Claire Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claire Martin
Description de cette image, également commentée ci-après
Claire Montreuil (Martin), alors annonceure
à la radio de Radio-Canada, en studio à Montréal en 1945.
Nom de naissance Claire Montreuil
Naissance
Québec, Canada
Décès (à 100 ans)
Québec, Canada
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Doux-amer (1960)
  • Dans un gant de fer (1965-1966)

Claire Martin, née Claire Montreuil le à Québec[1] et morte le [2],[3] à Québec[4], est une femme de lettres québécoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'Alice Martin et de Joseph Ovila Montreuil[4], ingénieur, Claire Montreuil étudie au couvent des Ursulines de Québec, puis chez les religieuses de la Congrégation Notre-Dame. Connue sous le nom de Claire Martin, elle fait carrière à la radio de CBV et de CKCV dans les années 1940. En 1945, elle épouse Roland Faucher, chimiste. — À l'époque, toute femme doit quitter son emploi dès son mariage. Ils n'auront pas eu de postérité[4]. De 1945 à 1972, ils vivent à Ottawa. De 1972 à 1982, ils séjournent en France, principalement à Cabris en Provence, et reviennent au Québec en 1982[5],[6]. Durant cette période, elle s'adonne à la traduction littéraire.

Son premier recueil de nouvelles, Avec ou sans amour, remporte le Prix du Cercle du livre de France en 1958. Deux des nouvelles de ce recueil, « La portion congrue » et « Confession » font l'objet d'une demande de censure de la part d'un juré, Paul Gay, du Prix du Cercle du livre de France[7]. Deux ans plus tard, son premier roman, Doux-amer, est inscrit sur la liste des finalistes au Prix Fémina[8].

Dans un gant de fer : La Joue gauche (1re partie, 1965); La Joue droite (2e partie, 1966), autobiographie en deux volumes de ses années d'enfance et de jeunesse auprès d'un père violent et dominateur présente la condition des enfants battus dans le silence du Québec catholique de l'entre-deux-guerres. Reprise, en 2005, dans la collection de la Bibliothèque du Nouveau Monde, cette œuvre vaut à son auteur, au moment de sa parution, trois prix littéraires : le Prix de la Province de Québec, le Prix Jean-Hamelin et le Prix du Gouverneur général du Canada.

Claire Martin publie ensuite quelques textes, puis se tait entre 1973 et 1999. Cette année-là paraît Toute la vie, un recueil de brèves nouvelles qui font écho à celles d'Avec ou sans amour. En 2000, le roman L'Amour impuni aborde l'homosexualité.

Après un recueil de courts essais, intitulé À tout propos, en 2006, elle publie en 2008, Le Feu purificateur, à l'âge de 94 ans. Dans la nouvelle éponyme de ce recueil de trois textes, conçu dans l'esprit des Trois contes de Gustave Flaubert, l'auteure évoque à nouveau l'univers de Dans un gant de fer. Ce dernier titre paru, marque ainsi une très longue carrière littéraire s'étendant sur exactement un demi-siècle.

Elle meurt centenaire en . En 2017, la ville de Québec honore sa mémoire en rebaptisant sa bibliothèque St-Jean-Baptiste, qui devient la bibliothèque Claire-Martin.

Les thématiques abordées par l'autrice sont notamment l'amour extraconjugal, la représentation des hommes et le rôle du père. Son écriture accorde de l'importance à l'individualité ainsi qu'aux relations familiales et sociétales.[9]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Doux-amer, Montréal, Cercle du livre de France, 1960 ; Paris, Robert Laffont, coll. « Les jeunes romanciers canadiens », 1960 ; réédition, Montréal : Cercle du livre de France, coll. « CLF Poche » no 3, 1967 (ISBN 978-0-7753-0076-5) ; réédition, Montréal, Bibliothèque québécoise, 1999 (ISBN 2-8940-6156-0 et 978-2-8940-6156-5)
  • Quand j'aurai payé ton visage, Montréal : Cercle du livre de France, 1962 ; Paris, Robert Laffont, coll. « Les jeunes romanciers canadiens », 1962 ; réédition, Montréal, Cercle du livre de France, 1981
  • Les Morts, Montréal, Cercle du livre de France, 1970
  • L'Amour impuni, Québec, L'Instant même, 2000 (ISBN 2-8950-2134-1 et 978-2-8950-2134-6)
  • La Brigande, Québec, L'Instant même, 2001 (ISBN 2-8950-2166-X et 978-2-8950-2166-7)
  • Il s'appelait Thomas, Québec, L'Instant même, 2003 (ISBN 2-8950-2184-8 et 978-2-8950-2184-1)
  • L'inconnu parle encore, Québec, L'Instant même, 2004 (ISBN 2-8950-2197-X et 978-2-8950-2197-1)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Moi, je n'étais qu'espoir, Montréal, Cercle du livre de France, 1972 — Pièce en deux actes... tirée de son roman Les Morts, créée au Théâtre du Nouveau Monde en 1972[10]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Avec ou sans amour, Montréal, Cercle du livre de France, 1958 ; Paris, Robert Laffont, 1959 — Prix du Cercle du livre de France ; réédition, Montréal, Éditions du Renouveau pédagogique, coll. « Lecture Québec », présentation et annotation de Robert Vigneault, 1969 ; réédition, Montréal, Cercle du livre de France, coll. « CLF Poche canadien » no 27, 1970 ; réédition, Hull, Éditions E.L.V.O., Large vision, 1985 (ISBN 2-8924-0024-4) (vol. 1) ; (ISBN 2-8924-0032-5) (vol. 2)
    • (en) Love Me, Love Me Not, trad. de Avec ou sans amour par David Lobdell, Ottawa, Oberon Press, 1987 (ISBN 0-8875-0685-2 et 0-8875-0686-0)
    • (de) extrait: Geständnis, (Confession), trad. Walter Riedel, en Kanadische Erzähler der Gegenwart. Manesse Bibliothek der Weltliteratur, Zurich 1967, de nouv. 1986, pp 207 - 219[11]
    • (de) extrait: Als ich eine spanische Wand war, (Quand j'étais paravent), ibidem pp 199 - 206[12]
  • Toute la vie, Québec, L'Instant même, 1999 (ISBN 2-8950-2123-6 et 978-2-8950-2123-0)
  • Le Feu purificateur, Québec, L'Instant même, 2008 (ISBN 978-2-8950-2267-1)

Récits autobiographiques[modifier | modifier le code]

  • Dans un gant de fer : La Joue gauche, (1er tome de Dans un gant de fer), Montréal, Cercle du livre de France, 1965 — prix de la Province de Québec ; réédition, sous le titre Dans un gant de fer, vol. 1 - La Joue gauche, Montréal, Bibliothèque québécoise, 1999 (ISBN 2-8940-6158-7 et 978-2-8940-6158-9)
    • (en) trad. de Philip Stratford, In an Iron Glove : an Autobiography, Montréal, Harvest House, coll. « The French Writers of Canada Series », 1975 (ISBN 0-8877-2162-1)
  • Dans un gant de fer : La Joue droite, (2e tome de Dans un gant de fer), Montréal, Cercle du livre de France, 1966 — prix France-Québec et Prix du Gouverneur général 1966 ; réédition sous le titre Dans un gant de fer, vol. 2 - La Joue droite, Montréal, Bibliothèque québécoise, 2000 (ISBN 978-2-8940-6159-6)
    • (en) trad. de Philip Stratford, The Right Cheek : an autobiography (Montréal : Harvest House, coll. « The French writers of Canada series », 1975) (ISBN 0-8877-2163-X)
    • Dans un gant de fer, édition critique, un seul volume, Montrlal, Les Presses de l'Université de Montréal, coll. « Bibliothèque du Nouveau Monde », 2005, 661 p. (ISBN 2-7606-1979-6)

Autres publications[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Quand je serai vieille, je rangerai mon stylo (2009) — Claire Martin se raconte à la caméra des réalisateurs Jean-Pierre Dussault et Jean Fontaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Archives littéraires : un guide des fonds littéraires- Bibliothèque et Archives Canada », sur collectionscanada.ca (consulté le 11 septembre 2020).
  2. « La doyenne des lettres québécoises Claire Martin s’est éteinte », sur Radio-Canada, le 18 juin 2014.
  3. « L'écrivaine Claire Martin s'éteint à l'âge de 100 ans », sur Le Soleil (Québec), le 18 juin 2014 et reprise d'un article du 26 mars 2014.
  4. a b et c http://necrologie.lapresse.ca/resultatrecherche.php?nodef=3534258
  5. http://www.litterature.org/recherche/ecrivains/martin-claire-331/
  6. http://www.instantmeme.com/ebi-addins/im/ViewAuthor.aspx?id=385
  7. Patricia Smart, Landry, Kenneth, 1945- et Lever, Yves, 1942-, Dictionnaire de la censure au Québec : littérature et cinéma, Fides, (ISBN 2-7621-2636-3 et 978-2-7621-2636-5, OCLC 63468049, lire en ligne), p. 60-61
  8. PC, « Décès de l’écrivaine et annonceure Claire Martin à l’âge de 100 ans », sur Le Devoir, le 19 juin 2014.
  9. (en) Nicole Bourbonnais, « Martin, Claire », dans The Oxford Companion to Canadian Literature, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-541167-6, DOI 10.1093/acref/9780195411676.001.0001/acref-9780195411676-e-1018, lire en ligne)
  10. Claire Martin sur L'Encyclopédie canadienne
  11. Un homme paresseux tue sa femme qui veut le faire travailler.
  12. Une femme soupçonne son amie de vouloir lui voler son mari.
  13. « Lefa Électrique / (450) 231-3061 / Vos électriciens de confiance à Laval », sur Lefa Électrique / (450) 231-3061 / Vos électriciens de confiance à Laval (consulté le 11 septembre 2020).
  14. a b c d et e « Martin, Claire (fonds, P16) », sur Centre for Research on French Canadian Culture (consulté le 24 mars 2021)
  15. http://www.ordre-national.gouv.qc.ca/membres/membre.asp?id=1435
  16. http://www.consulfrance-quebec.org/Remise-des-insignes-d-officier-des

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :