Claire Ferchaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claire Ferchaud
Claire Ferchaud.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Claire-Yvonne-Marie-Louise Ferchaud
Nationalité
Activité
Mystique chrétienne, religieuse catholique
Autres informations
Religion

Claire Ferchaud, en religion sœur Claire de Jésus Crucifié, est née à Loublande le et décédée dans la même ville le . Appelée la mystique dévote du Sacré-Cœur de Jésus, elle s'est fait confier une mission par le Christ pendant la Première Guerre mondiale. Elle a vécu au couvent des Rinfilières à Loublande (commune des Deux-Sèvres).

Enfance[modifier | modifier le code]

La chapelle édifiée par sa famille à Loublande en 1862.

Claire Ferchaud est née à quelques kilomètres de Saint-Laurent-sur-Sèvre, dans la petite bourgade de Loublande, dans le bocage. Sa famille, très pieuse, s'honorait d'avoir caché un prêtre réfractaire durant les Guerres de Vendée dans la propre ferme où est née Claire, et avait fait construire en 1862, à ses frais et sur son terrain, une petite chapelle dédiée à Notre-Dame de la Garde, appelée la chapelle des Rinfillières.

Elle est la fille d'agriculteurs vendéens, Jean-Baptiste Ferchaud (1856-1921) et Marie-Laurence Siaudeau (1866-1933). La fratrie compte six enfants : trois filles et trois garçons.

Enfant, elle fréquente l’école libre du Sacré-Cœur et depuis sa plus tendre enfance, elle déclare être sujette à des apparitions. Le Christ, la Vierge Marie viendraient à sa rencontre et lui délivreraient des messages.

Elle fait sa première communion le 12 mai 1907 au Puy-Saint-Bonnet, et est confirmée le 28 avril 1910 à La Chapelle-Largeau. Pendant la Première Guerre mondiale, alors que deux de ses frères sont mobilisés et sur le front, Claire part faire une retraite spirituelle ; elle a alors 20 ans.

Claire Ferchaud priant devant le calvaire de l'ancienne église Saint-Pierre à Montmartre (1918).

Fin 1916[1], elle dit avoir eu la vision de Jésus lui montrant son cœur « lacéré par les péchés de l’humanité » et traversé par une plaie profonde encore : l’athéisme. Elle s'en confie au curé de Loublande, l'abbé Audebert, qui lui demande de relater par écrit ses visions.

L'appel aux instances politiques & militaires[modifier | modifier le code]

La rencontre avec le président de la République[modifier | modifier le code]

Elle se considère comme investie d'une mission par le Christ : contacter le président Raymond Poincaré, lui demander de se convertir, d'« aller dans le droit chemin qui est la civilisation chrétienne [...] de montrer le bon exemple en combattant la franc-maçonnerie », de faire apposer l'image du Sacré-Cœur sur le drapeau national et que l'armée française autorise le port de cet emblème sur les uniformes des soldats. De tout cela dépendra la victoire sur l'ennemi[2]. Elle écrit au président de la République pour lui demander audience le 16 janvier 1917.

Grâce à l’intervention insistante d'Armand-Charles de Baudry d'Asson (père d’Armand-Quentin de Baudry d'Asson), député royaliste de Vendée, elle est reçue le 21 mars à l’Élysée où elle vient délivrer son message : « Le Sacré-Cœur veut que la France officielle reconnaisse Dieu pour maître », « La France doit montrer que la religion n’y est plus persécutée en acceptant de peindre le Sacré-Cœur sur son drapeau ».

Le Président lui explique qu'il ne peut, à lui seul, « défaire des lois » et que l'on ne peut modifier quoi que ce soit sur le drapeau national. Il semble lui promettre de poser la question à la Chambre des députés, mais il n'en fait rien. Claire Ferchaud lui envoie donc un second courrier le 1er mai, qui restera lui aussi sans effet. Après cet échec, elle décide fin 1917 de fonder une communauté indépendante de religieuses[3].

L'appel aux généraux[modifier | modifier le code]

Sa démarche n’ayant pas abouti auprès des autorités politiques, Claire Ferchaud va en tenter une auprès des militaires. Le 7 mai 1917, elle adresse une lettre d'avertissement à quatorze généraux d'armées, demandant « que l'image du Sacré-Cœur, signe d'espérance et de salut, brille officiellement sur nos couleurs nationales ». Cette lettre fut écrite en quinze exemplaires et envoyée aux généraux suivants :

ainsi qu'aux généraux : de Castelnau, Nivelle, Fayolle, et Foch.

Le fanion marqué du Sacré-Cœur porté par des soldats lors de la Grande Guerre.

On sait aujourd'hui, deux sources l'attestent[4], que seul le général Foch (commandant le 20e corps d'armée de Nancy, puis commandant suprême des forces alliées) a consacré les forces armées françaises et alliées au Sacré-Cœur le 16 juillet 1918 au cours d'une cérémonie privée. Les fidèles de Claire Ferchaud ne manquèrent pas de faire remarquer que c’est lui qui remporta la victoire finale quelques mois plus tard.

Le Sacré-Cœur sera invoqué durant ce conflit par des millions de fidèles, mais ne sera jamais placé sur les étendards. De fait, l'image du Sacré-Cœur, diffusée à des millions d'exemplaires, était déjà bien présente dans les tranchées, au point qu'une circulaire du ministère de la Guerre du 6 août 1917 (contresignée par Pétain) en interdit l'exhibition.

Le jugement de l'Église[modifier | modifier le code]

Le couvent de Claire Ferchaud à Loublande.

Juste après le visions qu'elle dit avoir, elle est soumise le 28 décembre 1916 à un interrogatoire devant la commission épiscopale de Poitiers[5].

Après son entretien avec le Président Poincaré, Claire Ferchaud revient dans ses Mauges natales et y organise la vie d'une communauté de « vierges réparatrices » qui regroupe au départ six jeunes femmes. Elle prend le nom religieux de « Sœur Claire de Jésus Crucifié » et installe son couvent dans les locaux de l'ancien patronage, rebaptisés "Maison du Sacré-Cœur"[6].

Dans un premier temps, elle bénéficie de l'appui des autorités religieuses : c'est ainsi que Mgr Humbrecht, archevêque de Poitiers, autorise la fondation en décembre 1917 et vient bénir la chapelle le 12 juin 1918[7]. Une statue de la bienheureuse Jeanne d'Arc (qui ne sera canonisée que deux ans plus tard) surmonte le portail d'entrée, en référence au surnom donné à la supérieure : « la Jeanne d’Arc de la guerre de 14 »[8]. À la fin de la guerre, les visiteurs et les pèlerins se font de plus en plus nombreux à Loublande.

Cependant, le 12 mars 1920, un décret du Saint-Office[9] désavoue les dires de Claire Ferchaud en estimant que les « faits de Loublande » « ne peuvent être approuvés ». Le cardinal Amette regretta de « n'avoir pu découvrir une inspiration surnaturelle » dans les déclarations de la mystique[10]. Selon l'historien Maurice Bedon, « le message sans nuance de Claire Ferchaud et la condamnation frontale de la franc-maçonnerie ne peut qu’embarrasser la hiérarchie catholique française »[11] dans le climat de dégel qui fait suite à l'Union sacrée.

En octobre 1940, le nouvel évêque du lieu Mgr Mesguen supprime les privilèges de la chapelle, ce qui équivaut à sa fermeture. Mais Loublande semble obtenir les faveurs du cardinal Ottaviani, pro-préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, qui aurait déclaré : « Le calvaire de Loublande est terminé », et la chapelle rouvre ses portes au public en juillet 1964[12].

La « messe perpétuelle » sur la France[modifier | modifier le code]

Dans ses Notes autobiographiques, Claire Ferchaud explique avoir reçu une triple mission de la part du Christ : 1) obtenir l'effigie du Sacré-Cœur sur le drapeau national ; 2) l'œuvre expiatrice ; 3) la « messe perpétuelle » à l'intention de la France. Cela consisterait en un office réalisé par un groupe de prêtres se relayant pour célébrer un triduum de messes en continu[13].

Pèlerinage à Loublande à l'autel de la "Messe perpétuelle"

Cet objectif correspond à une vision qu'elle dit avoir eue à l’âge de 5 ans, 11 ans puis 14 ans : sur le coteau le plus haut des Rinfillières où elle gardait ses moutons, elle avait vu « une immense croix qui touchait le ciel et dont la base était formée de quatre autels orientés vers les quatre points cardinaux, où des prêtres se succédaient jour et nuit pour célébrer la Sainte Messe »[14]. Dans ce but, sur les hauteurs de Loublande sont érigés en 1948 la grande croix et les quatre autels.

En 1922, elle en confie la signification au R.P. Lémius, recteur de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, et à son second évêque Mgr de Durfort, qui plaida sa cause auprès de Benoît XV. Elle se rend à Rome en 1925, où elle est reçue au Saint-Office par le cardinal Merry del Val, qui lui aurait avoué, en faisant allusion au décret : « Non, mon enfant, vous n’êtes pas condamnée, mais la politique s’en est mêlée »[15].

Sur le sens de cette messe perpétuelle, elle écrit :

« En notre temps de perversion, de l’athéisme officiel monstrueux des individus et des Nations, les sacrifices d’âmes généreuses, les actes de piété, la multiplicité des œuvres semblent insuffisants pour endiguer le mal, redresser les esprits, éteindre les haines, et attirer le pardon et la paix de Dieu sur les peuples. Il ne s’agit plus d’une portion du globe, c’est toute la terre qui, dans un océan d’orgueil, brave son Créateur et son Souverain. C’est donc au nom de l’Univers qu’un Autel, sur un point précis, ferait monter vers le Père, Dieu éternel, sans interruption, le Seul Très Saint, l’Unique efficace Sacrifice de l’Agneau sans tache, Sacrifice divin, centre et union de toute vie religieuse, de tout acte s’adressant au Seigneur, de tout apostolat, de toute famille, de toute vie humaine, afin que l’Auguste Trinité ne voie plus de la terre que ce divin Creuset où les pauvres actes de vertus sont changés en l’Amour d’un Dieu offert à Dieu. »[16]

Parmi les prêtres qui œuvrèrent à cette intention, on compte le R.P. Albert Hus (1913-1992), supérieur des Montfortains de Saint-Laurent-sur-Sèvre de 1955 à 1964, et qui plaida auprès des instances romaines la cause de Claire Ferchaud[17].

Inhumée au cimetière de Loublande, sa stèle porte l'inscription : « Humble victime d'expiation, elle fut obéissante jusqu'à la mort, dans l'amour de l'Église et de la France ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le 26 novembre et le 16 décembre, d'après l'association Saint-Jean de Loublande.
  2. Alain Denizot, Le Sacré-Cœur et la Grande Guerre, Paris, Nouvelles Éditions Latines, , 282 p. (ISBN 2-7233-0489-2, lire en ligne).
  3. « Sèvremoine. Claire Ferchaud fonde un couvent », sur ouest-france.fr, Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  4. Le curé de Bonbon, l'abbé Paul Noyer, et le P. Perroy (17 novembre 1918).
  5. D'après l'association Saint-Jean de Loublande.
  6. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/sevremoine-49450/claire-ferchaud-fonde-un-couvent-a523c208-0a7c-4c6e-a137-2fe817d31d3f
  7. https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/mauleon/les-apparitions-religieuses-de-claire-ferchaud
  8. Cf. Jean-Yves Le Naour, Claire Ferchaud : La Jeanne d'Arc de la Grande Guerre, Hachette Littératures, coll. « Essais », 2007.
  9. Décret du Saint Office du 12 mars 1920 , Actes de Benoit XV, Encycliques, Motu-Proprio, Brefs, Allocutions, Actes des dicastères, etc., Maison de la Bonne Presse, Tome 2, Paris, 1918-Septembre 1920, (Traduction française officielle), p. 234.
  10. Jacques Benoist, Le Sacré-Cœur des femmes, de 1870 à 1960, Éditions de l'Atelier, 2000, p. 1560
  11. https://www.la-chouette-de-vendee.fr/blog/params/post/1971388/
  12. Cf. Claude Mouton-Raimbault, art. « Le cardinal Ottaviani et Loublande », in revue Lecture et Tradition n° 338, avril 2005.
  13. Une expérience similaire fut autorisée par le pape Pie XI à la Grotte de Lourdes du 25 au 28 avril 1935.
  14. Cf. Claude Mouton-Raimbault, art. « Le suprême appel de Loublande : la Messe perpétuelle, salut de l'humanité », in revue Lecture et Tradition n° 71, mars 2017, pp. 18-26.
  15. Claude Mouton-Raimbault, Claire des Rinfillières, éd. Téqui, 1998, p. 215.
  16. Claude Mouton-Raimbault, Au plus fort de la tourmente.
  17. Cf. Claude Monton-Raimbault, Hommage au bon Père Hus, apôtre de la Messe perpétuelle, Publication M.C., 1997, 144 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Mouton-Raimbault, Présence de Claire Ferchaud — Réfutation d'un livre trompeur, D.P.F., 2007 (Éditions de Chiré). Ce livre réfute celui de Jean-Yves Le Naour.
  • Claude Mouton-Raimbault, Au plus fort de la tourmente, ...Claire Ferchaud, Résiac, , 239 p. (présentation en ligne)
  • Claude Mouton-Raimbault, Et Jésus modela son âme, Résiac, 1981.
  • Claire Ferchaud, Notes autobiographiques : tome 1, Paris, Éd. Pierre Téqui, , 160 p. (ISBN 978-2-7403-0487-7)
  • Claire Ferchaud, Notes autobiographiques : tome 2, Paris, Éd. Pierre Téqui, , 184 p. (ISBN 978-2-7403-0488-4)
  • Collectif, À Loublande : le Sacré-Cœur et Claire Ferchaud, Éd. Pierre Téqui, 2015, 64 p. (ISBN 978-2-7403-1235-3)
  • Jean-Yves Le Naour, Claire Ferchaud : La Jeanne d'Arc de la Grande Guerre, Hachette Littératures, coll. « Essais », 2007, 285 p. (ISBN 978-2-0123-5762-4)
  • (en) Raymond Anthony Jonas, The tragic tale of Claire Ferchaud and the Great War, University of California Press, (ISBN 978-0-520-93828-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]