Clé d'arc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Clé de voute (1).

La clé d'arc, écrite aussi clef d'arc, est le claveau central d'un arc appareillé. Placé en dernier au sommet de l'arc (le faîte), il a pour fonction de bloquer sa structure. L'arc brisé ne comporte généralement pas de clef, mais un joint de faîte[1].

Elle peut constituer un indice concernant les attributions d'un édifice, sa date de construction ou encore le métier de l'occupant originel. Elle peut également n'avoir qu'un caractère strictement décoratif. La clef d'arc porte le nom d'agrafe lorsqu'elle est ornée d'un bossage mouluré (qui donne l'impression d'agrafer les moulures du front de l'arc), l'agrafe n'est qu'un ornement[1].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Types[modifier | modifier le code]

Eugène Viollet-le-Duc distingue deux types de clef d'arc :

Dans les deux cas, elles sont souvent sculptées de motifs ou de figures ornementales[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Marie Pérouse de Montclos, Architecture, description et vocabulaire méthodique, Paris, Éditions du patrimoine, , p. 322
  2. « Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Clef - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]