Cizo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cizo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Cizo, de son vrai nom Lyonel Mathieu, est un auteur de bande dessinée français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière au début des années 1990 dans des fanzines. Après avoir employé quelques pseudonymes, il signe avec son logo, une paire de ciseaux, d'où son nom. Il crée à partir de pictogrammes ou de schémas, parfois de cases de bandes dessinées préexistantes qu'il emprunte : Cizo est un « remixeur » d'images. Avec Winshluss, il fournit des planches à Jade qui est à l'époque un fanzine. Lorsque Jade est devenu un support professionnel, le travail de Cizo a commencé à se remarquer, et Pierre-Alain Szigeti, célèbre « passeur » créatif entre la France et le Japon (c'est à lui que l'on doit les mangas de Baru, de Baudoin, de Lewis Trondheim, etc.)[pas clair]. Ses premières planches à destination du Japon paraissent dans Open Manga et Morning, puis sont adaptées pour Internet (Mister X) qui devient leur support (1997). La même année, il réalise Strong Man une série de bandes dessinées/animations pour La Baguette Virtuelle (devenue Multimania).

Par la suite, Cizo collabore à SVM, mais la plus importante partie de son œuvre se fait surtout dans Ferraille illustré, avec Winshluss. Là, le graphiste (Cizo) mêle ses formes et ses signes au dessin organique de Winshlusss. Peu à peu, Winshluss et Cizo deviennent d'ailleurs les directeurs artistiques/rédacteurs en chef de Ferraille illustré dont la maquette devient plus soignée et le contenu bien plus irrégulier.

Toujours avec Winshluss, Cizo a sorti Monsieur Ferraille (ed. Les Requins Marteaux) et réalisé plusieurs films d'animation.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Réalisations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Groensteen, « Cizo chez les pictos », Neuvième Art, no 5,‎ , p. 147

Liens externes[modifier | modifier le code]