Citroen-Kégresse P17

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Citroën-Kégresse P17
Image illustrative de l’article Citroen-Kégresse P17
Citroen-Kégresse P17 au salon Rétromobile de 2011.
Caractéristiques générales
Équipage 5 passagers
Longueur 4,38 m
Largeur 1,69 m
Hauteur 2,09 m
Masse au combat 1850 kg (en ordre de marche) / 700 kg (charge utile)
Mobilité
Moteur 4 cylindres, 1625 à 1770 cm2 , essence
Puissance 30 à 31,5 ch
Vitesse sur route 26 à 32 km/h
Puissance massique
Autonomie

L'autochenille Citroën-Kégresse P17 est un véhicule à propulseur Kégresse adopté en 1929 par l'armée de terre française pour mécaniser son artillerie tractée de 75 mm.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un des véhicules ayant participé à la Croisière jaune.

Après le succès des expérimentations menées en 1928 avec les Citroën-Kégresse P7bis, l'armée française décide d'adopter un semi-chenillé pour tracter l'artillerie de 75 mm. Le véhicule est un châssis de Citroën C4 auquel est adapté un ensemble de chenilles.

L'équipement s'effectue en plusieurs tranches à partir de 1929, du premier modèle P10 rebaptisé P17 A au P17 E. Ces cinq versions sont dotées au fur et à mesure de moteurs plus puissants, qui leur confèrent une vitesse plus élevée. Elles équipent les régiments d'artillerie de campagne jusqu'à l'arrivée des Citroën/Unic P107. Un total de 1 442 exemplaires est recensé en . Les P17 sont ensuite transférées aux unités motorisées pour tracter les 47 mm modèle 1937 et 25 mm modèle 1938 et 1939, des activités qu'elles effectueront jusqu'en . Ces véhicules se révèlent trop lents pour la lutte antichar, leur manque de vitesse les laissant souvent à découvert face aux réactions de l'ennemi durant la bataille de France.

Plusieurs Citroën-Kégresse P17 participent à la Croisière jaune du au et à la Croisière blanche du au [1].

Utilisateurs étrangers [2][modifier | modifier le code]

Les services techniques de l'United States Army testent des P17 dont les essais sont convaincants. La firme James Cunningham Son & Co achète la licence Kégresse et conçoit le Half Track Car T1 (1932)[3]. D'autres constructeurs en dérivent des prototypes dont les Halftracks M2/M3 sont les derniers développements.

L’armée polonaise achète entre 1931 et 1933 une centaine de semi-chenillés Citroën Kégresse parmi lesquelles le P17. Ils sont par la suite remplacés par des PZinz/Fiat-Polski C4P.

La Wehrmacht récupère les Citroën-Kégresse P17 survivants après , sous le nom de Zugkraftwagen Ci 301 (f)[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Vauvillier et Touraine 1992 : p. 197-198
  • Honegger 2006 : p. 15-16
  • Nicolaisen 2011 : p. 13 à 15
  1. Gourlay 2004 ; Reynolds 2006 ; Honegger 2006 : p. 15
  2. Honegger 2006 : p. 15
  3. SAE Journal, vol. 33, Society of Automotive Engineers, 1934, p. 34 et 36 ; Hunnicutt 2001, p. 11-12 ; Bishop 2002 ; Honegger 2006 : p. 15
  4. Doublechevron Citroën - Kégresse P 17 [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vauvillier et Touraine 1992 : Vauvillier, F. & Touraine, J.-M. L'automobile sous l'uniforme 1939-40, Massin, 1992, (ISBN 2-7072-0197-9)
  • Gourlay 2004 : (fr) Patrick Gourlay, Regards sur la croisière jaune, Skol Vreizh, (ISBN 978-2915623062)
  • Gourlay 2004 : (fr) Patrick Gourlay, Regards sur la croisière jaune, Skol Vreizh, (ISBN 978-2915623062)
  • Honegger 2006 : Pascal Honegger, General information about Citroën Kegresse cars, KRYBEBÅNDS-SOCIETETET, , 33 p. (PDF) - À télécharger sur Kegresse.Dk [2]
  • Reynolds 2006 : (fr) John Reynolds, André Citroën : ingénieur, explorateur, entrepreneur, E-T-A-I, (ISBN 978-2726886892)
  • Lepage 2007 : Jean-Denis G.G. Lepage, German Military Vehicles of World War II : An Illustrated Guide to Cars, Trucks, Half-Tracks, Motorcycles, Amphibious Vehicles and Others, McFarland, 2007, p. 129
  • Nicolaisen 2011 : Jens Møller Nicolaisen, Citroën Kégresse. All the models. Version 1.1, 12.02.2011, 26 p. (PDF) - À télécharger sur Kegresse.Dk [3]
  • Vauvillier 2013-2014 : Francois Vauvillier, Les VDP, voitures de dragons portés, p. 89, Cavalerie Mécanique 19-40, Guerre, blindés et Mécanique (GBM), HS1, -
  • Vauvillier 2014 : François Vauvillier, Citroën-Kégresse de dragons portés, Blindés & Matériel 107, , p. 53-66
  • Zaloga 2014 : Steven J. Zaloga, French Tanks of World War II (1): Infantry and Battle Tanks, Osprey Publishing, 2014, p. 42
  • Cole 2014 : Lance Cole, Citroën : The Complete Story, ed. Crowood, 2014, 272 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Kegresse.Dk [4]
  • Recensement des véhicules Kégresse : Kegresse.dk. The Kegresse Register (PDF) - [5]
  • Zervan.fr 2e G.M. : les semi chenillés français Kégresse - [6]

Vidéo[modifier | modifier le code]

  • A.S.P.H.M. (ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE HISTORIQUE MILITAIRE), Citroën Kegresse P17-[7]