Claire-Lise Campion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Campion.

Claire-Lise Campion
Fonctions
Sénatrice de l’Essonne

(17 ans, 5 mois et 3 jours)
Élection 26 septembre 2004
Réélection 25 septembre 2011
Groupe politique SOC
Prédécesseur Jean-Luc Mélenchon
Conseillère générale de l'Essonne
élue dans le canton d'Étréchy

(17 ans)
Prédécesseur Lucien Sergent (UDF)
Successeur Canton supprimé
Maire de Bouray-sur-Juine

(17 ans)
Prédécesseur Gaston Sénéchal
Successeur Jacques Cabot
Biographie
Nom de naissance Claire-Lise Mireille Decker
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste

Claire-Lise Campion, née le à Boulogne-Billancourt[1] est une femme politique française. Membre du Parti socialiste, elle est une ancienne sénatrice de l'Essonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et vie familiale[modifier | modifier le code]

Claire-Lise Campion est née Claire-Lise Mireille Decker le à Boulogne-Billancourt. Elle est mariée et a trois filles[2].

Études et formations[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Claire-Lise Campion a été sénatrice de l'Essonne de 2000 à 2017, maire de Bouray-sur-Juine de 1990 à 2008 et conseillère générale du canton d'Étréchy de 1998 à 2015.

Elle devient sénatrice de l'Essonne en 2000, en remplacement de Jean-Luc Mélenchon, nommé ministre délégué à l'Enseignement professionnel du gouvernement Lionel Jospin. Elle est alors la première femme élue à ce mandat dans l'Essonne[3].

En 2002, elle a apporté son parrainage au candidat socialiste Lionel Jospin dans le cadre de l’élection présidentielle[4],[5]. Lors de l'élection présidentielle française de 2007, elle a apporté son parrainage à la candidate socialiste Ségolène Royal[6],[7].

Lors des élections cantonales de 2011, elle fut réélue dans le canton d’Étréchy avec 63,90 % des suffrages[8].

Lors des élections sénatoriales de 2011 en Essonne, elle est deuxième de la liste d’union de la gauche qui remporta 31,20 % des suffrages et fut réélue[9].

Elle figure en fin de liste du parti socialiste lors des élections sénatoriales de 2017 dans l'Essonne et n'est pas réélue.

Elle prend sa retraite politique en 2017 après avoir mené trois mandats de maire, trois mandats de conseillère générale et trois mandats de sénatrice, en respectant sa règle « pas plus de trois[3] ».

Synthèse des fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

  • Sénateur de l’Essonne
Elle est devenue sénateur de l’Essonne le à la suite de la nomination de Jean-Luc Mélenchon, dont elle était la suppléante, au gouvernement Lionel Jospin. Elle a été réélue le et le .
Au Sénat, elle était membre de la commission des Affaires sociales et du groupe groupe socialiste[10].
Elle est notamment l'auteure, avec la sénatrice Isabelle Debré (UMP), d'un rapport d'évaluation de la loi handicap de 2005[11],[12]. Elle a également rédigé le rapport « Réussir 2015, Accessibilité des personnes handicapées au logement, aux établissements recevant du public, aux transports, à la voirie et aux espaces publics[13],[14] ».

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

  • Conseillère générale du canton d’Étréchy
Le , elle est élue conseillère générale du canton d'Étréchy et nommée vice-présidente du Conseil général de l'Essonne chargée de la Famille, l'Enfance, du monde rural et agricole et des relations avec le Sud-Essonne.
En 2001, elle ajoute à ses délégations celle des Femmes. En 2004, elle devient présidente déléguée avec les mêmes attributions. À partir de 2008, elle est septième vice-présidente chargée de la Famille, de l'Enfance et de la mission Sud-Essonne[15],[16].
Élue conseillère municipale en 1983, elle a succédé en 1990 à Gaston Sénéchal au poste de maire de Bouray-sur-Juine, poste qu'elle a gardé jusqu'en 2008 où la liste de son adjoint, qu'elle soutenait a été élue dès le premier tour[17].
En 1998, elle est élue vice-présidente du parc naturel régional du Gâtinais français.

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Elle est membre de la commission nationale pour l'autonomie des jeunes, depuis le du conseil de surveillance de la caisse nationale des allocations familiales[18] et a été membre du Haut Conseil de la population et de la famille[10].

En 2017, elle demeure administratrice du bailleur social Logial-OPH[19].

Fonctions partisanes[modifier | modifier le code]

En 2002, elle a rejoint le courant NPS.

Décorations et récompenses[modifier | modifier le code]

Claire-Lise Campion a été promue chevalier de l’Ordre national du Mérite en 1999[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche sur politiquemania.com
  2. Présentation personnelle sur le site des sénateurs socialistes de l'Essonne. Consulté le 27/09/2009.
  3. a et b C. CH., « Sénatrices de l’Essonne : Claire-Lise Campion, la pionnière : A 48 ans, elle était la première sénatrice de l’Essonne, et la 20e du palais du Luxembourg », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  4. Liste des parrains par département et candidats sur le site parrains2002.free.fr Consulté le 30/07/2010.
  5. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République au JO du 10 avril 2002 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 30/07/2010.
  6. Liste des parrains par département et candidats sur le site parrains2007.free.fr Consulté le 30/07/2010.
  7. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République au JO du 24 mars 2007 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 30/07/2010.
  8. Résultats de l'élection cantonale de 2011 dans le canton d’Étrechy sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/04/2011.
  9. Résultats de l'élection sénatoriale de 2011 dans l'Essonne sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 25/09/2011.
  10. a et b Fiche de Claire-Lise Campion sur le site officiel du Sénat, mentionné en lien externe.
  11. Claire-Lise Campion, Isabelle Debré, « Loi Handicap : des avancées réelles, une application encore insuffisante : Rapport d'information au nom de la commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois sur l'application de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005, pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapée », Session extraordinaire de 2011-2012, (consulté le 16 novembre 2017).
  12. Valentine Pasquesoone, « "Certains ne se rendent pas compte de l'isolement des handicapés" : Auteures d'une évaluation de la loi handicap de 2005, les sénatrices Isabelle Debré (UMP) et Claire-Lise Campion (PS) reviennent sur les avancées et les retards dans l'application du texte », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  13. Rapport mentionné en bibliographie.
  14. Caroline Megglé, « Handicap - Claire-Lise Campion : "Pour favoriser l'implication de tous sur l'accessibilité, l'échelle intercommunale est vraiment idéale" », Localtis,‎ (lire en ligne).
  15. « Votre sénatrice », sur http://www.clairelisecampion.fr (consulté le 16 novembre 2017).
  16. Page de présentation sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 27/09/2009.
  17. Liste des maires de Bouray-sur-Juine sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 07/10/2009.
  18. Texte de l'arrêté portant nomination sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 27/09/2009.
  19. « Claire-Lise CAMPION », sur https://dirigeant.societe.com (consulté le 16 novembre 2017).
  20. Décret du 15 mai 1999 portant élévation au grade de l'Ordre du mérite, Journal officiel de la République française du 15 mai 199, p. 7194, sur Légifrance. Consulté le 16 novembre 2017.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Claire-Lise Campion, Réussir 2015 : Accessibilité des personnes handicapées au logement, aux établissements recevant du public, aux transports, à la voirie et aux espaces publics, Paris, La Documentation française, , 112 p. (lire en ligne [PDF]).