Claire Hédon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Claire Hédon, née le à Paris, est une journaliste française. Présidente du mouvement ATD Quart monde de 2015 à 2020, elle est nommée Défenseure des droits en 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Claire Hédon est née le à Paris. Titulaire d'une maîtrise de droit de l'université Panthéon-Assas, elle est également diplômée d'un master en communication du CELSA[1].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

À la fin de ses études en 1987, elle fait ses premiers pas à la radio sur France Bleu puis avec Vicky Sommet dans l'émission de RFI Les Unes et les autres[2]. Elle réalise ensuite des reportages pour France Inter[1].

D' à , elle anime Priorité santé chaque matin sur RFI[3], où elle est responsable des magazines[4].

Lors d'un reportage en Thaïlande, elle découvre le mouvement ATD Quart monde, dans une bibliothèque de Bangkok. Elle rejoint le mouvement en 1993 comme bénévole et participe notamment aux Universités populaires Quart Monde[5], lieux de partage de savoirs et d'expérience associant des personnes en situation de très grande pauvreté[6]. En 2005, elle intègre le conseil d'administration de l'organisation, avant d'en devenir vice-présidente en 2011[7] puis présidente en 2015[5].

En 2017, elle est nommée membre du Comité consultatif national d'éthique[8].

Le , elle succède à Jacques Toubon au poste de Défenseure des droits[9],[10],[11].

Prise de position[modifier | modifier le code]

Dès le début de son mandat de Défenseure, Claire Hédon s'engage publiquement contre certaines dispositions de la proposition de loi relative à la sécurité globale[12],[13],[14].

Controverses[modifier | modifier le code]

Le , lors d'un entretien accordé à Franceinfo à l'occasion du lancement de la plateforme anti-discriminations par Emmanuel Macron et s'inquiétant de « la question des contrôles d'identité » qui seraient insupportables « dans certains quartiers, pour certains jeunes », elle se manifeste pour l'expérimentation de zones « sans contrôles d'identités »[15].

Cette prise de position déclenche aussitôt une polémique dans les syndicats de police et chez de nombreux élus, remontant jusque dans les hautes sphères de l'État : Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, y est défavorable et répond notamment « qu'il ne peut y avoir en France des endroits où la police n'a pas le droit de contrôler »[16]. Emmanuel Macron indique qu'une telle mesure reviendrait « à créer des zones de non-droit et à abandonner un peu plus les quartiers défavorisés » tout en indiquant qu'elle [la Défenseure des droits] « a franchi les limites de l'imbécilité », l'exhortant à défendre le droit et à coopérer sur la nouvelle plateforme anti-discriminations nouvellement créée[17].

Devant cette polémique, Claire Hédon revient finalement sur ses positions le en assurant n'avoir jamais voulu la fin des contrôles, mais réclamant une meilleure traçabilité de ceux-ci afin de lutter contre les discriminations[18].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bruno Bouchet, « Claire Hédon : "Nous n'avons pas tout essayé contre le chômage" » sur La Nouvelle République, 9 avril 2016
  2. Carole Lefrançois, « Claire Hédon, de RFI : "Ce qui me plaît, c'est de faire prendre la mayonnaise entre les invités" » sur Télérama, 11 février 2016
  3. Raphaëlle Mantoux, « Claire Hédon : "Priorité santé" correspond à un réel besoin » sur L'Obs, 14 juin 2016
  4. Mohamed, « RFI : Claire Hédon nommée Adjointe à la directrice chargée des Magazines », sur média+, (consulté le )
  5. a et b Claire Lesegretain, « Claire Hédon, nouvelle présidente d'ATD Quart Monde » sur La Croix, 17 juillet 2015
  6. « Les Universités populaires Quart Monde », sur ATD (Agir Tous pour la Dignité) Quart Monde (consulté le )
  7. Jean-Baptiste François, « Claire Hédon, de bonnes ondes contre la misère » sur La Croix, 15 septembre 2015
  8. Membres du Comité consultatif national d’éthique [1]
  9. Claire Hédon, Défenseure des sans-voix, Libération,
  10. L'ancienne journaliste Claire Hédon est officiellement nommée Défenseure des droits en remplacement de Jacques Toubon, France Info, 15 juillet 2020
  11. Décret du 22 juillet 2020 portant nomination de la Défenseure des droits - Mme HÉDON (Claire)
  12. « Claire Hédon veut le retrait de la mesure sur les vidéos de policiers », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  13. « Claire Hédon face à Jean-Jacques Bourdin en direct - 20/11 » (consulté le )
  14. « Proposition de loi "sécurité globale" : "Il est inacceptable de limiter le contrôle" de l'action des forces de l'ordre, estime la Défenseure des droits », sur Franceinfo, (consulté le )
  15. « Plateforme anti-discriminations : "L'objectif est de résoudre le problème des personnes", affirme la Défenseure des droits », sur francetvinfo.fr, France Info, (consulté le )
  16. Alba Ventura et Marie-Pierre Haddad, « "Zones sans contrôle d’identité" : Gérald Darmanin répond à Claire Hédon », sur rtl.fr, RTL, (consulté le )
  17. « “La Défenseure des droits a franchi les limites de l'imbécillité” : Macron s'insurge en privé contre les zones sans contrôle d'identité », sur valeursactuelles.com, Valeurs actuelles, (consulté le )
  18. Romain David, « "Je n'ai jamais souhaité mettre fin aux contrôles d'identité", assure la Défenseure des droits », sur europe1.fr, Europe 1, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]