostra sicilienne. C'est l'un des clans mafieux le plus puissant d'Italie[1],[2]. Selon le parquet anti-mafia de Naples, le chiffre d'affaires annuel du clan serait de 30 milliards de dollars. Il contrôle la province de Caserte à partir de son fief de Casal di Principe, et serait responsable de 686 meurtres entre 1985 et 2004. Le clan est parmi les organisations criminelles les plus puissantes et influentes dans le monde avec environ 150 à 160 dirigeants et 8 000 à 9 000 membres[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La naissance des Casalesi daterait du 8 décembre 1978, jour pendant lequel les petits clans agricoles regroupés autour du chef historique Antonio Bardellino décident de dépasser l'activité de racket et des appels d'offres de se lancer dans le trafic de drogue. Ils signent alors un pacte et forment le cartel des Casalesi réunissant toutes les familles camorristes de la province de Caserte, située dans l'arrière-pays napolitain[3]. Ils s'attaquent notamment au pouvoir de Raffaele Cutolo, le grand parrain de Naples et grâce à des séries de meurtres s'imposent dans la région[3].

Depuis les années 1980, le clan des Casalesi est en compétition avec les Nigérians, présents dans la région de Naples. Ceux-ci organisent l'immigration clandestine des Africains afin de transporter de la drogue et participent au contrôle du marché de la prostitution[4].

En 1998, Francesco Schiavone, considéré comme le numéro un du clan mafieux, est arrêté par la police[5]. Quatre de ses cinq fils se trouvent également en prison[6]. En 2008, lors du procès baptisé Spartacus, il est condamné ainsi que son bras droit Francesco Bidognetti, spécialisé dans le racket du ciment et le business des déchets, à la prison à vie.[3].

En 2011, Michele Zagaria, le chef de son principal clan est arrêté par la police. L'opération de la police conduit à l'arrestation d'une cinquantaine de personnes appartenant ou liées à deux familles du clan. Le clan Zagaria s'était notamment spécialisé dans les extorsions et dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, ses entreprises gagnant des marchés dans toute l'Italie[7].

En 2014, un des quatre chefs du clan Casalesi, Antonio Iovine, condamné à la prison à vie, décide de collaborer avec des enquêteurs à Naples[8],

Parmi les activités principales des Casalesi se trouvent le racket de travaux publics, la drogue, le contrôle des places de vente de stupéfiants et l'enterrement de tonnes de déchets hautement toxiques dans la région de Naples[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Tom Kington, « Mafia bosses held meetings in police station », sur the Guardian, (consulté le 9 août 2017).
  2. Italie: arrestation de trois femmes liées à la mafia, bfmtv.com, 2 février 2017
  3. a b et c Eric Jozsef, La chute de l'empire des Casalesi, liberation.fr, 20 juin 2008
  4. La mafia napolitaine fait un exemple avec l'assassinat de 6 africains, mediapart.fr, 8 octobre 2008
  5. L´extraordinaire planque du parrain de la Camorra, leparisien.fr, 13 juillet 1998
  6. Le "régent" du puissant clan mafieux des Casalesi arrêté, lemonde.fr, 21 janvier 2013
  7. Italie : le clan des Casalesi décapité après l'arrestation de son chef, 20minutes.fr, 7 décembre 2011
  8. (en) Camorra mafia 'super boss' Antonio Iovine turns state witness, theguardian.com, 22 mai 2014
  9. Mafia: arrestation de trois femmes tirant les ficelles d'un clan de la Camorra, rtbf.be, 2 février 2017