Claire Varin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claire Varin
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Autres informations
Genres artistiques
Essai, roman, récit (d), nouvelleVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction

Claire Varin est une écrivaine québécoise née à Montréal en 1954. Elle détient un doctorat en lettres de l'Université de Montréal et a aussi étudié le journalisme[1]. Elle a soutenu une thèse de doctorat sur Clarice Lispector[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de ses recherches sur Clarice Lispector, Claire Varin est amenée à voyager au Brésil où elle retournera à de multiples reprises. Lors de ces voyages, elle parfait ses connaissances de la culture brésilienne et de la langue portugaise[1].

Elle a notamment travaillé à titre de consultante et interprète de portugais pour Radio-Canada et les ministères québécois de la Justice et des Affaires sociales[1].

Elle a également collaboré à diverses émissions de Radio-Canada. Elle a aussi enseigné la littérature à l'Université de Montréal[1].

En 2002, elle obtient un Prix de la Société des écrivains canadiens (section Montréal) pour Désert désir ainsi qu'un prix du Conseil des arts et des lettres du Québec pour Laval[3].

Présidente et fondatrice de la Fondation lavalloise des lettres (2004), elle a dirigé la Société littéraire de Laval de 2002 à 2007. D'ailleurs, pour la remercier de son engagement à titre de présidente de la Fondation, elle est nommée en 2008, 9e membre d'honneur de la Société littéraire de Laval[4].

Elle sera directrice de la revue Brèves littéraires (2003-2006) et membre de la Commission consultative des arts de Laval (2002-2006)[5].

Après avoir dépoussiéré les archives de son père Roger Varin (1917-2007), animateur et artisan de théâtre, cofondateur des Compagnons de Saint-Laurent, elle a publié en 2012 un livre inspiré par les sources socioculturelles de la Révolution tranquille, Un prince incognito. Roger Varin[6]. Dans ce texte, elle fait état des multiples correspondances qu'entretenait son père avec des personnalités marquantes comme Gérard Pelletier, Pierre Elliott Trudeau, Pauline Julien, Jean-Louis Roux, Marcel Sabourin, Kim Yaroschevskaya, Paul-Émile Léger, Félix Leclerc, André Laurendeau, Lionel Groulx, et plusieurs autres[6].

En 2014, Claire Varin est invitée à représenter le Canada à la 60e Foire du livre de Porto Alegre, le plus gros salon du livre extérieur au monde, lors d'un énième séjour au Brésil. « Le moment fort aura été sa présence dans une école secondaire le jour du Souvenir, le 11 novembre, où elle s'est adressée en portugais à une centaine d'étudiants curieux d'en apprendre plus sur le Canada et sa culture[7]. »

En 2018, elle a fait paraître l'essai Animalis qui expose la complexité de nos rapports aux mammifères non humains. Le livre met en scène un personnage d’amoureuse des animaux, qui pour observer la vie sauvage entreprend une tournée de parcs animaliers et de réserves écologiques. Elle séjourne au Parc national de la Mauricie (Québec) et au Parc national de Banff (Alberta), inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Éprise de beauté, la narratrice est tout de même forcée d’ouvrir les yeux sur la laideur et la cruauté exercée à l’endroit des animaux (d’élevage, de laboratoire, de cirque, etc.), relayée de nos jours par Internet[8].

Extrait de la présentation de l'auteur et éditeur Yvon Rivard lors du lancement d'Animalis en à la Maison des écrivains à Montréal : « J’ai aimé la prose pure, transparente d'Animalis. J’ai dit sur la quatrième de couverture que c’était la prose de quelqu’un qui avait "le grand regard animal" dont parle Rilke, écrivain qui était très proche des animaux dont il disait qu'ils nous apprennent à voir, à vivre et à mourir parce qu’ils ont, comme les enfants, le regard tourné vers l’ouvert, cet espace qui apparait lorsqu'il n'y a plus de frontières entre l’intérieur et l’extérieur, entre le lointain et le proche, espace ouvert qu’il a appelé aussi "l’espace intérieur du monde"[9]. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Recueil d'entretiens et autres documents[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Récits[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Le carnaval des fêtes, nouvelles, Laval, Édition Trois, coll. «Topaze», 2003, 155 p. (ISBN 2-89516-049-X)

Direction de collectifs[modifier | modifier le code]

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

2002 : Prix du roman de la Société des écrivains canadiens (pour son roman Désert désir)[10]

2002 : Prix à la création artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec[3]

2006 : Prix coup de cœur du jury du Conseil de la culture de Laval (pour les deux collectifs Un île en mots et La route de l'art public)[11]

2008 : Intronisation comme 9e membre d'honneur de la Société littéraire de Laval[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « VarinClaire », sur ATTLC • LTAC (consulté le )
  2. « Recherche - L'Île », sur www.litterature.org (consulté le )
  3. a et b « Prix à la création artistique, littérature et conte » [Liste des récipiendaires], sur Conseil des arts et lettre du Québec, (consulté le )
  4. a et b « Claire Varin. 9e membre d'honneur de la Société littéraire de Laval », Brèves littéraires,‎ , p. 109-109. (lire en ligne)
  5. « Claire Varin : écrire pour se découvrir | Magazine », sur signelaval.com (consulté le )
  6. a et b Benoit Leblanc, « Claire Varin rend hommage à un bâtisseur du Québec moderne : son père », Courrier Laval,‎ , p. 27 (lire en ligne)
  7. Benoit Leblanc, « Passage remarqué au Brésil », Courrier Laval,‎ , p. 12
  8. Yan Hamel, « Animalis de Claire Varin », Spirale,‎ , p. 68-69 (lire en ligne)
  9. « Présentation par Yvon Rivard du livre Animalis de Claire Varin »
  10. « Prix et distinctions », Lettres québécoises,‎ , p. 63 (lire en ligne)
  11. « VarinClaire », sur ATTLC • LTAC (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • (en) Lúcia Peixoto Cherem: As duas Clarices entre a Europa e a América. Leitura e tradução da obra de Clarice Lispector na França e no Quebec. Editora UFPR, Curitiba, 2013.
  • (en)Otto Lara Resende: Bom dia para nascer. Rio de Janeiro, Companhia Das Letras, 2011.
  • (en)Luciano Rodrigues Lima: CANADARTXVI, revista do Núcleo de Estudos Canadenses da Universidade do estado da Bahia, V.16, janv./déc. Salvador, UNEB, 2009.
  • (en) José Castello: Inventário das sombras. Rio de Janeiro, Editora Record, 1999.
  • (en) Marta Peixoto: Passionate Fictions: Gender, Narrative, and Violence in Clarice Lispector. Série: Minnesota Archive Editions. Université du Minnesota Presses, 1994.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]