Citron de Syracuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Citron de Syracuse (en italien : Limone di Siracusa) est une indication géographique protégée (IGP, Indicazione geografica protetta) pour la production de citrons (fruits du citronnier) dans la région de Syracuse, en Sicile. Le Citron de Syracuse IGP est le fruit qui appartient au cultivar « femminello syracusain » et à ses clones, qui peuvent se rapporter à l'espèce botanique Citrus x limon L. Burm. Le « femminello syracusain » est le cultivar le plus représentatif d'Italie. Le territoire de Syracuse représente 42 % de la surface nationale plantée de citrons et il produit trois floraisons : le « primofiore » qui se distingue « primofiore vert » d'octobre à décembre, et « primofiore en hiver » de décembre à mars » (d'octobre à mars), le « bianchetto » moins connu aussi par le nom de « maiolino » (d'avril à juin) et le « verdello » ou « citron d'été » (de juillet à septembre).

Origines[modifier | modifier le code]

Le citronnier naît en Birmanie, où il est à l'état sauvage : il a ensuite traversé le Moyen-Orient, la Mésopotamie, la Palestine jusqu'à la mer Méditerranée, où il a trouvé ses conditions optimales pour son développement. L'habitat naturel du citron réside dans la bande comprise entre le 40e parallèle au nord et le 40e parallèle au sud: cette bande comprend la Californie, l'Uruguay, l'Argentine, la République Sud-Africaine et le bassin de la mer Méditerranée, en particulier l'Italie, l'Espagne, la Grèce et la Turquie. Au XVIe et au XVIIe siècle, pendant le régime monopoliste de la grande propriété foncière des cultures d'agrumes, l'utilisation des citrons continua à rester confinée dans la préparation de mets de luxe.

Dans le territoire syracusain, on commença à cultiver le citron de façon intensive à partir du XVIIe siècle, grâce aux Pères Jésuites, des cultivateurs experts. Alors, le citron devint une des sources principales de subsistance du territoire, en atteignant en 1891 une production près de 11 600 tonnes. Le succès de cette culture provoqua la naissance, en Sicile, de plusieurs exploitations agricoles d'agrumes, qui extrayaient du jus l'aigre-cuit, le citrate de calcium et l'acide citrique. Pendant les mêmes années, le citron de Syracuse connut un considérable succès sur les marchés étrangers, surtout aux États-Unis et en Angleterre, comme les données de la « Chambre de Commerce et Arts » de Syracuse de la seconde moitié du XIXe siècle confirment. Avec le froment, le vin et les caroubes, les agrumes ont représenté les rubriques les plus importantes des exportations syracusaines jusqu'au début de la première guerre mondiale. En mesure inférieure, mais toujours considérable, l'exportation d'huile d'olive et d'amandes douces à l'écale. Les données, qui concernent les mouvements du Port de Syracuse des premières années du XXe siècle, dénotent, comme les principales destinations étrangères de citrons, bigarades, oranges douces, aigre de citron concentré et citrate de calcium, les ports de Trieste, Londres, Rijeka, Liverpool, Glasgow, Manchester, Malte et Odessa. Données officielles du Port de Syracuse, saisons de la cueillette des agrumes 1902-1903 et 1903-1904.

Malgré les phénomènes d'urbanisation et d'industrialisation du second après-guerre, la culture du citron n'a pas été négligée dans le territoire syracusain, et elle représente encore aujourd'hui une très importante réalité économique ; Syracuse est considérée, en termes qualitatifs et quantitatifs, comme un point de repère pour le produit frais soit sur le marché italien soit sur les marchés européens. Le , la dénomination « Citron de Syracuse » a été inscrite dans le registre des Indications Géographiques Protégées (IGP) – Règlement (CE) no 96/2011.

Caractéristiques du fruit[modifier | modifier le code]

Le « Citron de Syracuse IGP » se distingue par son élevé contenu en jus et par sa richesse en glandes oléifères dans la peau, outre que par sa très haute qualité des huiles essentielles. La variété syracusaine de citron est appelée « femminello », pour la considérable fertilité de la plante, qui refleurit toute l'année : le « primofiore » mûrit d'octobre à mars, il a forme elliptique, peau et pulpe de couleur variable du vert clair au jaune-citrin, et jus jaune citrin ; le « bianchetto » mûrit d'avril à juin, il est elliptique-ovoïdal, à peau jaune clair, pulpe jaune et jus jaune-citrin ; le « verdello » mûrit de juillet à septembre, il a forme elliptique-sphéroïdale et couleur de la peau vert clair, alors que le jus et la pulpe sont jaune-citrin.

La disposition des rangées des citronniers doit avoir une densité maximale de 400-500 plantes par hectare ou de 850 plantes pour les dispositions de citronniers dynamiques. Les installations peuvent être conduites avec la méthode conventionnelle, intégrée ou biologique. Pour « méthode conventionnelle », on entend celle qui est en usage dans la zone, avec l'obéissance aux normes de « Normale Bonne Pratique Agricole » de la Région Sicilienne ; la méthode « intégrée » suppose l'obéissance aux normes techniques prévues par le Règlement de la Région Sicilienne en adoption des Règlements communautaires dans la matière agricole et environnementale ; la méthode « biologique » se rapporte au Reg. (CE) 834/2007. Toutes les opérations de culture doivent être celles qui sont apte à maintenir un parfait équilibre et un parfait développement de la plante, qui doit toujours être exposée à une correcte aération et à une correcte insolation. La cueillette des fruits est manuelle et elle est effectuée, directement de la plante, avec l'aide de petits ciseaux pour le découpage du pédoncule.

Grâce à ses caractéristiques qualitatives, le « Citron de Syracuse » est utilisé aussi dans des domaines différents de la commercialisation du fruit frais ; ils concernent, en particulier, les domaines alimentaire, médical-scientifique, cosmétique et du parfum, qui s'approvisionnent en jus et en huiles essentielles par les entreprises de transformation.

Capacité de production[modifier | modifier le code]

L'actuelle zone de consommation du « Citron de Syracuse IGP » est représentée pour la plupart par le marché italien des grandes surfaces, en particulier dans le nord de l'Italie ; l'exportation dans l'UE est directe aux marchés d'Allemagne, Autriche, France, Royaume-Uni, Danemark ; le principal marché extra-UE est la Norvège. Au cours de la saison de cueillette 2010/2011, aux centres de confection, sont arrivés 13 157,26 quintaux de Citron de Syracuse et 6 284,20 quintaux ont été certifiés comme « Citron de Syracuse ». Le produit est mis sur le marché comme « Citron de Syracuse IGP » : il peut être commercialisé au détail ou confectionné dans d'aptes récipients en carton, bois, plastique ou dans des filets et des sacs à bande plastique collée sur le filet. Les catégories commerciales sont exclusivement la Extra et la Première.

Utilisations du produit[modifier | modifier le code]

Le jus et la peau du « Citron de Syracuse » (IGP) sont reconnus comme réputés et ils sont demandés par des entreprises leader dans le secteur alimentaire, comme Polenghi et les glaciers GROM. Les huiles essentielles sont très demandées dans le domaine de la cosmétologie et par les plus importantes maisons du parfum, de Chanel à Dior, d'Hermès à Dolce&Gabbana.

Dans le domaine médical, le « Citron de Syracuse » (IGP) est le protagoniste d'une étude clinique qui veut démontrer l'efficacité du jus de citron dans la prévention de la calculose rénale dans les sujets prédisposés aux formes récidivantes. Traditionnellement, le citrate de potassium est l'unique médicament en mesure de réduire la formation des calculs rénaux, en empêchant la précipitation des cristaux d'oxalate de calcium, responsables de la formation des calculs. Cependant, ce médicament crée plusieurs troubles au patient, qui est obligé à abandonner progressivement le traitement. Le jus de trois ou quatre citrons peut fournir une quantité quotidienne de citrate, qui est comparable à celle qu'on peut obtenir par l'administration du médicament, avec l'avantage d'éviter les troubles non désirés. L'étude, actuellement en cours dans le Service de Néphrologie des Hôpitaux Réunis de Bergame, est le résultat d'une collaboration entre l'Institut de Recherches Pharmacologiques « Mario Negri » et l'Association de Tutelle du Citron de Syracuse.

Curiosité et folklore[modifier | modifier le code]

La fête de Sainte Lucie de Syracuse.

Toutes les années, le 13 décembre, la ville de Syracuse célèbre la fête patronale de Sainte Lucie. Une longue procession se dirige de Place Duomo, en Ortigia, vers l'église de Sainte Lucie au Sépulcre. Après huit jours, le 20 décembre, la procession fait le parcours inverse. Le 13 décembre, traditionnellement, les gros cierges aux coins de la statue sont recouverts par des plateaux à étages de fleurs, alors que le 20 décembre le simulacre d'argent est flanqué de cierges ornés de citrons et oranges. Le cadeau des prémices à la Sainte syracusaine, en outre de l'importance esthétique, avait sa valeur : il représentait le parcours de la procession de la campagne vers la ville, lorsque la zone de Place Sainte Lucie à la Borgata était la limite de l'urbanisation au nord, alors qu'on utilisait la définition de « ville » seulement pour l'île d'Ortigia.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Le citron est le fruit qui a la plus grande utilisation thérapeutique et le rapport entre le citron et la santé a une histoire millénaire : des emplois des anciens Grecques jusqu'à notre époque, les exemples d'application du citron en médecine sont des centaines, une longue liste faite même par quelques pages très importantes dans l'histoire de la médecine, comme la découverte du scorbut de James Lind en 1747, une pathologie due à la carence en vitamine C et soignée avec le jus de citrons et oranges. L'élevée concentration de vitamine C contenue dans le citron rend ce fruit très important pour la tutelle de notre santé.

En général, on sait que la consommation d'agrumes tend à protéger notre organisme de pathologies comme la grippe. En réalité, les vertus contre la grippe des agrumes, et du citron en particulier, représentent seulement un des aspects bienfaisants de ce fruit riche en énergie.

En particulier, le citron:

  • baisse l'acidité du corps : la plus grande partie des nourritures que nous mangeons quotidiennement élève l'acidité de notre organisme, qui s'efforce au contraire de se maintenir toujours légèrement basique. Les acides organiques contenus dans le citron (comme l'acide citrique et l'acide malique) agissent dans le sang dans le sens inverse, c'est-à-dire avec des réactions qui baissent l'acidité du corps parce qu'elles libèrent des carbonates et des bicarbonates, des tampons qui règlent le pH du sang. Les pathologies qui peuvent naître d'une excessive acidité corporelle sont innombrables et pour ce motif il est utile de ramener les tissus à niveaux légèrement alcalins. En outre, il n'est pas cher et il a un bon rendement.
  • favorise la production d'énergie : selon la « Reams Biological Ionization Theory » (RBTI), les citrons seraient l'unique aliment anionique au monde, c'est-à-dire à charge négative. Telle caractéristique les rendrait particulièrement bienfaisants pour la santé, à cause de la contribution qu'ils donneraient à l'interaction entre les cations et les anions, qui est nécessaire pour la production d'énergie à niveau cellulaire.
  • combat les maladies à refroidissement : l'élevé contenu en vitamine C et en flavonoïdes aide à combattre non seulement les symptômes grippaux, il combat aussi les processus inflammatoires en cours dans notre organisme. Pendant les mois d'hiver, et lorsque le physique le demande, il est à conseiller de boire des jus d'une orange et de deux citrons. Même les huiles essentielles contenues dans la peau (par exemple, en infusion avec de l'eau chaude et du gingembre) soulagent les souffrances des problèmes respiratoires typiques des états grippaux.
  • aide la digestion : grâce au jus et à la peau, le citron aide aussi à digérer. L'acide citrique contenu dans le jus, sous forme de sel de sodium ou de potassium, exerce un puissant effet antiacide dans l'estomac, parce qu'il neutralise l'acide chlorhydrique de trop. La médecine traditionnelle indienne (Ayurveda) conseille d'ajouter au jus de citron une pincée de sel et de piment de Cayenne.
  • nettoie l'intestin : le jus de citron ajouté à l'eau chaude, autrement qu'on pense communément, stimule les contractions musculaires à l'intérieur des parois intestinales (péristaltisme intestinal) et facilite l'évacuation, en contribuant ainsi à l'élimination des scories et à la régularité intestinale. C'est une bonne pratique qu'on peut suivre au matin, à jeun, près d'une demi-heure avant le petit déjeuner.
  • baisse le cholestérol : la vitamine C et les citroflavonoïdes (et plus en particulier la tangéritine) interviennent respectivement dans la transformation du cholestérol en acides biliaires et dans la production de ses précurseurs. La tangéritine contenue dans la peau réduit la concentration des précurseurs des LDL (des lipoprotéines a basse densité, connues comme « cholestérol mauvais »), en favorisant une réduction des graisses dans le sang et en diminuant le risque de maladies cardio-vasculaires.
  • dépure le foie : le citron est un merveilleux stimulant pour le foie et il est aussi un bon solvant de l'acide urique et d'autre poisons. Au matin, le jus de citron frais ajouté à un abondant verre d'eau est un excellent désintoxiquant du foie.
  • aide les yeux : la rutine et la vitamine B2 (ou riboflavine) exercent un rôle important dans le maintien d'une bonne santé de la structure oculaire et dans l'amélioration des symptômes de quelques pathologies de l'œil.
  • hydrate et assouplit la peau : la vitamine C exerce un rôle fondamental dans la formation des fibres de collagène, une des protéines structurales les plus importantes de notre corps. Pour ce motif, le jus de citron maintient la peau en bonne santé et il exerce un rôle important dans les processus d'ossification et pour la guérison des blessures.
  • traite les peaux impures : pour ses propriétés antiseptiques, l'huile essentielle du citron est utilisée dans la cosmétologie comme principe actif (ou ingrédient fonctionnel) pour le traitement des peaux impures et qui tendent à la séborrhée, ou bien quand une altération de la production d'hormones sensibilise les glandes sébacées en provoquant une augmentation du sébum, de la rougeur, des démangeaisons et la formation de comédons (connus comme « points noirs »).

Citrons (IGP) dans l'Union Européenne[modifier | modifier le code]

L'Italie a une surface plantée de citrons de 12 464 hectares. Le « Citron de Syracuse » représente 34 % de l'entière production nationale, il occupe une surface de 5 300 hectares, il produit 150 000 tonnes de produit dans quelque 398 000 journées de travail par année. La zone de production comprend la bande côtière de 10 communes en province de Syracuse, en Sicile: Augusta, Avola, Melilli, Noto e Syracuse, à laquelle s'ajoute une partie du territoire intérieur, qui fait partie des communes de Floridia, Solarino, Priolo Gargallo, Rosolini et Sortino.

Celles-ci sont les surfaces des citrons à Indication Géographique Protégée dans l'Union européenne:

Variété IGP Provenance Surfaces en hectares (Ha)
Citron de Syracuse Italie 5.300
Citricos Valencianos Espagne 3.300
Citron Interdonato de Messine Italie 950
Citron de Sorrente Italie 400
Citron d'Amalfi Italie 400
Citron Femminello du Gargano Italie 400
Citrinos do Algarve Portugal 320
Citron de Rocca Imperiale Italie 200
Citron de Menton France 150 à 160 tonnes de récoltes par an[1]

L'Union européenne a neuf dénominations IGP pour le citron : six d'entre elles ont été obtenues par l'Italie, une par la France, une par l'Espagne et une par le Portugal. En plus du « Citron de Syracuse », les dénominations italiennes incluent le « Citron de Sorrente », le « Citron Côte d'Amalfi », le « Interdonato de Messine », le « Femminello du Gargano » et le « Citron de Rocca Imperiale ». La dénomination française est le « Citron de Menton ». La dénomination espagnole est le « Citricos Valencianos » et au Portugal la variété protégée est le « Citrinos do Algarve ».

L'Association de Tutelle[modifier | modifier le code]

La Association de Tutelle du Citron de Syracuse IGP a été constituée le , elle n'a pas de buts lucratifs et elle n'exerce pas d'activités commerciales.

Parmi ses rôles principaux, l'Association :

  • découvre les zones de production et les variétés à placer sous tutelle ;
  • exerce une activité de vigilance dans la zone d'origine et sur les marchés sur le bon usage de l'appellation « Citron de Syracuse IGP » ;
  • réalise en Italie et à l'étranger des initiatives promotionnelles, orientées vers la diffusion de la connaissance et de l'image du produit et du label IGP.

Le Président de l'Association de Tutelle du Citron de Syracuse est Fabio Moschella, entrepreneur syracusain dans le secteur des agrumes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]