Citroen-Kégresse P17

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citroën-Kégresse P17
Citroen-Kégresse P17 au salon Rétromobile de 2011.
Citroen-Kégresse P17 au salon Rétromobile de 2011.
Caractéristiques générales
Équipage 5 passagers
Longueur 4,38 m
Largeur 1,69 m
Hauteur 2,09 m
Masse au combat 1850 kg (en ordre de marche) / 700 kg (charge utile)
Mobilité
Moteur 4 cylindres, 1625 à 1770 cm2 , essence
Puissance 30 à 31,5 ch
Vitesse sur route 26 à 32 km/h
Puissance massique
Autonomie

L'autochenille Citroën-Kégresse P17 est un véhicule à propulseur Kégresse adopté en 1929 par l'armée de terre française pour mécaniser son artillerie tractée de 75 mm.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une des véhicules ayant participé à la Croisière jaune.

Après le succès des expérimentations menées en 1928 avec les Citroën-Kégresse P7bis, l'armée française décide d'adopter un semi-chenillé pour tracter l'artillerie de 75 mm. Le véhicule est un châssis de Citroën C4 auquel est adapté un ensemble de chenilles.

L'équipement s'effectue en plusieurs tranches à partir de 1929, du premier modèle P10 rebaptisé P17 A au P17 E. Ces cinq versions sont dotées au fur et à mesure de moteurs plus puissants, qui leurs confèrent une vitesse plus élevée. Elles équipent les régiments d'artillerie de campagne jusqu'à l'arrivée des Citroën/Unic P107. Un total de 1442 exemplaires est recensé en septembre 1939. Les P17 sont ensuite transférées aux unités motorisées pour tracter les 47 mm modèle 1937 et 25 mm modèle 1938 et 1939, des activités qu'elles effectueront jusqu'en juin 1940. Ces véhicules se révèlent trop lents pour la lutte antichar, leur manque de vitesse les laissant souvent à découvert face aux réactions de l'ennemi durant la Bataille de France.

Plusieurs Citroën-Kégresse P17 participent à la Croisière jaune du 4 avril 1931 au 12 février 1932 et à la Croisière blanche du 4 juillet 1934 au 24 octobre 1934[1].

Utilisateurs étrangers [2][modifier | modifier le code]

Les services techniques de l'United States Army testent des P17 dont les essais sont convaincants. La firme James Cunningham Son & Co achète la licence Kégresse et conçoit le Half Track Car T1 (1932)[3]. D'autres constructeurs en dérivent des prototypes dont les Halftracks M2/M3 sont les derniers développements.

L’armée polonaise achète entre 1931 et 1933 une centaine de semi-chenillés Citroën Kégresse parmi lesquelles le P17. Ils sont par la suite remplacés par des PZinz/Fiat-Polski C4P.

La Wehrmacht récupère les Citroën-Kégresse P17 survivants après juin 1940, sous le nom de Zugkraftwagen Ci 301 (f)[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Vauvillier et Touraine 1992 : p. 197-198
  • Honegger 2006 : p. 15-16
  • Nicolaisen 2011 : p. 13 à 15
  1. Gourlay 2004 ; Reynolds 2006 ; Honegger 2006 : p. 15
  2. Honegger 2006 : p. 15
  3. SAE Journal, vol. 33, Society of Automotive Engineers, 1934, p. 34 et 36 ; Hunnicutt 2001, p. 11-12 ; Bishop 2002 ; Honegger 2006 : p. 15
  4. Doublechevron Citroën - Kégresse P 17 [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vauvillier et Touraine 1992 : Vauvillier, F. & Touraine, J.-M. L'automobile sous l'uniforme 1939-40, Massin, 1992, (ISBN 2-7072-0197-9)
  • Gourlay 2004 : (fr) Patrick Gourlay, Regards sur la croisière jaune, Skol Vreizh, (ISBN 978-2915623062)
  • Gourlay 2004 : (fr) Patrick Gourlay, Regards sur la croisière jaune, Skol Vreizh, (ISBN 978-2915623062)
  • Honegger 2006 : Pascal Honegger, General information about Citroën Kegresse cars, KRYBEBÅNDS-SOCIETETET, novembre 2006, 33 p. (PDF) - À télécharger sur Kegresse.Dk [2]
  • Reynolds 2006 : (fr) John Reynolds, André Citroën : ingénieur, explorateur, entrepreneur, E-T-A-I, (ISBN 978-2726886892)
  • Lepage 2007 : Jean-Denis G.G. Lepage, German Military Vehicles of World War II : An Illustrated Guide to Cars, Trucks, Half-Tracks, Motorcycles, Amphibious Vehicles and Others, McFarland, 2007, p. 129
  • Nicolaisen 2011 : Jens Møller Nicolaisen, Citroën Kégresse. All the models. Version 1.1, 12.02.2011, 26 p. (PDF) - À télécharger sur Kegresse.Dk [3]
  • Vauvillier 2013-2014 : Francois Vauvillier, Les VDP, voitures de dragons portés, p. 89, Cavalerie Mécanique 19-40, Guerre, blindés et Mécanique (GBM), HS1, décembre 2013-janvier 2014
  • Vauvillier 2014 : François Vauvillier, Citroën-Kégresse de dragons portés, Blindés & Matériel 107, janvier 2014, p. 53-66
  • Zaloga 2014 : Steven J. Zaloga, French Tanks of World War II (1): Infantry and Battle Tanks, Osprey Publishing, 2014, p. 42
  • Cole 2014 : Lance Cole, Citroën : The Complete Story, ed. Crowood, 2014, 272 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Kegresse.Dk [4]
  • Recensement des véhicules Kégresse : Kegresse.dk. The Kegresse Register (PDF) - [5]
  • Zervan.fr 2e G.M. : les semi chenillés français Kégresse - [6]

Vidéo[modifier | modifier le code]

  • A.S.P.H.M. (ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE HISTORIQUE MILITAIRE), Citroën Kegresse P17-[7]