Citrus ×tangelo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Citrus ×tangelo ou tangelo est un Groupe de cultivars d'agrumes provenant de l'hybridation d'un mandarinier (Citrus reticulata), tangerine en anglais, et d'un pomelo (Citrus ×paradisi), fruit typique du verger américain.

Les mandariniers étant de lointains descendants des pamplemoussiers (Citrus maxima), leurs gènes ont subi de longue date une introgression de ce pool génétique. Mais au sens propre, les tangelos sont bien le résultat d'une sélection variétale délibérée d'hybrides C. reticulata x C. xparadisi principalement réalisée au XXe siècle aux USA à partir de 1919[1],[2].

Ces fruits aux couleurs saturées, juteux et d'un goût nouveau expriment l'Amérique d'après guerre, cocktail party, teenagers et petit déjeuner au soleil [3]. Ils sont suffisamment tolérants au froid pour être cultivés sans risque dans le sud américain [4]. De nos jours ils ont laissé la place en occident aux petits agrumes, clémentines et mandarines, sauf Ugli natif de la Jamaïque.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Tangelo est un terme qui se retrouve dans toutes les langues, y compris en japonais タンジェロ (tanjero), en russe Танжело (tanjelo). De même pour les cultivars connus, pour le moins nommés, Minneola et Orlando ont les mêmes noms partout. Le jamaïcain Ugli admet des prononciations locales en farsi اوگلی (o gli), en anglais ugly (ˈəɡlē) qui signifie laid et à la Jamaïque hugely qui en anglais signifie énormément (les deux sens n'étant pas incompatibles pour ce fruit ) [5].

Seminole

Cultivars et hybrides[modifier | modifier le code]

Tangelos attestés avec géniteurs connus[modifier | modifier le code]

Tangelos obtenus à partir du pomelo (C. paradisi) traditionnel Duncan[modifier | modifier le code]

Il s'agit principalement de tangelos américains obtenus dans le cadre d'un programme d'hybridation commencé en 1940, le géniteur côté pomelo (C. x paradisi) est le plus souvent le pomelo historique de Floride : Duncan (fruit jaune, très juteux) [6].

  • Yalaha (Duncan et tangerine Dancy) USDA Floride 1911 [7].
  • Clement (Duncan et Clementine) USDA Floride 1911 par W. T. Swingle. Fruits petits [8].
  • Minneola (Duncan et mandarine Dancy) USDA Horticultural Research Station of Orlando Floride 1931 porte le nom de la ville de Minneola en Floride . Beau fruit orangé, au zeste brillant et granuleux, juteux, la pulpe est d'une couleur orange saturée. Le fruit est sphérique, il a un col et sa taille est celle d'une orange. Il se récolte fin janvier et février dans l'hémisphère nord. Minneola est principalement cultivé en Israël, en Turquie et en Floride où on le récolte en janvier-février [9].
  • Orlando (Duncan et mandarine Dancy) frère de Minneola et Seminole. Beau fruit, sans col [10].
  • Seminole (Duncan et mandarine Dancy) USDA Torrey Pines CA 1936 [11].
  • Webber (Duncan et mandarine Dancy) Floride 1909, sélection de H.J. Webber 1937. Tardif [12].
  • Sunshine (Duncan et mandarine Dancy) [13]
  • Surprise : Irradiation of USDA 75-8 (tangelo Pearl et Duncan) Asperme, 1980 [14].
  • Mapo (Duncan et mandarine Avana) originaire d'Italie où il est apprécié et utilisé dans le Campari [15].

Tangelos obtenus à partir d'autres géniteurs identifiés[modifier | modifier le code]

  • Allspice, Pearl et Willial (Imperial et mandarine Willowleaf) HB Frost 1917, 1940 pour les deux premiers [16],[17],[18]. Marlow (Marsh et mandarine Willowleaf) HB Frost 1930 [19]. Fruits sans intérêt commercial.

Tangelos attestés ou probables avec géniteurs inconnus[modifier | modifier le code]

  • Cultivars américains : Sampson (de tangerine Dancy) W. T. Swingle 1897, Early ou Weber early (du pomelo Bowen) 1911, San Jacinto 1930, Thornton 1930, Sexton 1932, Sunrise 1936, Siamelo (du tangor King) 1937, Sacaton 1960, Santa Barbara 1999.
  • Poorman's orange ou New Zealand grapefruit : probable hybridation spontanée originaire d'Australie, introduit en Nouvelle-Zélande en 1855[20],[21]. Ce gros fruit d'une belle couleur orange, aplati est classé grapefruit hybrid par UC, Riverside Citrus Variety Collection et Tangelo par l'INRA[6],[22].
  • Tangelo Guyane. Collection INRA-CIRAD, géniteurs non précisés, mentionné originaire de Guyane française [23],[22].
  • Chellah Maroc. Cultivar signalé par Henri Chapot (1950) comme non étudié [24].
Minneola

Tangelos incertains[modifier | modifier le code]

  • Ugli Jamaïque 1924. Fruit piriforme parfois avec une excroissance au niveau du pédoncule., de la taille d'un pamplemousse. Son écorce, ridée et épaisse, se pèle facilement et est généralement jaune-orangé, parfois verte ou rouge. La pulpe est juteuse, sucrée et avec des saveurs d'orange. La période de production va de décembre à avril dans l'hémisphère nord. Différents géniteurs sont supposés et incertains.
  • Chunxiang tangelo 春香橘柚 (Chūnxiāng jú yòu), pomelo orange de Huangjingong, cultivé en Chine, serait originaire de Fukuoka (1959), il est qualifié de 橘柚 (jú yòu) terme habituellement employé pour tangelo mais le Hyuganatsu qui n'est pas un C. maxima est donné comme probable géniteur. Gros fruits jaune (200 à 250 g) précoce et apprécié [25],[26].
  • Altoona (mal classé, c'est un tangor) [27]. Suwanee, Williams (mentions académiques, non décrits) [28].

Hybrides issus de tangelo [29][modifier | modifier le code]

  • Baygold (C. clementina x... x tangelo Seminole) Nouvelle-Zélande, programme d'hybridation 1993 [30].
  • Fairchild, Nova 1995 Australie (C. clementina x Orlando)
  • Tangelolo Wekiwa 1930 (de Sampson tangelo) Hybride de tangelo avec un pomelo donc tangelo-lo. Petit fruit jaune asperme, juteux mélange de gouts qui évoque ses progéniteurs [24],[31].
  • Fallglo Bower Floride 1987 : (C.reticulata x Orlando) x Temple (hybride de C. reticulata)
  • Winola (1992) est un hybride spontanée triploïde (asperme) de la mandarine wilking et de Minneola sélectionné en Israël [32].
  • Cami, obtention italienne 1992 : (C. clementina x C. deliciosa) x Mapo [33].
  • Seihou, obtention japonaise 1991: (tangor Kiyomi x Minneola).

Propriétés organoleptiques des tangelos[modifier | modifier le code]

Poorman's orange,

Les premiers tangelos américains connus en France (1914) sont justement décrits : « la peau peu adhérente, de couleur pâle, la pulpe juteuse, fondante, sucrée, un peu acide et à peine amère. Les graines sont rares » [34]. En Algérie, le docteur Louis Trabut rappelle que les tangelos étaient (1921) destinés au marché américain du petit déjeuner, « la légère amertume du tangelo devient une qualité pour cet usage » [35]. Le marché évoluera plus tard vers les fruits de dessert [36].

Aux USA des études méthodiques sont conduites en 1959 pour connaitre les meilleures appréciation des consommateurs. Orlando et Minneola greffés sur bigaradier (et orange douce pour Minneola) obtiennent des notes très élevées de palatabilité à leur optimum de maturité respectivement en janvier et février (le ratio solides solubles totaux (TSS) / teneur en acide du jus atteint 15 et 17 pour les deux fruits) [37].

La couleur du jus est un critère de qualité aux USA car le jus est utilisé dans les boissons, elle constitue un avantage pour les tangelos qui sont bien colorés [36]. La FAO note : la plupart des tangelos tendent à produire des fruits à peau lâche ou faciles à éplucher

Risque médical[modifier | modifier le code]

Une étude réalisée (2006) sur 13 cultivars de tangelo a montré qu'ils ne contiennent pas de fuocoumarines (à l'exception de traces de 6,7-dihydroxybergamottine, de bergaptène et de bergamottine dans la variété K-Early ou Sunrise Tangelo très rarement commercialisé), ils ne peuvent donc pas inhiber significativement l'enzyme CYP3A4 et l'absorption des médicaments métabolisés par cette enzyme. Les tangelos sont peu susceptibles de provoquer une interaction avec les médicaments affectés par le pomelo (Citrus xparadisi) [38],[39],[40].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Amel Oueslati, Amel Salhi-Hannachi, François Luro et Hélène Vignes, « Genotyping by sequencing reveals the interspecific C. maxima / C. reticulata admixture along the genomes of modern citrus varieties of mandarins, tangors, tangelos, orangelos and grapefruits », PloS One, vol. 12, no 10,‎ , e0185618 (ISSN 1932-6203, PMID 28982157, PMCID 5628881, DOI 10.1371/journal.pone.0185618, lire en ligne, consulté le 8 février 2021)
  2. « L'Alimentation moderne et les industries annexes / directeur G.T. Hamel », sur Gallica, (consulté le 9 février 2021)
  3. (en) Eugenia Bone, The Kitchen Ecosystem: Integrating Recipes to Create Delicious Meals: A Cookbook, Potter/Ten Speed/Harmony/Rodale, (ISBN 978-0-385-34513-2, lire en ligne)
  4. (en) Yearbook of Agriculture, U.S. Government Printing Office, (lire en ligne)
  5. « Where To Look - UGLI », sur www.ugli.com (consulté le 8 février 2021)
  6. a et b (en) T.L. Kahn, R.R. Krueger et al., Citrus Genetic Resources in California Analysis and Recommendations for Long-Term Conservation, Davis, CA, Genetic Resources Conservation Program Division of Agriculture and Natural Resources, , 76 p. (lire en ligne), Appendix. Holdings of the University of California, Riverside Citrus Variety Collection
  7. « yalaha », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  8. « clement », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  9. « minneola », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  10. « orlando », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  11. « seminole », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  12. « webber », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  13. « CRC2788 », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  14. « USDA_1-77-19 », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  15. Camille Jacquemond, Franck Curk et Marion Heuzet, Les clémentiniers et autres petits agrumes, Quae, (ISBN 978-2-7592-2068-7, lire en ligne)
  16. « allspice », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  17. « pearl », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  18. « willial », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  19. « marlow », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  20. (en) G. S. Wratt et H. C. Smith, Plant Breeding in New Zealand, Butterworth-Heinemann, (ISBN 978-1-4831-0348-8, lire en ligne)
  21. « Poormans », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  22. a et b « Citrus varieties geographical origin », sur Hesperides (consulté le 8 février 2021)
  23. Catalogue public des variétés, San Giuliano - Corse, Centre de Ressources Biologiques Citrus, (lire en ligne), Tangelo
  24. a et b Henri Chapot, « Pamplemousses, Pomelos ou Grape-fruits et Tangelos », Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, vol. 30, no 327,‎ , p. 62–75 (DOI 10.3406/jatba.1950.6715, lire en ligne, consulté le 8 février 2021)
  25. (zh-TW) « 柑橘品種春香橘柚,平凡的鄰家女孩 » (consulté le 8 février 2021)
  26. « 黄金贡柚(春香)橘柚品种特性及栽培技术要点-市农业农村局 », sur www.huaihua.gov.cn (consulté le 8 février 2021)
  27. « altoona », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  28. (en) Sylvio Moreira, Theodore J. Grant, Ary A. Salibe et C. Roessing, « Tristeza Tolerant Rootstocks—Their Behavior after Twelve Years in Orchard », International Organization of Citrus Virologists Conference Proceedings (1957-2010), vol. 3, no 3,‎ (ISSN 2313-5123, lire en ligne, consulté le 8 février 2021)
  29. Antonino Nicotra, « Hybrides de type mandarine présentant un intérêt récent pour la consommation à l'état frais. Problèmes et moyens de contrôle », Symposium sur les agrumes Chine,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  30. « baygold », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  31. « wekiwa », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 8 février 2021)
  32. « Agrumes: quelques tranches de nouveauté », sur ladepeche.fr (consulté le 9 février 2021)
  33. « BioGenRes - Accession », sur www.biogenres.cnr.it (consulté le 9 février 2021)
  34. Jardin d'agronomie tropicale (Paris) Auteur du texte et France Inspection générale de l'agriculture coloniale Auteur du texte, « L'Agriculture pratique des pays chauds : bulletin du Jardin colonial et des jardins d'essai des colonies françaises », sur Gallica, (consulté le 8 février 2021)
  35. Louis Trabut, L'arboriculture fruitière dans l'Afrique du Nord, Impr. algérienne, (lire en ligne)
  36. a et b (en) United States Dept of Agriculture, Yearbook Separate, U.S. Government Printing Office, (lire en ligne)
  37. (en) Paul Lewis Harding, Milliard B. Sunday et Paul Lee Davis, Seasonal Changes in Florida Tangelos, U.S. Department of Agriculture, (lire en ligne)
  38. (en) « One Tangerine/Grapefruit Hybrid (Tangelo) Contains Trace Amounts of Furanocoumarins at a Level Too Low To Be Associated with Grapefruit/Drug Interactions », sur ResearchGate (consulté le 8 février 2021)
  39. Interaction entre le pamplemousse et son jus et certains médicaments, sur le site Santé Canada, consulté le 18 septembre 2013. Version au format pdf.
  40. « Tangelo », sur www.hort.purdue.edu (consulté le 8 février 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]

voir aussi[modifier | modifier le code]